Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grey’s Anatomy : Accident du temps

11 Mai 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Grey's Anatomy

Grey’s Anatomy : Accident du temps

Grey’s Anatomy // Saison 11. Episode 24. Time Stops (Part 1).


Après l’épisode précédent, servant de deuil à la mort de notre très cher personnage préféré, on se retrouve cette semaine avec un épisode comme Grey’s Anatomy adore en produire, un épisode catastrophe. Ce qui devait être une journée normale pour tous les résidents du Grey Sloane Memorial se transforme en véritable cauchemar. Cet épisode est dans un premier temps celui de l’arrivée de nouveaux internes. Je me demande ce que Grey’s Anatomy compte faire avec ces personnages nouveaux. Je me demande s’ils vont réussir à les intégrer au casting de la saison prochaine de façon un peu plus judicieuse qu’au milieu de cet épisode dans ce sens là. En tout cas, cette première partie d’un double épisode final exceptionnel est judicieux. On sent les scénaristes inspirés et que Shonda Rhimes adore toujours autant les catastrophes dans cette série. Elle aime mettre ses personnages au défit et créer des cas médicaux impossibles, et sortir quelqu’un d’une voiture écrasée, etc. tout cela fait que l’environnement de Grey’s Anatomy change rapidement afin de se coller à cette histoire. Ce n’est pas facile de raconter une histoire de catastrophe, surtout dans une série comme Grey’s Anatomy qui en a déjà vu des dizaines auparavant.

Il faut donc être original. Cette fois-ci c’est une toute nouvelle catastrophe qui donne un vrai rythme médical à l’épisode. Le but probablement est de mettre en scène tout de suite le plus rapidement possible les internes et de ne pas perdre de temps. L’épisode en fait parfois un peu trop dans le sens où il doit gérer encore un peu les conséquences de la mort de Derek et tout le reste mais c’est justement ce qui fait la force de cet épisode, de ne jamais nous laisser de secondes de répit et de nous plonger dans l’univers particulièrement tendu d’un hôpital. Car c’est un hôpital avant d’être un groupe de personnages qui se connaissent, couchent ensemble et tout un tas d’autres choses. L’idée de cet épisode se veut donc rythmée et ne pas nous donner l’occasion de respirer semble être le maître mot. J’ai retenu mon souffle tout au long de l’épisode, ne serait-ce qu’au moment où Grey’s Anatomy nous annonce un accident sauf que l’on ne sait pas exactement ce que ça, seulement 5 minutes plus tard quand nous arrivons comme les autres sur le lieu de l’accident. C’est une mise en scène assez sympathique de la vie de nos internes, de nos résidents etc. et puis la série se permet aussi de développer toujours un peu plus l’histoire des personnages.

Que cela soit Meredith qui semble réfléchir sérieusement à vendre la maison, la relation entre Richard et Catherine qui fait toujours des siennes (et je me demande si au fond Catherine était un ajout judicieux au casting régulier en cette fin de saison), Alex qui prend une place toute autre et parvient à s’imposer, la dernière image d’April à la fin de l’épisode (sans parler du fait qu’elle est prête à tout comme Owen afin de sauver des vies, car c’est leur métier). C’est d’ailleurs April qui donne le « la » à la fin de l’épisode et donne envie d’en voir encore plus. Je me demande ce que le prochain épisode nous réserve. Les nouveaux internes n’apportent pas grand chose au demeurant mais ils sont là aussi pour rappeler que Grey’s Anatomy est déjà en train d’ouvrir un nouveau chapitre. J’ai lu quelque chose la semaine dernière que quelqu’un à remarquer avec la série. Les épisodes s’ouvrent sur un fond blanc et se terminent sur un fond noir. Sauf que l’épisode précédent s’était fermé sur un fond blanc, comme si c’était l’ouverture d’un nouveau chapitre de l’histoire de Grey’s Anatomy et ce n’est pas anodin car apparemment c’est le premier épisode qui se termine sur un tel fondu. Quoi qu’il en soit, cette saison 11 de Grey’s Anatomy est tout bonnement brillante et Shonda Rhimes a fait du bon boulot.

Note : 9/10. En bref, un épisode chargé mais efficace.

Commenter cet article

Anonyme 27/05/2016 19:09

Cette histoire d'ouverture de l'épisode avec un écran blanc, et de fermeture avec un écran noir... c'"est justement la remarque que je m'étais faite. A partir du décès de Derek pendant quelques épisodes, c'est l'inverse : ouverture sur écran noir, fermeture sur écran blanc. On sait de suite qu'on va voir du dramatique... enfin, c'est l'interprétation que j'en avais fait.