Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Younger. Saison 1. BILAN.

10 Juin 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Younger

Critiques Séries : Younger. Saison 1. BILAN.

Younger // Saison 1. 12 épisodes.
BILAN


Par chance, la comédie de Darren Star est renouvelée pour une saison 2. Je dis par chance car j’ai bien aimé cette première saison de Younger. D’une part car c’était pour moi le moyen de retrouver Sutton Foster après l’annulation de Bunheads (que je ne dois pas être le seul à regretter). D’ailleurs, cette première saison ne va avoir de cesse de la mettre en avant elle et son talent. Basée sur le roman du même nom de Pamela Redmond Satran, Younger raconte l’histoire de Liza Miller, une femme récemment divorcée qui doit trouver du boulot et pour ce faire, va faire croire qu’elle a 26 ans. C’est tout de même étrange de vouloir se faire passer pour quelqu’un de 26 ans car de nos jours pour être embauché, il faut pas trop avoir 26 ans au risque de voir son CV jeté à la poubelle. Après, ce n’est peut-être qu’aux Etats-Unis que cela fonctionne différemment. Et puis bon, Liza postule pour un job très moderne dont elle n’a aucune des qualifications requises. Elle va donc notamment se demander comment fonctionner un compte Twitter. Tout au long de la saison ce sera ça mais pas que. Il aurait été étrange que Darren Star ne se concentre que sur les problèmes de Lizza au boulot et le fait qu’elle ne comprend pas tout ce qu’on lui demande. Elle doit cacher sa vie à tout le monde et notamment à sa collègue qui est en train de devenir son amie : Kelsey Peters (incarnée par une Hilary Duff dont le retour à la télévision est le bienvenu).

Hilary Duff n’est pas la meilleur actrice du monde mais son rôle lui colle plutôt bien à la peau. J’aime bien sa relation développée de façon assez intelligente qui nous présente une relation coquette comme tout. Il y a vraiment du charme dans cette amitié qu’il n’y a pas forcément ailleurs car il y a quelque chose d’innocent là dedans. On se rapproche parfois un peu d’une comédie très adolescente avec un traitement de ses sujets beaucoup plus adulte que l’on ne pourrait le penser. Mais Sutton Foster est excellente car la série parvient justement à développer son personnage de manière intelligente tout en gardant quelque chose de très mignon. Ce n’est pas forcément donné au premier abord mais justement, Younger est une série qui m’amuse en plus de me toucher. J’ai beaucoup aimé la relation entre Liza et son petit ami Josh, incarnée par Nico Tortorella. Josh est tout de même quelqu’un de très mignon dans sa façon de passer son temps avec Liza alors que les deux personnages n’ont pas du tout la même vision des choses et pourtant, ils sont tous les deux complémentaires. Chacun trouve sa place dans cette série sans jamais déborder sur d’autres personnages. Le charme de Younger est justement d’être une comédie assez bienveillante dans son ensemble.

Le casting est quant à lui assez solide en dehors de nos personnages principaux. J’aime beaucoup la patronne de Liz incarnée par Miriam Shor. Elle, que j’aurais cru voir devenir une sorte de vilaine à la Diable s’Habille en Prada, n’est pas du tout de ce genre là. Darren Star nous a donc baladé légèrement et cette actrice qu’il a piqué à une précédente série qu’il a produit, est un autre atout. En tant que personnage de 26 ans, Liza est tout de même assez surprenante. Sutton Foster apparaît bien plus radieuse ici que dans Bunheads (même si cette dernière avait déjà pu l’utiliser de façon intelligente). Les premiers épisodes sont donc assez sympathiques, parfois un peu moins bons, et puis dès que la saison progresse, les personnages deviennent alors beaucoup plus intéressant dans la façon dont les scénaristes les développent. On apprend alors à mieux les connaître et à profiter des relations qu’ils partagent tous les uns avec les autres. Et dans certains cas, la série parvient à transformer les personnages en des personnages matures. Je pense à Josh qui au départ n’est pas le personnage le plus mature du monde et dans sa relation avec Liz, il va justement gagner cette maturité que je trouve particulièrement touchante. Plus le temps passe et plus le téléspectateur se sent impliqué dans les relations romantiques et personnelles de chacun.

La saison suit aussi une vraie ligne directrice et ne cherche pas à nous raconter une petite histoire par épisode ce qui permet de s’attacher assez rapidement à tout le monde et à l’univers qui nous est dépeint (en plus des relations romantiques en tout genre). Alors que la série est renouvelée pour une saison 2, Darren Star et son équipe de scénaristes vont pouvoir creuser un peu plus l’histoire de cette très chère Liza et nous permettre de cerner un peu mieux tout ce qu’elle a encore à nous dire. C’est aussi rafraichissant de voir une série permettre à une actrice de 40 ans de paraître beaucoup plus jeune à l’écran. Si c’est presque la définition d’une cougar (et seule Liza le sait dans un premier temps avant de tout avouer à Josh à la fin de la saison), c’est une célébration de la sexualité de Liza sans avoir besoin d’être défini par l’âge. Car l’âge est bien souvent un frein. Dommage que le personnage de Diana Trout, la patronne, ne soit pas un peu plus mis en avant par moment en dehors de son rôle de patronne qui donne du boulot. Cela aurait été intéressant de voir d’autres choses avec elle mais je suppose que la prochaine saison devrait lui donner plus de place. J’aurais aussi apprécié que l’on ait un petit numéro de musique et de danse pour Sutton Foster, cette dernière est tout de même l’heureuse détentrice de 2 Tony Award.

Note : 7.5/10. En bref, une comédie pleine de charme et de surprises.

Commenter cet article