Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Rizzoli & Isles. Saison 5. Episodes 16 et 17.

18 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Rizzoli & Isles

Critiques Séries : Rizzoli & Isles. Saison 5. Episodes 16 et 17.

Rizzoli & Isles // Saison 5. Episodes 16 et 17. In Plain View / Bite out of Crime.


L’arrivée de Nina Holiday dans Rizzoli & Isles ne s’est pas faite facilement car Idara Victor n’a jamais su remplacer Lee Thompson Young sur la mort en 2013 a été un véritable coup dur pour la série. Il n’était pas le personnage le plus important et pourtant, étant donné que Rizzoli & Isles est une série qui installe une vraie routine, dès que celle-ci est complètement bousculée alors il est difficile d’aller de l’avant. « In Plain View » est un épisode assez classique pour la série avec quelques moments plus touchants que d’autres car la série adore appuyer sur les émotions. On sent que la série utilise cette scène entre Jane et ce jeune garçon pour nous dire qu’au fond elle aurait été une excellente mère si son bébé avait réussi à sortir de son ventre. Le fait que l’équipe puisse faire équipe avec un autre détective est quelque chose que Rizzoli & Isles semble utiliser pour tenter de se sortir un peu d’une certaine mécanique. Je ne vais pas dire que je n’aime pas quand une série ne tente pas des choses avec d’autres intervenants histoire de nous offrir une vision différente des affaires de la semaine sauf qu’étant donné que Jane et Maura prennent une place très importante dans cette série, on se rend rapidement compte qu’il n’y a pas énormément de place pour autre chose.

Le plus intéressant dans cet épisode c’est probablement l’histoire parallèle : Maura découvre qu’on lui a volé son identité. C’est tout de suite ce que j’ai préféré dans cet épisode, sans que je m’en rende vraiment compte. Les meilleurs moments dans Rizzoli & Isles sont ceux qui permettent à nos deux héroïnes de partager des bons moments avec le téléspectateur et cette histoire en fait partie. Même si l’affaire de la semaine tente d’être originale (surtout avec la révélation de la fin que l’on est sensé ne pas voir venir), je trouve que Guthrie n’a finalement pas apporté grand chose. Même avec la révélation qui entoure sa place dans l’épisode. On sent tout de suite qu’il est le vilain de la semaine et c’est dommage que Rizzoli & Isles appuie justement un peu trop là dessus. J’aurais aimé qu’il y ait beaucoup plus de surprises, surtout qu’installer une série policière dans une certaine forme de routine n’est pas forcément la chose la plus importante. Ce que j’ai largement préféré dans « In Plain View » c’est donc tout ce qui ne touche pas du tout à l’affaire de la semaine. Même une histoire de vin et pizza à la fin de l’épisode m’a plu. C’est vous dire à quel point le cas de la semaine manquait vraiment à ses obligations.

Par ailleurs, et cela n’a pas forcément de liens avec la série, j’ai découvert quelque chose que je ne savais pas du tout sur Angie Harmon. Elle a été découverte par David Hasselhoff au cour d’un voyage en avion. Elle est alors engagée dans la série Un Privé à Malibu puis Alerte à Malibu. Si je savais déjà pour cette histoire en partie, je ne savais pas du tout qu’elle avait été repérée dans un avion. Pour en revenir à Rizzoli & Isles, j’aurais bien aimé que la série renoue avec la tradition des grandes fins de saison. « Bite out of Crime » était donc un épisode complètement séparé du dernier épisode de la saison (le 5.18) dont je vais très prochainement vous parler. C’est dommage d’avoir faire deux épisodes complètement différents, surtout quand on sait que dans la programmation de la série, TNT a décidé de diffuser les deux derniers épisodes l’un à la suite de l’autre. Cette programmation aurait donc pu être affaire. Je pense que cet épisode était tout de même bien plus intéressant que le précédent, surtout car l’affaire de la semaine est assez divertissante. Mine de rien, quand un homme pense qu’il est un loup-garous on n’a qu’une seule envie c’est rigoler mais Rizzoli & Isles parvient à en faire quelque chose qui n’était pas si ridicule que ça.

L’introduction était pourtant très mauvaise. J’ai eu l’impression de voir une mauvaise parodie où les deux hommes jouaient particulièrement mal le face à face. Cet épisode ne développe pas pour autant les relations entre les personnages. L’un des plus gros reproches que je pourrais faire à cette saison c’est de ne pas savoir réussi à développer les personnages. Outre l’histoire de Jane et de son bébé qu’elle a perdu dans la première partie de la saison, la série n’a rien fait d’autre. Certes elle a tente d’introduire la petite nouvelle ou encore de développer l’histoire de Maura et Jack (d’ailleurs dans cet épisode ils tentent d’en faire quelque chose sauf que c’est tout de même assez redondant). Rizzoli & Isles tente chaque année les romances. C’est une bonne idée, surtout que cela peut très bien fonctionner sauf que ce n’est pas du tout la force de cette série. Les romances c’est loin d’être ce que je préfère ici car à chaque fois qu’ils veulent en faire quelque chose, j’ai l’impression que c’est faire des pas en arrière. Du coup, contrairement à l’épisode précédent, cet épisode parvient à réellement faire quelque chose de son cas de la semaine. Surtout dans la relation entre Maura et notre très cher Michael qui se pense loup-garou. C’est un peu facile en termes de psychologie de comptoir mais cela fait son petit effet. Après tout il n’y avait pas besoin de subtilité pour apprécier.

Jane - « Here's to being an adult. It sucks. »

Note : 4/10 et 5.5/10. En bref, dans sa volonté de faire des choses très classiques et basiques, la série se heurte à plusieurs problèmes. Dommage.

Commenter cet article