Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black-Ish. Saison 1. Episode 22. Please Don't Ask...

18 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blackish

Critiques Séries : Black-Ish. Saison 1. Episode 22. Please Don't Ask...

Black-ish // Saison 1. Episode 22. Please Don’t Ask, Please Don’t Tell.


Ce qui me fait rire avec cet épisode de Black-ish c’est qu’il tente de parler de quelque chose de sérieux mais avec un angle humoristique intelligente. Ils auraient pu parler d’homosexualité de façon inintelligente et faire de l’humour baveux mais non, ils ont choisi de faire quelque chose de vraiment drôle et surtout de terriblement fidèle à l’univers de la série. Il n’y a rien de mauvais dans cet épisode et j’ai bien envie de voir encore un peu plus la mère de Dre car c’est un personnage hors du commun qui impose tout de suite quelque chose de très drôle dans l’épisode. Ruby est donc une caractère de la mama afro-américaine homophobe mais c’est justement elle qui permet de donner à l’épisode son petit bonus, ce truc piquant qui ne cherche pas à faire de la guimauve à tous les râteliers. Jusqu’à la fin, l’épisode ne veut pas jouer la carte de l’émotion facile et Black-ish préfère donc rester ici une vraie comédie. Elle reste aussi une comédie familiale mais une comédie avant tout. Pourtant, Ruby est parfaite mais il faut dire que c’est un personnage qui impose tout de suite quelque chose d’assez amusant. Je me demande s’il existe des Ruby dans la vraie vie. J’espère que non des fois mais bon, elle est tellement drôle que bon…

Jenifer Lewis est de toute façon parfaite et apporte forcément un petit bonus à chaque épisode dans lesquelles elle apparait, bien plus que Laurence Fishburne suis les traits de Pops. Mais ce n’est pas tout car si cet épisode reposait uniquement sur Ruby, alors on se serait un peu ennuyé. Cet épisode permet aussi à Rhonda de sortir du lot. J’ai beaucoup aimé la discussion avec Dre. C’était un joli moment mais aussi drôle à la fois car c’est ce genre de scènes qui fonctionnent le mieux dans Black-ish. En tout cas, la série vient démontrer ici que c’est ce qui fonctionne le mieux. Le fait que Rhonda soit gay n’est pas la question de l’épisode, mais plutôt la réaction qu’une famille peut avoir, de façon démesurée, face à l’annonce de l’homosexualité de l’un de ses membres. Ce n’est pas facile à vivre pour une famille je suppose mais Black-ish ne veut pas s’apitoyer sur les sorts des personnages et elle préfère donc se concentrer sur le reste et nous offrir quelque chose de complètement différent. Dre est complètement fou cette semaine, faisant le coming out de sa soeur devant sa mère et annonçant qu’elle est avec Sharon et leur mariage comme si c’était quelque chose à attendre du jour au lendemain. C’est d’autant plus drôle que je ne m’attendais pas du tout à voir la série aller dans cette direction.

Mais ce n’est pas la seule bonne idée dans cet épisode, il a bien d’autres choses et peut-être aussi qu’une apparition de Pops n’aurait pas été refus. Ce dernier aurait été parfait dans un tel épisode, c’est dommage de ne pas voir écrit cet épisode pour l’une de ses apparitions car Laurence Fishburne a beau avoir un emploi du temps chargé, je suis persuadé qu’il y avait largement de la place dans son emploi du temps pour ce petit épisode, ne serait-ce que pour quelques petites répliques amusantes comme la série aime et sait en faire. Finalement, cet épisode a donc l’occasion de parler d’un sujet familial très actuel avec la vision actuelle d’une famille. Puisqu’au fond l’homosexualité n’est pas quelque chose que tout le monde accepte et Ruby ne fait donc pas exception. C’est drôle aussi de voir que Black-ish ne cherche pas à faire rire à tout prix avec des choses graves mais simplement de nous faire rire avec ce qui peut se passer dans la réalité. Je suis surpris d’avoir vu un aussi bon épisode de Black-ish après une série d’épisodes décevants. Cette année la série a parfois eu du mal à se renouveler et à nous proposer de nouveaux sujets actuels et drôles. Par chance, cet épisode le fait de façon très intéressante.

Note : 8/10. En bref, du très bon Black-ish.

Commenter cet article