Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Odyssey. Saison 1. Episodes 6 et 7.

24 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Odyssey

Critiques Séries : American Odyssey. Saison 1. Episodes 6 et 7.

American Odyssey // Saison 1. Episodes 6 et 7. Wingman / Soup Sandwich.


Ces deux épisodes partagent quelques points communs et notamment un certain Jon Jones, le metteur en scène. En effet, il a mis en scène ces deux épisodes (et accessoirement l’épisode 1.08 à venir) ce qui permet d’avoir une certaine cohérence entre les épisodes et de garder un aspect visuel cohérent sans la vision de chacun. Jon Jones est surtout connu pour avoir mis en scène la mini-série Titanic, les 2 premiers épisode de Mr. Selfridge ou encore Confessions Dangereuses un téléfilm avec Daniel Craig). Avec « Wingman », la série développer une autre partie de l’histoire d’American Odyssey mais ce n’est toujours pas ça. Alors que Odelle est réunie avec son ami, Harrison pose de questions sur une affaire que son père a laissé ouverte. Harrison est l’une des portes ouvertes de la série et pourtant, il reste transparent. La série ne sait pas du tout quoi faire de ce personnage. Pire, la série n’arrive pas à utiliser ce personnage de façon judicieuse. C’est un peu comme s’il errait de scènes en scènes sans qu’il n’y ait une quelconque cohérence. Ou en tout cas que la série n’arrivait pas à faire grand chose d’un personnage qui avait le potentiel d’être beaucoup plus que ce qu’il n’est dans cet épisode. A côté, Odelle traine des pieds elle aussi et ne fait pas avancer la machine.

Anna Friel manque cruellement de nuance et son personnage d’ampleur. Le scénario a beau être en grande partie responsable de l’échec de American Odyssey et de ce personnage, Anna Friel fait aussi partie des échecs. Elle aurait pu incarner son personnage différemment et tenter de combler les lacunes du scénario avec un jeu un poil plus intéressant sauf que ce n’est pas du tout ce qui se passe et forcément, le plaisir n’en est que plus grand. Car oui, je ne peux pas dire que je passe un agréable moment devant American Odyssey. Alors pourquoi je continue ? Simplement car j’adore ce genre de séries et que comme Allegiance, j’aime beaucoup laisser le bénéfice du doute. Allegiance est une série médiocre mais elle a su s’améliorer au fil des épisodes. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Pour le coup, American Odyssey n’arrive pas à montrer une once de talent chez les scénaristes ou alors ils sont coincés avec la vision de départ qui était de raconter différents points de vue d’une conspiration. Sauf que cette conspiration n’est pas suffisamment forte à mon goût pour parvenir à nous donner envie d’en voir plus. On se désintéresse très rapidement pour tout ce qui se rapporte à SOC et au reste et notamment à Peter.

Ce dernier est sensé être une autre porte d’entrée dans l’univers de cette conspiration. Au début on voyait Peter Facinelli un poil préoccupé par ce qui se passait et maintenant il se contente de faire des choses très mécaniques comme si la série n’avait pas trouvé mieux que de nous délivrer quelque chose de légèrement résiduel, sans grand intérêt et surtout dans envergure aucune. Et ce n’est pas « Soup Sandwich » qui va me faire changer d’avis. Bien au contraire. Cet épisode tente justement de donner à Peter la place qu’il mérite et à son histoire un intérêt un poil mieux définit. Sauf que cela ne fonctionne malheureusement pas aussi bien que prévu. Peter pénètre dans un entrepôt afin de découvrir des petits secrets et surtout des preuves supplémentaires mais son plan va rapidement tourner court et surtout mal. L’issue de l’épisode est là pour rappeler que tout le monde est en danger, sauf que le danger ne se mesure que dans ce genre de scènes terriblement prévisibles et surtout qui suivent un protocole déjà vu ailleurs en bien mieux. Et une fois de plus, nous suivons les aventures d’Odelle à l’étranger. On pourrait raconter des BD Martine avec Odelle tant ses rencontres, sa façon de fuir les problèmes, etc. est devenu enfantine et ridicule.

Car il n’y a rien dans la quête de ce personnage qui m’intéresse. Anna Friel est pourtant sur toutes les affiches de American Odyssey comme l’héroïne. Si seulement c’était l’héroïne. Mais il n’en est rien, la série a tellement de mal à équilibrer la place de chacun des personnages qu’elle se retrouve perdue au milieu des autres. Plutôt que de nous servir quelque chose d’aussi médiocre en pâture, je crois que American Odyssey aurait vraiment mieux faire de nous embarquer dans une direction complètement différente. Finalement, American Odyssey continue donc de rester la série qu’elle ne devrait pas être. Elle a tout ce qu’il faut pour réussir du point de vue personnage, sauf qu’elle les exploite terriblement mal et le casting, pas toujours très bon, n’aide pas non plus. Ca cabotine à droite et à gauche, quitte même parfois à devenir assez irritant et rasoir. C’est un beau gâchis car je pense que pour produire cette série NBC a dû sortir un peu d’argent de sa poche et je suis certain qu’ils croyaient au succès de cette série. Manque de bol c’est un véritable échec industriel.

Note : 2/10. En bref, je ne comprends pas du tout où est-ce qu’ils veulent en venir. Ca commence à devenir problématique.

Commenter cet article