Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Tyrant. Saison 2. Episode 2. Enter the Fates.

25 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Tyrant

Critiques Séries : Tyrant. Saison 2. Episode 2. Enter the Fates.

Tyrant // Saison 2. Episode 2. Enter the Fates.


Sacrée Tyrant, elle prend encore plus son temps que prévu avec Barry. Ce dernier est toujours dans le désert, toujours dans cette sorte d’épreuve que son frère a voulu lui faire vivre. Jamal est quand même sympa de l’avoir laissé en vie mais c’est seulement car il ne veut pas avoir le sang de son frère sur les mains. Bien entendu, il y a encore une fois tout un tas de scènes avec Barry dans le désert, implorant parfois Dieu histoire d’en rajouter une couche. Si le tout est terriblement long et ennuyeux, je me demande surtout encore pourquoi la série n’a pas décidé de tout simplement supprimer ce personnage. Après tout, Tyrant n’a pas besoin de Barry et Barry n’est pas nécessaire dans le récit de cette saison (en tout cas pas du point de vue de ce que la série peut faire pour le moment). C’est sans compter sur le côté ultra lancinant de son périple qui continue après cet épisode puisqu’il n’a pas encore rencontré de main pour venir à son aide. Je parie que dès le prochain épisode quelqu’un va venir à son aide alors qu’il sera complètement déshydraté. Ce pourrait être amusant sauf que cela ne fonctionne pas du tout comme j’aurais probablement pu le souhaiter. « Enter the Fates » fait donc clairement partie de ces épisodes de la série que j’ai énormément de mal à comprendre (et qui n’apportent rien de nouveau non plus).

Molly de son côté tente de faire le deuil de son mari (qui n’est pas encore/vraiment mort). Mais Molly est peut-être la seule porte de sortie pour Tyrant. Je me demande ce qu’ils ont prévu de faire d’elle dans les prochains épisodes mais c’est pour moi le personnage avec le plus fort potentiel à condition qu’elle soit bien exploitée. Le fait qu’elle soit en deuil ne peut que la rendre dangereuse pour le régime de Jamal mais pas depuis le sol américain. Il est temps qu’elle revienne à Abbudin. C’est comme le fils de Barry et Molly. La série a besoin de le ramener sur le sol d’Abbudin afin qu’il puisse poursuivre sa relation avec Abdul. Ce dernier est en manque de Sammy et ce dernier semble avoir complètement oublié ce garçon. Mais j’aimerais bien que la série puisse parler d’homosexualité car Abbudin est un pays qui semble la condamner (vu les réactions diverses d’Abdul à ce sujet) et de ne pas vouloir aller plus loin avec cette histoire serait un gâchis immense. J’aime bien quand une série raconte des choses qui peuvent se dérouler dans la réalité et en l’occurrence ici il y a même une vraie histoire puisque Sammy n’est pas n’importe qui, c’est le neveu de Jamal. Il ne peut pas le condamner pour homosexualité et décimer toute sa famille. Non ?

Finalement, le plus intéressant dans cet épisode c’est son issue qui laisse espérer quelque chose de beaucoup plus musclé dans le prochain épisode (si et seulement si Tyrant parvient à en faire réellement quoi que ce soit). Le plan d’assassinat de Rachid est un peu superficiel et narrativement parlant un peu simpliste (de toute façon c’est impossible que Tyrant décide de tuer Jamal dans le second épisode de la saison 2 alors que justement Jamal est l’un des rares personnages que j’aime bien dans cette série, il est juste très mal exploité). Cet épisode rappelle encore une fois tous les problèmes de cette série pour parvenir à réellement nous permettre de voir où est-ce que cela peut nous emmener. Ahmed a de son côté aussi fait des choix, histoire de redorer un peu son blason mais la direction de Tyrant cette année est de plus en plus douteuse. Je me demande vraiment ce que compte faire la série par la suite alors qu’au début c’était une série sur une famille de tyran de père en fils avec au centre une sorte de grande tragédie grecque entre deux frères qui ne peuvent que se détester. Finalement, la série ne parvient pas encore à sortir de ses problèmes narratif et trouve même le moyen de s’y embourber encore un peu plus. Dommage.

Note : 2/10. En bref, le vide narratif m’embête toujours autant.

Commenter cet article