Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 19 et 20.

1 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : X-Files

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 19 et 20.

X-Files // Saison 4. Episodes 19 et 20. Synchrony / Small Potatoes.


S’il y a bien un autre épisode de X-Files dont je me souviens, c’est bien « Small Potatoes ». Après l’avoir revu, je comprends pourquoi je me souviens de cet épisode et aussi pourquoi cet épisode est aussi atypique : c’est co-écrit par Darin Morgan, l’un des meilleurs scénaristes de X-Files de tous les temps qui a écrit l’un de mes épisodes préférés que l’on retrouve dans la saison 2 si je me souviens bien. En tout cas, « Small Potatoes » est un épisode fin de X-Files, le genre d’épisodes que l’on ne peut qu’apprécier, surtout pour son dernier acte, bourré de moments comiques alors que Eddie est transformé en Mulder. Dans le registre des affaires les plus étranges, je crois que X-Files nous en a dégoté une belle ici. Le fait que des gens puissent prendre la forme d’autres, c’est quelque chose qui a été mainte et mainte fois repris sous différentes fortes dans d’autres séries s’inspirant de X-Files (et notamment Fringe mais pour cette dernière, il y avait une véritable explication scientifique à la chose, ici pas vraiment). En tout cas, cet épisode débute déjà de façon très étrange avec un twist assez amusant : dans une ville, il y a un nombre de nouveaux nés assez étrange puisque tous les bébés naissent avec… une queue. Oui, une queue comme un cheval ou un cochon.

Là pour le coup, cela devrait pour rappeler Orphan Black si je ne m’abuse (et pas dans le mauvais sens du terme alors qu’Oliver était un personnage justement assez drôle dans la série de BBC America). Pour en revenir à « Small Potatoes », c’est X-Files dans son plus simple appareil : un cas de la semaine en apparence classique mais avec des pointes d’humour que l’on retrouve dès le début de l’épisode. C’est la touche Darin Morgan. Ce dernier a co-écrit cet épisode avec Vince Gilligan et ce dernier est lui aussi connu pour avoir écrit des choses assez cocasses dans Breaking Bad, peut-être est-ce né de son expérience avec Darin Morgan (c’est d’ailleurs le dernier épisode de X-Files auquel ce scénariste de génie a participé, au plus grand damne des fans de la série bien entendu). Pour la petite anecdote, cet épisode est le préféré de David Duchovny et cela peut se comprendre. Ce dernier a eu l’occasion de jouer une version de lui-même alors qu’il était Eddie. Il va même presque embrasser Scully (et cette dernière elle a tout de même cru que c’était possible et cela aurait probablement été un moment d’anthologie dans la série si cela avait réellement été jusqu’au baiser).

Quand on voit cet épisode, on se demande pourquoi X-Files n’en a pas fait un arc narratif (en proposant à Darin Morgan d’écrire la suite peut-être par exemple). C’est dommage car c’est typiquement le genre d’intrigues que l’on aurait pu suivre sur plusieurs épisodes sans problème jusqu’à ce que Scully se rende compte qu’il y a un vrai problème avec son coéquipier. David Duchovny adore jouer des scènes comiques, ce qui va le conduire à tenter plusieurs expériences du genre par la suite, notamment Californication. Parfois, il ne faut pas grand chose pour apprécier un épisode de X-Files et pour qu’il sorte du lot mais celui-ci, au delà de la queue, est un épisode mémorable car justement, son ton est complètement différent des autres et dénote avec ce que l’on a pour habitude de voir. Mais au delà de ça, c’est aussi un épisode qui veut bousculer encore un peu plus l’univers de la série, créant d’autres choses possibles qui ne sont pas forcément explicables. X-Files se transforme en véritable série fantastique avec cette idée que des gens peuvent prendre l’apparence d’autre. Eddie est donc l’ajout nécessaire pour que cet épisode fonctionne jusqu’à la fin.

Et personnellement, je ne m’y attendais pas du tout lorsque je n’ai vu pour la première fois. De le revoir maintenant, avec ces années de bouteille (car oui, depuis j’en ai vu des séries mine de série), je comprends encore mieux mon engouement pour les épisodes de Darin Morgan. Ce dernier a réussi à créer une sorte de mouvement à lui-même dans une série qui a un concept pourtant très sombre, et parfois même froid. C’est d’ailleurs ce qui m’amène à parler de « Synchrony » qui fait partie des épisodes très rustiques de X-Files. Co-écrit par David Greenwalt (plus connu pour avoir créé Angel mais aussi Grimm plus récemment) et Howard Gordon, ces deux là se sont rencontré à nouveau plusieurs années plus tard quand Howard Gordon a rejoint l’équipe d’Angel). Mais Greenwalt s’était vu proposé de rejoindre le pool de scénaristes de X-Files mais avait refusé afin de pouvoir travailler sur Buffy (et on sait où cela l’a emmené, à créer Angel). Mais cet épisode n’est pas ce que X-Files a fait de plus intéressant cette année, c’est même l’un des épisodes les plus faibles. L’histoire de ces meurtres avec des victimes congelées (menant ensuite à des combustions spontanées) c’est assez amusant.

L’idée qu’il y ait la possibilité de voyager dans le temps (et que cette possibilité future meurt à la fin de l’épisode) est quelque chose qui donne envie. Après tout, il y a bien un jour où le voyage dans le temps sera peut-être plausible (je dis bien peut-être car il y a des savants suffisamment fous pour travailler là dessus). Le seul truc intéressant dans cet épisode c’est la critique que X-Files fait des voyages dans le temps. En effet, ils en parlent comme de quelque chose de terrible, annihilant l’Histoire et les souvenirs dans le futur. Créant ainsi un monde sans vie, sans espoir. C’est une bonne critique de cet univers et je trouve que X-Files en fait quelque chose de très bon. Mais c’est engoncé dans un épisode rasoir, qui ne décolle que dès qu’il fait cette critique (lors d’un petit moment dans l’épisode). Au fond, cet épisode n’est pas non plus ce que la série peut faire de plus mauvais, mais c’est dommage de ne pas avoir voulu en faire beaucoup plus, notamment sur la critique des voyages dans le temps.

Note : 5.5/10 et 10/10. En bref, en critiquant les voyages dans le temps et en offrant un brillant épisode, X-Files reste fidèle à elle même.

Commenter cet article