Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Let’s Kill Ward’s Wife, banlieue meurtrière

16 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Let’s Kill Ward’s Wife, banlieue meurtrière

Let’s Kill Ward’s Wife // De Scott Foley. Avec Amy Acker, Patrick Wilson et Scott Foley.


Patrick Wilson semble être abonné aux films se déroulant dans une banlieue avec plein de petits secrets. Après avoir découvert Home Sweet Hell (avec Katherine Heigl) il y a quelques jours, je découvre maintenant Let’s Kill Ward’s Wife. Scott Foley, dont je ne suis pas un grand fan, nous propose ici son tout premier film et sincèrement, cela manque cruellement d’originalité et d’efficacité. L’écriture manque donc d’humour alors qu’il y avait largement de quoi faire beaucoup plus avec ces personnages et nous offrir quelque chose de complètement différent. Cela ressemble à une très mauvaise saison de Desperate Housewives qui aurait justement perdu ce qui faisait le sel de cette série et son énergie. A commencer par l’humour qui est complètement absent de la série pour laisser place à quelque chose de plus tendre. Sauf que ce n’est pas ce que l’on attend d’un tel film. Bien au contraire, on a envie de voir autre chose, C’est un film qui veut réellement jouer la carte de la comédie noire sauf que c’est beaucoup trop gentil, trop simple et il n’y a donc presque aucune surprises. J’ai bien conscience que ce sont les débuts de scénariste et réalisateur de Scott Foley mais je suis conseille de ne pas trop en faire par la suite…

La femme de Ward est une salope. Tout le monde le sait. Même Ward. Après plusieurs conversations sur le sujet au sein du groupe d’amis de Ward, un accident va les conduire à tuer la femme de Ward et devoir cacher le corps.

Le film veut nous amuser avec tout un tas de choses ridicules, que cela soit de pisser sur un cadavre qui est prêt à être découper ou bien se cacher comme des malfrats en jouant à chat perché sur le rebord de la cheminée. Le casting n’est pas étonnant. Il n’est pas mauvais mais bourré de seconds couteaux. Si Patrick Wilson (Home Sweet Hell) et Amy Acker (Person of Interest) sont les vrais intérêts là dedans quand les autres font dans le jeu de seconde zone. Le film tente de sortir des rangs et de nous offrir quelque chose de complètement différent sauf que cela ne fonctionne pas vraiment comme il se doit. Le problème c’est que l’on ne sait pas trop dans quelle direction Let’s Kill Ward’s Wife veut réellement aller et cela devient très rapidement embêtant. L’écriture est terriblement pauvre. Il n’y a que très peu de gags et le peu qu’il y a manquent cruellement de folies alors que sincèrement cela aurait été le vrai intérêt de ce film, de partir dans tous les sens. On est loin de Home Sweet Hell par exemple qui avait réussi avec un personnage fou et ambivalent à faire quelque chose de réellement efficace.

Je ne peux donc pas vous conseiller Let’s Kill Ward’s Wife, même pour un dimanche pluvieux. Côté mise en scène Scott Foley ne fait pas de folies non plus. On retrouve un grain pâle et c’est là aussi un autre problème de ce film. Cela ne permet pas du tout de s’impliquer dans le film et cela ne finit donc que par devenir terriblement décevant. Nicolette Sheridan, en bon souvenir de Desperate Housewives, fait donc partie du casting de ce film qui suggère un épisode de la série qui aurait été fait par un enfant de 12 ans. Scott Foley n’a aucune idée de ce qu’il doit faire pour nous séduire et nous intéresser à son film, autant dans la mise en scène que dans le scénario, ou encore dans la piètre direction d’acteur. Il ne suffit pas de faire des petites choses ici et là pour séduire il faut aussi une vraie intrigue jouissive et prenante. Finalement, Let’s Kill Ward’s Wife est donc un nanar comme je ne m’attendais pas d’en voir. C’est bien dommage car j’avais réellement envie d’être séduit, ne serait-ce que parce que l’histoire fonctionnait bien.

Note : 1/10. En bref, complètement raté.

Date de sortie : Directement en DVD

Commenter cet article