Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 15 et 16.

28 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : X-Files

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 15 et 16.

X-Files // Saison 4. Episodes 15 et 16. Kaddish / Unrequited.


La thématique des fantômes est quelque chose que X-Files connaît très bien et ce n’est pas la première fois qu’elle utilise la thématique pour tenter de parler d’un de ces cas de la semaine. J’ai trouvé que ces deux épisodes se ressemblent un peu et pourtant, pas totalement non plus. « Kaddish », le premier épisodes des deux était plutôt bon dans son ensemble car il parvient à utiliser du folklore juif de façon intelligente pas comme ce qui avait été fait avec le folklore mexicain il y a quelques épisodes de ça. Howard Gordon (maintenant à la tête de Homeland et cie) est un scénariste qui connait l’univers de X-Files comme sa poche. Il participe aux scénarios de la série depuis ses débuts, ce qui fait de lui l’un des vrais membres originels du casting de scénaristes de la série. Le seul vrai problème de cet épisode c’est qu’il ne fait aucune référence au cancer de Scully, que l’on a appris dans l’épisode précédent. Si je ne me souviens pas du tout de cet épisode, je me souviens cependant de « Unriquited » mais l’on en parlera plus tard. Pour en revenir à « Kaddish » justement, cet épisode est d’un point de vue narratif, tout ce que l’on peut attendre de la part d’un épisode de X-Files et de son cas de la semaine typique. Et la case n’est pas si simple que ça au départ. Enfin, en apparence uniquement.

Car rapidement, l’épisode veut nous démontrer qu’il y a bien plus que ça à découvrir. Ce n’est pas toujours brillant mais cela parvient malgré tout à faire mouche car Mulder et Scully sont sur une affaire qui va faire question leur jugement sur la possible apparition de fantômes (car quand quelqu’un débarque et qu’il est pourtant mort et enterré, c’est à croire que l’on est dans les Revenants). Un juif est assassiné par un groupe de blancs et sa fiancée décide alors qu’elle doit le faire revenir en tant que golem afin de pouvoir compléter leur engagement. La scène finale de l’épisode est d’ailleurs assez mignonne dans son ensemble même si cela ne vaut pas la scène de Ghost bien entendu. En tout cas, la série s’amuse avec l’univers des fantômes, qu’elle reprendra de façon différente dans l’épisode suivant. En prenant des histoires folklorique, X-Files se permet donc de varier les plaisirs et de nous plonger dans des univers et des cultures complètement différente. Cette fois-ci c’est assez réussi dans son ensemble à ma grande surprise, moi qui m’attendais à ce que cela soit encore un énième épisode lancinant de la série. Car je ne me souviens pas du tout de cet épisode.

Du coup, la surprise est vraiment bonne. De plus, Mark Snow qui a fait la musique de cet épisode s’est inspiré de la musique de La Liste de Schindler afin de réaliser celle-ci. L’influence est palpable e bien que l’hommage que l’on sent derrière est louable, ce n’était peut-être pas le bon moment pour le faire (même si forcément il y a aussi un peu de référence à la Seconde Guerre Mondiale). L’épisode ne parle peut-être pas suffisamment de l’anti-sémitisme alors que c’est pourtant son sujet de départ, ce qui a tué ce jeune juif. Il n’y a pas grand chose à attendre de plus de la part de X-Files si ce n’est que l’épisode semble aller d’une part à l’autre sans trop se poser de questions. L’épisode est donc très classique mais le côté classique n’est pas toujours une mauvaise chose dans X-Files. Au contraire, certains très bons épisodes sont très classiques et ne sortent pas hors du commun. Le monde de Fringe (pour reprendre une série récente qui est inspirée de X-Files et qui avait réussi à mettre en scène des juifs dans un épisode alors que plusieurs personnages suffoquaient à un mariage juif. C’était là aussi bourré de références à la Seconde Guerre Mondiale et ce n’était pas si mal que ça ce petit « The Bishop Revival », où un poison est capable de cibler une partie de la population uniquement.

A côté, « Unrequited » fait pâle figure dans le registre des épisodes de fantômes. La comparaison est d’autant plus importante que les deux épisodes se suivent et qu’en plus de ça, ils ont été écrit par la même personne (même si pour ce dernier, Howard Gordon a été rejoint par Chris Carter). Dans cet épisode, un ancien prisonnier de guerre veut que l’on découvre ce qui s’est passé et va donc se venger de ceux qui n’ont pas voulu qu’il revienne. C’est donc une histoire de fantôme vengeur assez simpliste que l’épisode vient nous offre et qui n’apporte malheureusement rien de plus au schmilblic. Je ne me souvenais pourtant pas de cet épisode comme ça. Je me souviens que cet épisode m’avait fasciné car les fantômes dans une série comme X-Files, cela me fait toujours tourner un peu de l’oeil car ce n’est pas très scientifique mais aussi car je me souviens que j’étais seul dans la pièce au moment de voir cet épisode, sans lumière et que l’ouverture de l’épisode m’avait un peu fait sursauter. Mais après l’avoir revu, je dois avouer que je me demande pourquoi j’avais apprécié cet épisode qui est assez médiocre par rapport à ce que X-Files a pour habitude de nous offrir. Mais à l’époque je n’étais pas encore très fort pour voir les bons et les mauvais épisodes.

L’un des premiers problèmes de cet épisode est l’épilogue prologue. Je déteste ce genre de choses. C’est toujours une façon de nous gâcher une bonne partie du suspense. De plus, dans cet épisode cela n’aide pas vraiment à plonger dans l’épisode ou même à nous intéresser à ce qui va se passer si ce n’est que sous les yeux de Mulder, on voit quelqu’un s’évaporer comme un fantôme. Ce n’est donc pas un très bon épisode de X-Files. Il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent d’un point de vue visuel alors que la série ne nous offre pas grand chose de neuf et puis rapidement, on a l’impression que la série se répète encore et encore et que l’épisode ne fait donc jamais vraiment évoluer son histoire. La structure de l’épisode est donc très étrange, pas toujours très fluide où l’on passe de scènes en scènes sans qu’il n’y ait d’apparente cohérence. C’est probablement bête de ma part de dire ça et pourtant… Les deux scénaristes qui adorent les conspirations gouvernementales ont tenté ici une variation qui ne fonctionne pas. Qu’ils restent avec la mythologie de la série, je pense que c’est suffisant.

Note : 6.5/10 et 4.5/10. En bref, d’un épisode sympathique à un médiocre, il n’y a qu’un pas.

Commenter cet article