Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Search Party, mauvais trip

7 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Search Party, mauvais trip

Search Party // De Scot Armstrong. Avec T.J. Miller, Thomas Middleditch et Adam Pally.


Scot Armstrong, le scénariste de Very Bad Trip 2 passé enfin derrière la caméra afin de réaliser son premier film (on le retrouvera par ailleurs l’année prochaine avec Dice, une série qu’il a créé pour Showtime). L’un des avantages de cette série est son casting. On retrouve Thomas Middleditch et T.J. Miller de Silicon Valley avec Adam Pally (The Mindy Project) et cela m’a fait me demander pourquoi Adam Pally n’est toujours pas dans la comédie de HBO. Il y a une vraie alchimie entre les trois acteurs que j’ai tout bonnement adoré. L’histoire ressemble légèrement à l’ambiance d’un Very Bad Trip. Il y a donc tout un tas de conneries qui s’enchaînent, dont certaines sont des références (j’ai adoré le fait que Garfunkel & Oates fasse une petite chanson, je regrette d’ailleurs toujours l’annulation de leur série). Rapidement, l’humour est très proche de ce que l’on a pu voir dans le film avec les témoins et le marié. Search Party est cependant une comédie balisée. On retrouve donc un très solide casting avec tout un tas de gags prévisibles et une résolution pas toujours juste. Du coup, l’humour manque un peu à mon goût malgré quelques bonnes idées (un petit saut de balcon à balcon, le saut dans la piscine, etc.)

Vingt quatre heures plus tôt, Nardo se tenait devant l’autel aux côtés de l’amour de sa vie. Aujourd’hui, il grelotte en collants dorés dans le désert mexicain, et les seuls en mesure de l’aider sont ses deux meilleurs amis...

Cette comédie a peut-être voulu reposer sur des choses que l’on connaît déjà et n’a donc pas vraiment réussi à être totalement à la hauteur des attentes. Il y a des personnages qui ne sont pas assez délirants à mon goût et d’autres qui le sont trop dans le mauvais sens du terme (The Amazing Hugo est probablement le personnage le plus ridicule et le plus ennuyeux qu’il soit). Heureusement que le crochet fait avec Nardo au milieu du Mexique est plutôt drôle. Dans le registre de la comédie c’est lui qui a les meilleurs moments du film et presque les plus originaux (par rapport au reste qui fait dans la - presque - redite de Very Bad Trip). De voir Nardo tenter de se faire virer de l’argent, se retrouver au coeur d’un attentat à la pudeur, au milieu de la cocaïne de dealers, etc. C’est tout de même assez drôle car Thomas Middleditch est excellent. A côté de ça, certains personnages ont énormément de mal à trouver le place comme Christy (incarnée par Kristen Ritter). J’adore cette comédienne mais le personnage est fade. Mais cela vient aussi du fait que l’intrigue manque cruellement d’ampleur et de développement de personnages efficaces.

Le fil rouge manque lui aussi d’intérêt car il n’a jamais réussi à trouver de façon originale de raconter son histoire. Le problème c’est que la façon dont tout cela s’enchaîne n’a pas forcément de cohérence. Tout s’enchaîne et puis c’est tout. Il n’y a rien plus là dedans, Search Party perd alors en crédibilité (même si ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus important au premier abord). Côté mise en scène, rien de bien nouveau non plus. C’est un autre des problèmes de ce film. A vouloir ressembler à toutes les comédies américaines de ces dernières années, le film se heurte à un véritable défaut. Search Party est donc une comédie avec quelques bons moments, un casting assez large et pourtant sous exploité et des facilités qui ne parviennent pas à nous offrir le meilleur de l’idée de départ. A vouloir rester enfermer dans le même style de film, Scot Armstrong ne pouvait que se répéter. Pour un premier film, on va dire qu’il a probablement voulu réaliser quelque chose qui lui colle à la peau, à question d’être un spectateur qui ne cherche pas trop la petite bête.

Note : 4/10. En bref, parfois un bon casting ne fait pas tout.

Date de sortie : 10 décembre 2014

Commenter cet article