Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Penny Dreadful. Saison 2. Episode 3. Nightcomers.

28 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Penny Dreadful

Critiques Séries : Penny Dreadful. Saison 2. Episode 3. Nightcomers.

Penny Dreadful // Saison 2. Episode 3. Nightcomers.


L’une des critiques que l’on pourrait faire à cet épisode, c’est qu’il ne fait pas durer le plaisir suffisamment longtemps. Ce qu’ils ont bien compris l’an dernier c’est que les critiques et les téléspectateurs ont adoré le personnage d’Eva Green. Et il faut bien avouer que sans Vanessa, Penny Dreadful ne serait pas du tout la même série et peut-être même pas aussi passionnante. Après deux épisodes qui nous ont permis de voir où est-ce que l’on en est réellement dans la saison, la série parvient à nous raconter ici des histoires un poil plus concentrées et donc moins dans la précipitation. Même si au fond, je trouve que cet épisode est assez rapide et qu’il ne nous permet pas vraiment de déguster les petites histoires de Vanessa, le scénario sait ce qu’il veut faire et nous conduire petit à petit vers les nouveaux malheurs de notre supposée héroïne de la série. Mais Vanessa, qui fait partie intégrante de la mythologie de la série, a besoin de comprendre ce qu’elle est réellement et c’est pour cela qu’elle est allée à la rencontrer d’une sorcière qui l’a aidé à développer ses connaissances dans le monde de la sorcellerie et de l’occulte. « Nightcomers » est donc aussi l’occasion de faire une sorte de pause afin de se concentrer sur le passé de Vanessa. Car la série a besoin d’expliquer des choses de ce genre là.

Par ailleurs, cet épisode me rappelle légèrement l’épisode 1.05 « Closer Than Sisters » qui avait déjà fait un exercice assez similaire. Vanessa Ives est justement celle dont on sait le plus de choses et qui pourrait reste l’un des personnages les plus mystérieux de la série. John Logan laisse donc encore une fois les autres personnages sur le carreau mais ce n’est pas une mauvaise chose. On retrouve aux côté de Vanessa, une sorcière incarnée par Patti LuPone (Miss Daisy et son chauffeur, Corky un adolescent par comme les autres). C’est une occasion de mettre à nouveau sur le devant de la scène une thématique importante de la série : la sorcellerie et tout ce qui entoure le registre de la sorcière. Bien entendu que la série n’évite pas du tout les poncifs du genre. On retrouve donc des thématiques déjà éculées dans d’autres séries de sorcières et notamment Salem (qui pour le coup est un exemple à (presque) suivre dans le monde des sorcières en sortant du registre de l’amusement (Charmed, Witches of East End, …)). On retrouve alors des poncifs, comme la forêt et tout ce qui s’en suit, jusqu’à cette scène de fer rouge et cie.

Mais tout au long, l’épisode fonctionne très bien car il parvient justement à se renouveler et à nous proposer quelque chose d’intéressant. Patti LuPone est excellente dans ce registre et parvient à jouer de ses charmes à sa façon. Cet épisode permet donc de nous parler du passé de Vanessa, mais ce n’est peut-être ce qu’il y a de plus important alors qu’Evelyn prend elle aussi une place intéressante dans le récit cette semaine. Au départ, on a l’impression que finalement ce n’est qu’une petite histoire sans grand intérêt mais c’est beaucoup plus que ça. C’est même bien plus intéressant que beaucoup d’autres séries qui peuvent exister. Evelyn a encore un peu de mal à s’intégrer en plein dans l’univers de la série mais je ne regrette rien du tout car globalement le plaisir reste entier. Finalement, ce nouvel épisode fait donc de nouvelles avancées dans la mythologie de la série et surtout de ses personnages. La série remonte le temps sans pour autant chercher à faire évoluer l’histoire de la saison (et c’est peut-être le seul bémol que je peux trouver à la série cette semaine). Mais Penny Dreadful vient rappeler qu’elle est une série très féminine avec des personnages féminins beaucoup plus forts que les personnages masculins (pourtant dont l’histoire est beaucoup plus connue de la littéraire victorienne).

Note : 8/10. En bref, un épisode sur le passé réussi.

Commenter cet article