Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 3. Episode 4.

18 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Orange is the New Black

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 3. Episode 4.

Orange is the New Black // Saison 3. Episode 4. Finger in the Dyke.


En choisissant de se concentre sur Crazy Eyes et Big Boo, cet épisode nous offre encore une fois une bonne dose de mélancolie. A commencer par Boo. J’ai beaucoup aimé ce qui se passe dans les flashbacks avec elle, alors que l’on découvre le personnage sous un angle complètement différent, un angle beaucoup plus touchant. Je me demande si au fond cette année, Orange is the New Black ne veut pas nous proposer quelque chose de beaucoup plus dramatique. Car c’est ce que cet épisode fait. Les flashbacks sont là pour nous rappeler à quel point on est si peu sur cette terre. Le flashback où l’on voit Big Boo se rendre à l’hôpital afin de voir sa mère mourante était l’un des moments les plus étonnants. Mais son père lui demande avant tout de changer, car son père lui a dit que tout le monde n’a pas le privilège d’être soi-même tout le temps. Boo n’aura jamais vu à nouveau sa mère en vie après cette histoire. C’est forcément quelque chose qui a une vraie implication émotionnelle, d’autant plus que Orange is the New Black cherche à faire un lien avec le présent. La scène dans le salon de coiffure de la prison était donc un choix judicieux. Cela permet à la série de changer un peu le personnage de Boo alors qu’en parallèle on la découvre dans son passé, pas toujours ce qu’il y a de plus joyeux, capable de tomber sur des filles qui ne veulent pas forcément son bien ou encore sur le regard des autres.

Big Boo est donc un personnage que Orange is the New Black fait bien d’utiliser dans cet épisode car cela permet encore une fois de changer un peu le point de vue de la série. J’ai l’impression que pendant les deux saisons précédentes la série s’est trop concentrée sur Piper, Alex, l’ancienne vie de Piper et quelques autres personnages. Big Boo n’a pas vraiment eu l’occasion de briller quand d’autres l’ont eu à plusieurs reprises. De début de saison semble vouloir corriger ce petit problème avec une vision des choses légèrement différente de ce que l’on avait pu voir jusqu’à présent. Pendant ce temps, Caputo est en train de tenter de vendre la prison à une société privée afin qu’elle ne ferme pas ses portes. Je suis certain que s’il a réussi à la vendre, ce n’est pas forcément pour les bonnes raisons mais peu importe. C’était assez amusant de le voir face aux femmes de la prison avec tous ces cols blancs qui se demande bien ce qu’ils vont pouvoir faire d’un tel établissement. Si la fin semble marquer la fin d’un micro-arc narratif, je suis certain que tout cela est loin d’être fini surtout que j’imagine que la société privée ne va pas forcément faire les choix dans le sens de ce que Caputo veut, mais de ce que la société veut). Surtout qu’il y a du terrain inoccupé et ce sera forcément là le problème de la saison pour Caputo je suppose.

De son côté, Piper m’a fait vraiment rire. Je ne m’attendais pas du tout à ce que le personnage soit aussi drôle que ça face à sa mère et sa propre famille. Elle fait bonne figure avec son air sarcastique jusqu’à ce qu’elle balance tout d’un coup et notamment à quel point elle aime hurler de plaisir avec … une femme. C’est drôle ce moment et je pense que Orange is the New Black pourrait bien s’éloigner d’une partie de ce que la série faisait jusqu’à présent sur Piper : lui donner encore de quoi se connecter au monde extérieur. Désormais, la série va aller dans une direction complètement différente, laissant Piper dans la prison avec Alex et puis c’est tout. De toute façon, on n’a pas besoin d’en savoir plus sur Piper, on sait déjà où est-ce que l’on en est. Enfin, c’est Crazy Eyes qui est aussi là pour nous bouleverser. J’aime beaucoup ce que Crazy Eyes peut faire de ce point de vue là et j’apprécie donc qu’elle tente de faire afin de briser une fois de plus les personnages. Orange is the New Black veut aussi nous dire que ce que l’on sait au sujet de ces personnages ce n’est rien par rapport à ce que l’on ne sait pas encore. Je n’étais pas convaincu par le tout début de la saison mais je crois que depuis l’épisode précédent, Orange is the New Black est enfin sur la bonne route (enfin, je l’espère sincèrement).

Note : 8/10. En bref, l’épisode ne remonte pas le moral mais fait cas d’efficacité.

Commenter cet article