Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Killjoys. Saison 1. Pilot.

22 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Killjoys

Critiques Séries : Killjoys. Saison 1. Pilot.

Killjoys // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Nouvelle production entre le Canada et les Etats-Unis pour Space et Syfy, Killjoys apparaît donc comme une série de science-fiction intéressante sur le papier, mais qui manque cruellement d’exécution. Je m’explique, le sujet de base de cette série est très ambitieux, celui de nous parler d’un système planétaire lointain et de créer des intrigues autour de ça est quelque chose que je ne peux qu’apprécier. Les séries de SF manquent cruellement en télévision et de voir que Syfy nous en dégoter quelques unes ces dernières années est réjouissant. Le seul problème ici c’est que ce n’est peut-être pas aussi bien que je n’aurais probablement pu le souhaiter. Le monde des séries aime nous parler de chasseurs de prime et accessoirement dans un monde où l’on peut aller au delà de la Terre dans des galaxies complètement différentes. Créée par Michelle Lovretta, créatrice de Lost Girl (que j’ai toujours reniée même si la série a créé un personnage féminin fort et que pour cela on peut au moins lui reconnaître une petite qualité), elle reste ici fidèle à ses principes avec Dutch (incarnée par Hannah John-Kamen), une autre personnage féminin en guise de héros d’une série. C’est judicieux de mettre des femmes à l’honneur dans un monde qui semble souvent donné la part belle aux hommes.

Au coeur du Quad, un système planétaire lointain, une guerre des classes est sur le point de débuter. Trois chasseurs de primes intergalactiques tentent de rester impartiaux et risquent leurs vies pour capturer leur cible.

Et franchement, je préfère les femmes en héroïne bad-ass dans ce genre de séries. Je ne sais pas trop pourquoi mais il y a quelque chose de tout de suite plus classe. Son partenaire de crimes est John (incarné par Aaron Ashmore, l’un des jumeaux) et leur relation est plutôt construite sur quelque chose de très détendu. Disons que Killjoys ne cherche pas à nous prendre trop la tête avec des mystères dans tous les sens, c’est au contraire une série qui veut nous démontrer que l’on peut nous amuser sans trop réfléchir avec une série de SF. Sauf que justement, au delà de la présentation des personnages et accessoirement de l’univers de Killjoys, la série peine à nous intriguer. Il n’y a rien de très passionnant derrière malgré toute l’ambition que les scénaristes semblent se donner. Il est vraiment difficile de savoir où est-ce que Killjoys peut réellement aller au delà de ce premier épisode. Je n’ai pas été totalement convaincu par la direction que prend la série dans cet épisode. Mais si seulement il n’y avait que ça alors on serait probablement sauvés. Le problème que j’ai eu avec cet épisode c’est qu’il veut parfois trop faire de choses de façon assez confuse. Il y a du potentiel mais le récit est parfois un peu trop longuet et il ne décolle jamais vraiment.

Pourtant, le casting est assez réussi et pas seulement du point de vue du lead féminin qui est probablement l’un des rares bons éléments de la série pendant que les personnages masculins sont légèrement différents, plus secondaires mais servent encore une fois très bien le récit. Côté visuel, on ne peut pas trop en vouloir à la série de ne pas avoir les moyens de ses ambitions. Cela reste assez laid la plupart du temps mais bon, je ne peux pas en vouloir à une telle série de ne pas réussir à faire de très jolis trucs de ce point de vue en grande partie car c’était prévisible. Cependant, je m’attendais à ce que le récit soit plus caractérise, qu’il parvienne à nous plonger dans un univers vraiment atypique alors qu’au delà du côté chasseurs de prime, on retrouve des éléments de Battlestar Galactica, de Firefly et même de Defiance. Ce sont de très bonnes références mais l’on ne peut pas dire qu’elles soient toutes bien représentées dans Killjoys. Au contraire, cette dernière semble faire quelque chose de trop procédurier à mon goût, surtout que cela va installer par la suite une vraie mécanique. Jusqu’à potentiellement m’ennuyer terriblement. Je demande cependant à voir la suite car la fin laisse entrevoir une vraie perspective future.

Note : 4.5/10. En bref, déçu du résultat.

Commenter cet article