Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 3. Episode 9.

25 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Orange is the New Black

Critiques Séries : Orange is the New Black. Saison 3. Episode 9.

Orange is the New Black // Saison 3. Episode 9. Where My Dreidel At.


Cette année, j’ai vraiment du mal à voir où est-ce que Orange is the New Black veut nous emmener. Il n’y a pas vraiment d’enjeux, rien de très palpitant pour nous donner envie de rester mais malgré tous les problèmes d’errances scénaristiques que je vois dans cette saison 3… j’ai envie de revenir. J’ai envie de revenir chaque semaine afin de voir les nouvelles aventures de chacun des personnages car c’est une série qui a un lot de personnages particulièrement bons, d’un point de vue dramatique comme humoristique. Après l’épisode centré sur Alex, la série revient enfin à quelque chose de plus sensé dans cet épisode. Il y a quelque chose de particulièrement drôle et dramatique à la fois dans cet épisode et qui semble vouloir aussi un peu bousculer tout ce que la saison avait pu faire jusqu’à présent (de pas très bon d’ailleurs parfois). Du coup, la place de la religion était lancée plus ou moins par Norma il y a de ça deux épisodes. Ce n’était pas un choix judicieux à mes yeux car c’était éparpiller encore un peu plus une série qui avait plus besoin de direction qu’autre chose. Et pourtant, la religion est dans cet épisode ce qui donne aussi envie d’en découvrir plus, de ce que la série pourrait faire de tout ça au delà de ce qu’elle a déjà pu démontrer pour le moment. Cela pourrait apparaitre comme complexe mais pas du tout.

Je suis souvent septique face à des intrigues de ce genre là, surtout quand la figure de proue était un personnage comme Norma. Mais non, cet épisode est quelque chose d’autre, dans le sens où la religion de Norma est basée sur la notion de foi qui guéri et de miracles. Bien entendu, dans le peu de situations que l’on a pu voir, c’est loin d’être vrai. Mais ce que j’ai aussi étonnamment trouvé intelligent avec cet épisode c’est l’utilisation des flashbacks. On nous plonge dans l’univers de Leanne, encore un personnage secondaire passe partout au premier abord, qui a un passé Amish. Le parallèle entre le présent et le passé est plus que jamais intéressant et permet de comprendre encore une fois un peu mieux pourquoi Orange is the New Black semble se diriger vers quelque chose de plus religieux. Après tout, on a des personnages qui sont aussi enfermés dans une prison et qui ont besoin de quelque chose en quoi se raccrocher et la religion peut être la réponse à leurs besoins. Norma était déjà très croyante elle, elle a cru en une sorte de gourou qui s’est moqué d’elle à un moment, lui donnant envie de devenir elle aussi importante en prison il y a deux épisodes de ça. Le passé Amish est l’un des meilleurs trucs de cet épisode car cela change complètement de tout ce que l’on a pu voir depuis le début de la saison.

Je ne m’y attendais pas du tout mais c’est aussi une façon de parler d’autres sujets que Orange is the New Black n’a pas abordé (contrairement à ce qu’elle a fait depuis le début de la saison qui sentait par moment le réchauffé). Ensuite, ce qui fonctionne aussi là dedans c’est qu’il s’agit de l’un des flashbacks les plus étrangement construit de la saison. On n’a pas l’impression de suivre une trame ce qui engage un peu plus le téléspectateur et lui donne envie de comprendre. Ce flashback ne cherche pas non plus à nous expliquer sa vie toute entière. Cela raconte juste le moment où elle a volontairement abandonné sa foi, un sacrifice qui a laissé un trou dans son existence qu’elle a comblé par la drogue. C’est poétique comme histoire et cela sauve tout l’épisode d’un naufrage. Car en parallèle, nous avons Piper et Stella. Cette relation, la série la dessine depuis quelques temps maintenant et l’éloignement avec Alex fait que finalement c’est presque logique de les voir se bécoter. Sauf que Piper m’ennuie terriblement ici, tout comme Stella et cette nudité inutile. Il n’y a pas la même poésie dans cette relation que dans celle avec Alex (qui a été construite de façon intelligente, au travers de l’éveil homosexuel de Piper). Et les autres personnages ont du mal à se faire une place si ce n’est que Taystee a droit à quelques bonnes répliques et que Gloria a peut-être plus à nous raconter que l’on aurait probablement pu le penser.

Note : 8.5/10. En bref, heureusement que Leanne est là.

Commenter cet article