Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 21 et 22.

2 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : X-Files

Critiques Séries : X-Files. Saison 4. Episodes 21 et 22.

X-Files // Saison 4. Episodes 21 et 22. Zero Sum / Elegy.


Si je vous dit que « Zero Sum » est l’un de mes épisodes préférés de la saison 4 vous allez me croire ? C’est un épisode assez déroutant qui pourtant débute comme n’importe quel épisode de X-Files. La vraie originalité de cet épisode se déroule après le générique quand Skinner commence à supprimer des photos dans l’ordinateur de Mulder sur le meurtre (par des abeilles) que l’on vient de voir dans l’introduction. L’une des choses les plus intéressantes dans X-Files est qu’elle fonctionne très bien autour de Mulder et Scully. Les personnages secondaires n’ont jamais eu la même place dans la série. Je pense que de toute façon avec Mulder et Scully, c’est suffisant. La série n’a pas besoin d’autres personnages réguliers pour grandir sauf que Walter Skinner est un personnage que j’aime beaucoup pour la place qu’il a et qui n’est pas la meilleure de toute. Dans un premier temps le pauvre Walter doit servir les intérêts de l’homme à la cigarette qui n’a de cesse de le menacer. Dans un second temps car Walter est comme Mulder et Scully, il sait ce qui se passe, il a envie d’agir, mais il a les pieds et les poings liés malgré lui.

« Zero Sum » rappelle justement le premier point de cette histoire alors que Skinner doit aider le Syndicat afin d’effacer toutes les preuves de cette affaire afin de remplir son engagement (si l’on peut parler d’engagement) envers l’homme à la cigarette. La place de Skinner dans cet épisode est celle du héros. Il efface tout le monde sur son passage et vient presque démontrer qu’au fond X-Files n’a peut-être pas besoin de Mulder et Scully pour faire de très bons épisodes. C’est aussi un épisode où Scully est absente. Cette dernière, malade, doit être soignée et on n’a pas besoin de la voir en train de rester au fond de son lit. Ce n’est pas nécessaire, la série a besoin de voir Scully sur le terrain car c’est justement là où elle est la plus intéressante et la plus utile (même l’un des épisodes les plus efficaces de la saison est un épisode où elle est à l’hôpital, imposant la voix off de Gillian Anderson comme une conteuse d’histoires en tout genre). Howard Gordon et Frank Spotnitz (ce dernier a été très présent cette année dans l’écriture des épisodes de la saison). Mais le premier quart d’heure de l’épisode, centré sur Skinner, est l’un des plus étonnants de la série. C’est l’une des rares introductions qui permet justement à X-Files de nous offrir une autre vision de son univers.

Je me souviens de cet épisode surtout car c’était à une époque où j’avais la phobie des abeilles. Je ne sais pas trop pourquoi mais j’en ai toujours eu peur quand j’étais enfants (j’ai toujours peur des guêpes et frelons, mais plus des abeilles aujourd’hui, fort heureusement). Mais il m’avait encore plus marqué car après l’avoir vu, la nuit j’ai fais un cauchemar dans lequel je me retrouvais moi aussi piqué par ces abeilles tueuses. Cet épisode est un épisode sur la mythologie de la série mais sur un autre pan de cette mythologie (après les russes, les extra-terrestres, la série reprend les histoires de conspiration et du Syndicat, imposant un retour intéressant de l’homme à la cigarette). D’ailleurs pour l’homme à la cigarette, c’est un épisode qui nous donne l’occasion de voir qu’il a peur comme les autres. Il a beau se pavaner et faire peur aux autres, dès qu’on le menace de mort, il est capable de faire pipi dans son pantalon. Le face à face avec Skinner (et non avec Mulder, ce qui est d’autant plus étonnant mais tout de même logique étant donné que Skinner est son interlocuteur privilégié) était l’un des plus surprenants depuis l’existence du personnage de l’homme à la cigarette.

Ce dernier veut nous montrer qu’il est toujours le plus fort et au fond, ce n’est pas du tout le cas. C’est la première fois de toute l’histoire de X-Files que l’on vient nous le montrer sous un jour différent. Mulder de son côté va parvenir tout de même à enquêter dès que l’affaire va prendre une ampleur différente et va aussi en venir à suspecter Skinner (surtout dès qu’il va en avoir plus ou moins la preuve). Sauf que Mulder ne peut pas rester ignorant face au fait que Skinner ne peut pas être responsable. Puis vient encore un épisode de John Shiban. Cette fois pas de mythologie mexicaine à la mord moi le noeud mais une série de meurtre et des gens qui voient des fantômes (Scully la première). Le problème de cet épisode c’est qu’il ressemble à un mauvais film d’horreur qui manque cruellement d’horreur. John Shiban vient nous rappeler une nouvelle fois qu’il a énormément de mal à écrire des épisodes tout seuls. Pourtant, le point de départ n’était pas bête. Ce n’est pas la première fois que X-Files parle de fantômes. Le précédent épisode solo de John Shiban était d’ailleurs un épisode de fantôme (ou en tout cas d’esprits) sauf qu’il n’y avait rien de bien palpitant là dedans.

L’envie de voir une bonne histoire de fantômes aurait dû me rendre fana de cet épisode, sauf que c’est tout le contraire qui s’est passé. Dans un premier temps, je crois que j’ai oublié presque tous les épisodes de ce scénariste et c’est toujours pour le bon. Il faut dire aussi que cet épisode à le malheur de tomber derrière un épisode mythologique particulièrement captivant. Mais c’est l’épisode du retour de Scully (et cette dernière n’est toujours pas encore très bien dans sa tête, entre fantômes qu’elle semble voir et puis sales histoires de saignements). Le vrai problème qu’il y a aussi dans cet épisode c’est le manque cruellement de surprises. On a l’impression que la série ne sait pas se renouveler et/ou qu’elle n’a aucune idée de ce qu’elle va bien pouvoir faire pour changer un peu le ton de ses épisodes fantomatiques. C’est presque un running gag et John Shiban est une fois de plus derrière cet épisode. L’antithèse c’est qu’il a aussi participé à écrire l’un des meilleurs épisodes de la saison. C’est tout de même étonnant (mais il était aidé pour le coup par deux autres scénaristes). Quoi qu’il en soit, je crois que « Elegy » fait partie des plus mauvais épisodes de la saison. Il ne se passe pas grand chose et le rare intérêt de cet épisode est tout ce qui rode autour de Scully. Dommage que la performance pourtant efficace de Gillian Anderson ne brille pas dans un épisode qui ne sait pas la mettre en valeur.

Note : 10/10 et 3.5/10. En bref, quand la mythologie de X-Files prend le dessus, ce n’est pas pour longtemps. Dès le suivant, les (mauvaises) affaires reprennent.

Commenter cet article