Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Cut, amour et haine

1 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : The Cut, amour et haine

The Cut // De Fatih Akin. Avec Tahar Rahim, Simon Abkarian et Makram Khoury.


Tahar Rahim, un peu comme Reda Kateb ces derniers temps, est l’un des meilleurs acteurs de sa génération et je ne cesse d’être fasciné par cet acteur pour des raisons qui me sont propres, face aux émotions que j’ai pu vivre dans les différents films où j’ai pu l’apercevoir. Je connaissais déjà Fatih Akin avant d’aller voir ce film pour Soul Kitchen (2009) et De l’autre côté (2007), deux films atypiques mais brillants sur le besoin de tenter de s’échapper, de passer d’une frontière à l’autre, etc. On a beau dire jamais deux sans trois, The Cut est pourtant une déception. En effet, ce film fait partie d’une trilogie composée de Head-On (que je n’ai pas encore vu mais dont on ne me dit que du bien), De l’autre côté et celui-ci. L’avantage de ce film est d’avoir une belle histoire suffisamment forte et poignante pour nous emporter durant deux heures et quart de film (ce qui n’est pas rien). Mais la mise en scène du réalisateur manque cruellement d’un petit quelque chose qui aurait pu rendre ce film beaucoup plus fluide, tant dans la fresque historique dans laquelle il nous plonge (en Anatolie en 1915) que dans le coeur même de l’histoire, assez ambiguë entre anges et démons.

Anatolie, 1915. Dans le tumulte de la Première Guerre mondiale, alors que l’armée turque s’attaque aux Arméniens, le jeune forgeron Nazaret Manoogian est séparé de sa femme et ses deux filles. Des années plus tard, rescapé du génocide, Nazaret apprend que ses filles sont toujours en vie. Porté par l’espoir de les retrouver, il se lance dans une quête éperdue, ponctuée de rencontres avec des anges et des démons, du désert de la Mésopotamie aux prairies sauvages du Dakota..

Le film est pourtant louable et ressemble dans le fond à ce que Fatih Akin a pour habitude d’offrir et Tahar Rahim est convaincant dans le rôle de Nazaret, mais ce n’est apparemment pas suffisant. Simplement car le scénario ne décolle pas suffisamment et qu’il y a une sorte d’académisme dans la manière de mettre le tout en boîte qui m’a vraiment déplu. Je me suis vraiment demandé si finalement il n’y avait pas un problème dans le montage du film qui aurait pu briser la fluidité de la mise en scène de Fatih Akin et bousculer donc mes habitudes avec ce cinéaste mais je n’en suis pas certain. On sent aussi qu’il y a un vrai travail de recherche qui a été fait sur la culture de ces lieux atypiques et originaux, qui sortent encore une fois le spectateur de son pays afin de rencontrer des problèmes du Moyen Orient qui ne nous touchent pas nécessairement de près (même si Soul Kitchen était un film se déroulant en Allemagne dans mes souvenirs). On retrouve aussi la sincérité du metteur en scène dans ce qu’il veut dépeindre. Sa façon de raconter l’histoire reste propre à lui-même et à son savoir. Par ailleurs, ce film est aussi sorti dans un contexte assez intéressant d’un point de vue politique puisque François Hollande a appelé en avril dernier à reconnaître le génocide arménien et c’est ce dont ce film parle en partie.

Justement, c’est peut-être aussi l’autre erreur de The Cut, de ne pas avoir voulu rester fidèle à une chose et de s’être éparpillé dans tous les sens. Il y a donc plusieurs choses là dedans, comme si finalement Fatih Akin ne voulait pas faire une trilogie mais une quadrilogie avec son histoire et intégrer deux histoires (ou surtout deux idées) en une seule. De ce projet ambitieux, on ne retient donc que quelques petits éléments qui ne sont pas forcément les plus intéressants. Tahar Rahim donne de la nuance à son personnage, ce qui permet de suivre le récit avec attention et beaucoup de simplicité. Mais ce n’est pas tout car The Cut est aussi une occasion de rappeler que le réalisateur est quelqu’un de très engagé, qu’il a des valeurs et qu’il parvient malgré tout à les transmettre aux téléspectateurs. C’est tout à son honneur et je ne peux que le remercier de faire cet effort. Quoi qu’il en soit, je ne vais pas non plus descendre complètement The Cut mais j’aurais attendu quelque chose d’un poil plus plaisant et moins fourre-tout, comme cela peut l’être à certains moments. L’émotion est quant à elle assez forte pour nous donner envie de verser quelques larmes (je sais, je suis un grand sensible).

Note : 5/10. En bref, dommage que cette dernière partie d’une trilogie entamée il y a quelques années n’ait pas délivré totalement ce qu’elle aurait pu faire.

Date de sortie : 14 janvier 2015

Commenter cet article