Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Meurtres au Paradis - Death in Paradise. Saison 4. Episodes 7 et 8.

17 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Death in Paradise, #Meurtres au Paradis

Critiques Séries : Meurtres au Paradis - Death in Paradise. Saison 4. Episodes 7 et 8.

Death in Paradise - Meurtres au Paradis // Saison 4. Episodes 7 et 8. Episode Seven / Episode Eight.
SEASON FINALE


Pas de soucis, Death in Paradise est déjà renouvelée pour une saison 5 alors que la saison 4 a réalisé les meilleurs scores de toute l’histoire de la série sur BBC One au début de l’année. Avant de parler un peu plus de ces deux épisodes, j’aimerais faire une nouvelle mise au point. Je crois que je n’ai jamais vu autant de commentaires que sur mes articles de Death in Paradise critiquant le fait que je n’ai pas publié ces articles à la minute à les épisodes sont sortis, comme si je n’avais pas le droit de faire ce que je veux de ce site Internet et donc de publier quand cela me chante mes critiques des épisodes de toutes les séries dont j’ai envie de parler. Je ne comprends toujours pas pourquoi si ce n’est que les trolls se fatigueront probablement avant moi. Pour ce qui est de ces deux épisodes, la série termine sa saison plus ou moins comme elle l’a débuté c’est à dire avec deux épisodes d’une qualité assez efficace, trouvant une fois de plus une dynamique intelligente autour de chacun de ses personnages. Ce n’était pas forcément donné à tous les scénaristes de réussir à muer autant de fois une série comme celle-ci mais le résultat est au rendez-vous. Au travers de ces deux épisodes, l’une des réussites est avant tout la relation qu’il y a entre Goodman et Cassell. Je trouve que les deux font une paire d’inspecteurs assez sympathiques.

La série ne se contente pas de les mettre sur le terrain, elle veut également nous proposer de les suivre dans leurs aventures plus personnelles. Du coup, de voir Goodman et Cassell partager un petit cocktail est quelque chose que j’aime bien car c’est quelque chose qui fonctionne à l’écran. Je me demande encore ce que Death in Paradise peut vraiment faire du point de vue de ses personnages pour nous surprendre mais je suis persuadé que la saison 5 pourrait être celle du salut et nous permettre de voir une saison sans grandes problématiques de départs de personnages (enfin, c’est tout ce que je souhaite). J’ai eu du mal à me faire à Kris Marshall par moment l’an dernier mais je trouve qu’ils ont su faire quelque chose de particulièrement intelligent avec cette saison 4 à laquelle je en m’attendais pas du tout. Ce n’est pas le rendre plus sympathique car il l’était déjà mais simplement à le prendre un peu plus intéressant aux yeux du téléspectateur, surtout quand le téléspectateur a été habitué à d’autres dynamiques précédemment et que Death in Paradise semblait vouloir copier l’an dernier. Kris Marshall a donc trouvé sa place dans la série et c’est merveilleux car c’est tout ce dont j’avais besoin. L’appréciation de la saison s’en est fait ressentir. Avec ces deux épisodes, nous avons aussi un lot d’enquête comme à chaque fois.

De ce point de vue là aussi Death in Paradise reste fidèle à elle-même. La première histoire des deux, suivant l’histoire d’une femme retrouvée assassinée dans son lit avec son téléphone volé est une piste intéressante. Au fil de l’épisode les suspects s’enchaînent et la série ne veut pas vraiment sortir des carcans de ce point de vue là mais cela fonctionne une fois de plus. Mes moments préférés sont ces moments Gaston Leroux avec tous les personnages réunis au même endroit à la fin de l’épisode avec l’inspecteur qui fait son petit monologue afin de dire comment il a découvert que tel ou tel personnage est responsable du meurtre en question, voire même plusieurs personnages. C’est toujours à ce moment là que Death in Paradise réussie. Pourtant, il n’y a rien de particulièrement surprenant là dedans mais étrangement, cela fonctionne très bien. Le dernier épisode se concentre sur Jack Harmer, accusé d’avoir tué Sabine Mason, et qui se retrouve lui aussi assassine dans sa cellule de prison alors qu’une voiture a été vue prenant la fuite non loin de la scène de crime. Rapidement les suspects s’enchaînent comme le pasteur qui a finalement jamais tiré avec le pistolet et il s’avère que cette histoire est finalement beaucoup plus complexe que l’on ne pourrait le penser étant donné qu’elle implique bien d’autres éléments. Finalement, cette saison 4 est une bonne surprise jusqu’au bout et c’est avec envie que je vais donc me diriger vers la saison 5 l’année prochaine.

Note : 6.5/10. En bref, solide fin de saison.

Commenter cet article