Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hannibal. Saison 3. Episode 2. Primavera.

12 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Hannibal

Critiques Séries : Hannibal. Saison 3. Episode 2. Primavera.

Hannibal // Saison 3. Episode 2. Primavera.


Le premier épisode était une façon de nous remettre dans le bain du point de vue d’Hannibal et Bedelia. Ce nouvel épisode est une façon de nous permettre de savoir ce qui s’est passé avec Will Graham depuis la fin de la saison précédente mais il reste encore deux personnages dont on ne connait pas le destin : Jack Crawford et le Dr. Alana Boom. Pour ce qui est de Will, ce dernier a beau avoir été poignardé par Hannibal, ce dernier n’a pas voulu le tuer. Il a poignardé Will au bon endroit afin de ne toucher aucun de ses organes, simplement lui faire perdre connaissance. A côté, Abigail n’a pas eu la même chance. Cette dernière est morte et ce même si dans un premier temps, Hannibal semble vouloir nous faire croire le comprendre. Bryan Fuller continue de me surprendre dans sa façon d’utiliser l’univers horrifique de sa série. Il parvient encore une fois à développer des séquences psychédéliques fascinantes, ne serait-ce que celle de ce corps emballé en forme de coeur humain dans l’Eglise de Florence qui va se déplier et se transformer en cerf sous les yeux de Will. Will Graham est quelqu’un qui n’a pas toute sa tête mais ça, on ne sait depuis le début de la saison. La façon dont cette scène intervient permet aussi de rappeler à quel point Will est très atteint et que psychologiquement il va être très difficile de s’en sortir. En tout cas, tout de suite.

Si l’on a déjà vu Dragon Rouge, on sait pertinemment quel est le destin de Will et ce qui nous attend soit cette année soit l’année prochaine (je vois mal comment Hannibal ne pourrait pas avoir de saison 4 de toute façon, surtout avec des acteurs comme Netflix dans les parages). Mais cet épisode n’est pas un épisode de série classique comme on peut en voir des dizaines. On a l’impression de plonger dans un véritable film et le fait que la série utilise Florence comme nouveau lieu de jeu est une occasion de le rappeler, que Hannibal ne s’arrête pas aux Etats-Unis et qu’elle a de l’ambition, celle de raconter la véritable histoire d’Hannibal qui passe par l’Italie. La scène qui nous ramène à la fin de la saison précédente est une belle entrée en matière qui fonctionne à la perfection. Mais l’intérêt de cet épisode, comme du précédent, est de rappeler que les femmes ont une forte influence dans l’univers de Hannibal. Le premier épisode était presque celui de Bedelia alors que celui-ci est celui d’Abigail. Il y a deux twists autour de cette dernière. Le premier est qu’elle st de retour et ensuite que l’on découvre que ce n’était que l’imagination de Will que Hannibal a voulu mettre en scène comme si ce n’était pas forcément son imagination. Bien que la première version du twist soit un peu facile et ridicule (et difficile à avaler), la seconde permet de rappeler la folie que la série tente d’incarner.

C’est aussi une façon très différente de raconter une histoire qui a encore tellement de choses à nous démontrer. Par ailleurs, cet épisode est l’occasion de nous introduire à l’inspecteur Rinaldo Pazzi (incarné par l’excellent Fortunato Cerlino, vu dans le film Gomorra) et ce dernier permet de revenir sur les premiers crimes d’Hannibal. L’épisode est malin comme tout et rappelle encore une fois que tout est lié. Le lien entre cet épisode et le précédent est la façon dont le corps est disposé. Il remonte à une discussion entre Hannibal et Bedelia qui rappelait que notre monstre n’était pas très concerné par l’éthique, mais plutôt tout ce qui est esthétique. Et c’est vrai, Hannibal est très esthétique ces derniers temps, c’est pour cela que la disposition du corps est probablement inspirée de la culture italienne et de son art propre. Visuellement, cet épisode est une fois de plus brillant. Je crois que c’est l’une des plus belles séries qu’il y ait actuellement en télévision qui tente des tas de choses visuellement et dans le seul moyen de nous agripper sans jamais nous lâcher. C’est une facilité déconcertante dans un sens mais qui fonctionne à la perfection. Finalement, ce nouvel épisode de Hannibal est une occasion de faire un bilan du côté Will Graham. Le prochain devrait donc équilibrer ce dernier avec l’histoire d’Hannibal. J’ai hâte.

Note : 8/10. En bref, un solide épisode une fois de plus.

Commenter cet article

Vince77 19/07/2015 10:39

Le soulagement de voir Abigail vivante puis le fait de comprendre que c'était un mirage m'a ruiné le moral pendant deux jours^^