Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mind Games. Saison 1. BILAN.

13 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Mind Games

Critiques Séries : Mind Games. Saison 1. BILAN.

Mind Games // Saison 1. 13 épisodes.
BILAN


Mind Games est une série étrange. Kyle Killen est un scénariste que j’ai parfois un peu de mal à cerner mais qui a toujours tenté de créer des séries différentes. Avec Mind Games, ABC a voulu elle aussi sa dose de Kyle Killen même si tous les projets de ce dernier se sont arrêtés soit en cours de saison soit à l’issue de la première saison (Lone Star pour FOX, Awake pour NBC, deux très bonnes séries). J’étais donc curieux de voir ce que j’avais raté avec Mind Games, abandonnée après le premier épisode particulièrement médiocre. Ce n’était pas du bon Kyle Killen même si j’avais trouvé quelque chose d’intelligent là dedans. L’idée de base de cette série était donc de nous raconter une histoire avec beaucoup de bons sentiments afin de nous donner envie de passer du temps, plusieurs saisons, avec tous les personnages. Mais au même moment, on découvre le casting qui lui manque du coeur que la série veut nous faire partager. De Christian Slater à Steve Zahn (actuellement dans Modern Family), on se rend rapidement compte que Mind Games n’ira pas plus loin de ce sentiment de légèreté ambiante qu’elle veut nous faire partager. Sauf qu’au fil des épisodes, cette légèreté se ressent dans la simplicité du scénario (tout en ayant une base toujours très difficile à cerner).

La série veut raconter l’histoire de deux frères, l’un génie bipolaire et l’autre un ancien escroc. Ils veulent tous les deux utiliser ce dont ils sont capable afin de faire le bien en résolvant les cas de clients qui viennent les voir avec des problèmes. Sauf que voilà, la façon dont tout cela est écrit est souvent lâche et fade. Les épisodes manquent cruellement d’émotion alors que le coeur même de la série veut nous vendre quelque chose de touchant. La relation entre les frères Edwards aurait dû être l’un des éléments les plus importants et les plus intéressants, sauf que ce n’est pas non plus le cas. J’ai eu l’impression de voir tout le contraire, c’est-à-dire quelque chose de médiocre qui a énormément de mal à creuser les personnages. On a alors les cas de la semaine qui sont sensés eux aussi nous donner envie de voir plus des personnages et de leur façon de résoudre les cas. Sauf que là aussi c’est un semi-échec. Mind Games est une série procédurière dans la plus grande tradition du genre (quelque chose que Killen n’a jamais vraiment fait auparavant avec ses deux précédentes créations). Heureusement que Kyle Killen et son esprit semblent être là tout au long de la série, sinon j’aurais probablement eu plus de mal que ça à aller au bout de cette première saison.

Les personnages centraux de la série sont purement Killen-ien mais pas toujours dans le meilleur sens du terme. Car les acteurs ne sont pas à la hauteur des personnages que la série veut nous offrir et de ce faire, il y a quelque chose de terriblement fade dans leur interprétation qui n’a pas réussi à me séduire complètement. La façon dont nos personnages tentent d’influencer les autres avec leurs atouts, de façon imperceptible est quelque chose qui me plait car c’est une bonne idée. Mais ce n’est peut-être pas fait de la meilleure façon qu’il soit. Il y a de très jolies scènes comme celle des ballons dans le dernier épisode par exemple mais ce n’est pas toujours suffisamment fort pour autant. Le côté mental de chacun des personnages est parfois assez fun, mais pas toujours non plus. On voit qu’il y a de la recherche dans le scénario de cette série afin de savoir comment influencer les gens et nous raconter des petites astuces que l’on n’aurait probablement pas vu au départ : hypnose, contact humain sur des mots très précis, émerveillement, etc. Il y a des tas de choses qui sont utilisées afin de truquer notre subconscient et lui donner une vision différente des autres.

Bien entendu, la façon dont Clark raconte dans le premier épisode à son équipe, tous plus incrédules les unes que les autres, ce qu’ils vont faire est une façon assez fraîche de voir ce genre de séries. Cela aurait très bien pu être un échec et finalement je trouve que c’est tout le contraire, c’est une très bonne et belle réussite. Comme quoi… Au travers des 13 épisodes de cette première saison (et il n’y avait pas vraiment besoin de plus, d’autant plus que cela se termine comme si 13 épisodes était suffisant et que l’histoire était donc bouclée), que j’ai pris le temps de rattraper, il y a donc du bon et du mauvais, ne donnant pas forcément l’impression d’une série réussite comme n’aurait probablement apprécier qu’elle le soit. Je pensais que le premier épisode n’était qu’une petite erreur de parcours et finalement ce n’est pas vraiment le cas. Dommage.

Note : 4.5/10. En bref, Kyle Killen n’a pas réussi le triplé gagnant.

Commenter cet article