Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ballot Monkeys. Saison 1. Pilot (UK).

3 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ballot Monkeys

Critiques Séries : Ballot Monkeys. Saison 1. Pilot (UK).

Ballot Monkeys // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Channel 4 vient de débuter la diffusion d’une toute nouvelle comédie politique. Ballot Monkeys est une satire politique qui se concentre sur les 4 parties en compétition pour la General Election. Je trouve que l’idée de cette série n’est pas si bête que ça, surtout qu’elle permet de se concentrer sur plusieurs candidats, plusieurs points de vue tout en parlant de l’actualité car le but de cette série c’est aussi d’être fabriquée en temps réel avec ce qui se passe dans l’actualité. Le casting est quant à lui assez impressionnant entre Ben Miller (Death in Paradise), Sarah Hadland, Trevor Cooper ou encore Hattie Morahan. On sent que cette série a des inspirations en tout genre et notamment Veep sans pour autant lui arriver aux bottes. Mais Ballot Monkeys arrive quelques mois après que l’on ait pu découvrir Ben Miller sous les traits d’un Snowden nouvelle génération coincé dans une ambassade. C’était une comédie sympathique sur les bords, mais globalement cela manquait peut-être un peu de surprises. La culture politique britannique est semble t-il un élément suffisamment important pour délivrer une série de ce genre là. Le fait est que la série s’associe énormément à des tas de choses actuelles avec un casting de secondaire lui aussi très réussi, notamment avec la présence de Kathleen Rose Perkins (Episodes) toujours aussi bonne, peu importe le rôle qu’elle incarne.

L’histoire prend forme au travers des quatre parties principaux pour la General Election.

La série aurait très bien pu se prendre au sérieux, raconter des points de vue différents et éviter la satire. C’est d’ailleurs quelque chose d’intéressant car Ballot Monkeys n’exploite pas toujours le registre de l’humour. On a parfois même l’impression que la série ne veut pas être toujours drôle et qu’elle préfère donc nous raconter de vraies choses, de la vraie politique. Le fait que la série soit autant les fesses entre deux chaises m’a énormément dérangé. Encore plus car je m’attendais à quelque chose d’un peu plus ressemblant à Veep peut-être ne serait-ce que d’un point de vue de la mise en scène. L’intérêt de cette série est que certains segments de l’épisode diffusé ont été écrits et tournés le même jour que celui de la diffusion. Cela permet de rester proche de la réalité et surtout de faire gagner le même candidat (et de faire évoluer l’histoire des candidats autour de cette même idée) que dans la réalité (en tout cas le même partie). Si je comprends la volonté qu’il y a derrière Ballot Monkeys, la forme employée n’est peut-être pas la plus intéressante. En tout cas, je n’ai pas été fasciné par tout ce que cet épisode veut vraiment faire. On est toujours entre deux eaux, sans trop savoir laquelle les scénaristes veulent choisir.

Sans compter que le découpages entre les bus de campagne, intéressant sur la papier, ne trouve pas toujours d’intérêt dans l’épisode. En tout cas, la série utilise donc de l’humour un peu dans tous les sens, sans savoir trop sur quel type d’humour elle peut se frayer un chemin. Il y a des tentatives, on ne peut pas le nier, mais ce n’est pas vraiment faire de la meilleure façon qu’il soit. Je ne sais pas si j’ai envie de voir la suite de Ballot Monkeys mais je suis malgré tout curieux de voir comment l’actualité va influencer cette série car il y aura forcément des liens très forts avec ce qui se passe dans la réalité et c’est justement ce qui me plaît dans cette série énormément. Ballot Monkeys me fait parfois un peu penser à la première saison laborieuse de Alpha House (série politique américaine produite pour Amazon). Ce n’est pas une critique dans le sens où j’ai apprécié la saison 2 mais uniquement la saison 2. J’ai besoin que la série soit un peu plus punchy et beaucoup plus efficace dans ce sens là. C’est en tout cas comme ça que je l’ai ressenti.

Note : 4/10. En bref, pas totalement convaincu.

Commenter cet article