Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Jurassic World, le baroudeur et ses raptors

12 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Jurassic World, le baroudeur et ses raptors

Jurassic World // De Colin Trevorrow. Avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard et Vincent d’Onofrio.


Dans Jurassic World on a un mélange très étrange entre du Terra Nova et des références aux premiers films. Dès qu’au début du film retentissent les premières notes du générique, on a déjà envie d’imaginer que l’on va replonger dans l’univers fantastique du chef d’oeuvre de Steven Spielberg (et je parle du premier film bien entendu). Puis rapidement, on commence à voir apparaître les têtes d’un casting qui manque cruellement d’ampleur et surtout d’intérêt. Mis à part Vincent d’Onofrio, le reste du casting est tout simplement raté. J’ai beau admirer Chris Pratt (que j’ai adoré dans Les Gardiens de la Galaxie mais surtout dans Parks & Recreation), ici il n’a pas vraiment sa place. Il incarne un rôle de héros qui n’a rien du héros. Je dirais même qu’il est la caricature de tout ce qui peut faire une comédie de zoo balourde (je parle de Zookeeper par exemple) et rien de plus. Surtout que le film se met au service de l’acteur et étant donné qu’il ne parvient pas à délivrer quelque chose de particulièrement convaincant, le film dérape un peu. On pourrait dire la même juge de Bryce Dallas Howard qui, de son côté est ridiculeusement drôle (courir en talon avec un T-Rex derrière elle… il fallait le faire).

L'Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d'attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Amblent veut ici nous refaire vivre l’univers de Jurassic Park. Il y a donc tout un tas de références aussi bien dans les dialogues que dans les décors qui sont certes bienvenues mais qui incitent aussi à la comparaison et le moins que l’on puisse dire c’est que visuellement, les dinosaures étaient mieux avant. C’est tout de même dingue de se dire qu’un dinosaure fait dans les années 90 est plus joli qu’un dinosaure de synthèse fait avec la technologie d’aujourd’hui. A côté de ça, Colin Trevorrow (à qui l’on doit l’excellent Safety Not Guaranteed) revient ici avec un film différent (c’est assez drôle car dans son précédent film il mettait en scène Aubrey Plaza qui incarne le rôle de la femme de Chris Pratt - Jurassic World - dans Parks & Recreation, comme quoi…). Sauf que côté mise en scène cela reste un poil trop sobre, peut-être même parfois dans la copie. C’est dommage et peut-être que c’est une demande du studio mais l’émotion manque cruellement dans la caméra de Colin Trevorrow alors que cela aurait justement dû être son but premier : nous émouvoir, nous mettre une vraie claque et je crois que j’aurais alors apprécié Jurassic World bien mieux. A côté de ça, le scénario n’est pas toujours très passionnant alors qu’il a une faculté étrange à passer du coq à l’âne sans créer de liant.

On a l’impression de se retrouver dans un épisode de série dans lequel il faudrait tout mettre en seulement 20 minutes. Du coup, le film vit toujours à cent à l’heure, sans jamais vraiment prendre le temps de se poser (ce qui est un problème pour les émotions que le film tente de créer sans succès). A côté de ça, les enfants sont sensés être les personnages les plus attachants, sauf que le film ne fait jamais rien pour les mettre en avant. Ils sont donc tous les deux (les neveux de Claire) très fades entre un qui semble passer son temps à réciter Wikipédia pour dinosaures et l’autre qui semble avoir un problème qui lui impose de tirer une tête de dix pieds de long. Ce qui aurait dû être un film magnifique est parfois une épreuve et à d’autres moments assez amusants (aussi bien en le voulant que malgré lui). Dans ses moments les plus ridicules, Jurassic World nous fait passer un agréable moment (comme par exemple Bryce Dallas Howard qui courent en talons devant le T-Rex, l’un des moments les plus mémorables du film. Je retiens aussi un Vincent d’Onofrio qui reste fidèle à lui-même et incarnant un peu mieux un film qui avait besoin de quelqu’un comme lui pour se sortir un peu du marasme dans lequel il s’était fourré. Certes (bons) acteurs sont gaspillés comme Jake Johnson dont les blagues sont éculées et ratées, Omar Sy qui se cantonne au rôle de garçon dont on a envie de se poser pour son accent et j’en passe.

Note : 4/10. En bref, Jurassic World a beau être une déception, je ne me suis pas totalement ennuyé. Il y a des tas de défauts, cités plus hauts, mais j’en attendais tellement rien du tout que je n’ai pu qu’être surpris, même par le plus exécrable de ce film.

Commenter cet article

Boby 12/06/2015 15:55

Je te trouve très dur sur le film, tu restes concentrés sur les aspects négatifs.
Oui, le film a des défauts et n'est pas parfait.
Le casting comme tu dis n'est pas parfait, mais moi au contraire, j'ai trouvé très bien Bryce Dallas Howard, qui évolue bien au fil du film et se déride. Le "grand garçon" ne sert pas à grand chose (on ne comprend pas pourquoi ils font plusieurs scènes où il est troublé par la vision d'une fille sans que ça mène nulle part - exemple : un sauvetage à un moment avec l'une d'entre elle en danger, mais même pas).
Pour moi, j'ai trouvé qu'il y avait un peu beaucoup de références au premier film. Certes ça se déroule au même endroit, alors retrouver des lieux communs d'accord (et logique), mais refaire plusieurs scènes quasi à l'identique était peut être un peu abusé.

Mais à part ça, "Jurassic World" rempli totalement sa mission. Dire que l'on va "replonger dans l’univers fantastique du chef d’oeuvre de Steven Spielberg", faut pas pousser avec de tels attentes. Mais au contraire, on y est totalement sur un domaine : voir enfin le parc que souhait John Hammond sous nos yeux. Toutes les scènes de la découverte du parc, de ses attractions sont sublimes, très bien faites, avec une BO épique qui nous donne envie d'y être. Franchement, tout ceci était super réussi. On avait enfin l'aboutissement du rêve de John Hammond sous nos yeux en retrouvant tous les ingrédients d'un parc d'attraction. La scène avec les enfants qui grimpent sur les petits dinos était franchement trop chou et super bien trouvée.

Après cet aspect du parc, niveau action avec les dinosaures (ce qui est tout de même la base des Jurassic Park), c'est tout de même le top niveau. Je crois même que c'est peut être le meilleur film sur ce point, où on a les scènes les plus haletantes (la course des vélociraptors derrière la fourgonette, toutes les scènes avec le méga-hybride super bien foutu et pleines de sursauts, et je ne parle même pas du combat épique final avec le T-Rex).
Franchement, Jurassic World est assez jouissif sur toutes ces scènes d'action. Une vraie réussite.

Enfin, le bonus de cet opus qui est un semi-reboot, c'est qu'il met déjà en place le point de départ de Jurassic World 2 avec l'utilisation des dinosaures comme arme militaire. Là, ca devrait permettre d'aborder un nouveau thème et un nouveau sujet, car je doute qu'on puisse refaire un film dans le parc sans être trop redondant. Ce film met bien en place ce thème pour la suite et c'est un bon point.

Après, oui le casting ne vaut pas celui de Jurassic Park, mais le film est très loin d'être à descendre comme tu le fais avec un pauvre 4/10. Pour moi, il remplit deux très bons points importans avec le parc magnifique et les scènes d'actions des dinosaures super réussis. Et c'est ça qu'on demande et c'est ça qu'on attendait.

delromainzika 12/06/2015 18:01

Je me trouve pas si méchant que ça avec 4/10. Et en allant le voir, je m'attendais à mettre plus proche du 0 ou du 1. Après, je n'arrive pas à trouver quelque chose de beau là dedans car je n'ai pas frissonné et n'ai pas été ému alors que San Andreas pour prendre le blockbuster le plus récent a réussi à me coller au fond de mon siècle. Et pourtant, San Andreas c'est pas ce qui s'est fait de plus fin mais ça s'assumait comme tel. Jurassic World joue la carte sérieux jusqu'au bout, quitte même à se mettre à dos certaines idées qui auraient justement pu être séduisante si le film était sorti de son idée de reprendre le premier film de Spielberg et d'en refaire un truc à la sauce 2015 sans la magie Spielberg. Le héros par exemple tombe dans l'auto-parodie dès sa première apparition où il donne à manger à ses raptors, ou encore la scène dans la grille afin de sauver le petit nouveau, etc. Et puis alors questions dialogues franchement... c'est le bas du plancher.

Alexander_R 12/06/2015 17:46

L'ost n'a rien d'épique, Giacchino tourne en boucle (comme Zimmer) en mixant ses ost de STID & Super 8 avec le thème de John Williams, suffit de voir la première fois où le thème retentit, on voit des gosses courir jusqu'à une pauvre chambre d'hotel pour finir sur une vue (même pas un panoramique) du park (qui semble minuscule) via la fenêtre. Dans le premier film, le thème retentit lorsque l'on découvre pour la première fois le Diplodocus et qu'Hammond dit qu'il a un T-Rex, c'est nettement plus spectaculaire, plus dingue et même encore aujourd'hui ce passage est d'une puissance émotionnelle pure... Il n'y a rien de tout ça dans Jurassic World.

La base des Jurassic Park, ce n'est pas seulement de l'action avec des dinos, mais de parler des dérives de la génétique, des limites que l'argent offre, le premier film parlait des ces dérives, de la science et ses abus, suffit de se rappeler la scène du repas.
Dans le second, il était question des zoos, du respect de la vie animale par rapport à la vie humaine.
Jurassic World ne se sert de la science que comme un gimmick pour simplement lancer ce que sera l'intrigue du second film, c'est déplorable.

Visuellement, c'est totalement à la ramasse, entre un combat final sous lexomil et assez con (lol le raptor qui fait équipe avec le T-Rex) qui pue tellement le CGI que cela en est gênant, la scène du crash de l'hélico digne d'un film de chez Asylum, j'avais pas vu aussi dégueulasse au ciné depuis le 2012 de Emmerich...

Le film n'est pas un semi reboot, c'est un vrai reboot caché dans une suite, comme le fut le Star Trek de l'autre tache d'Abrams. Le film se permet d'ignorer les épisodes 2 & 3 en plus.

Je trouve qu'il à été plutôt clément en mettant un 4/10 au film.

el rey 12/06/2015 14:18

4/10 t'es dur là quand meme...

delromainzika 12/06/2015 14:44

Je ne trouve pas, je trouve que je suis même gentil dans ma note par rapport à tout ce que je dis sur le film ^^