Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Enfant 44 (2015)

31 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Enfant 44 (2015)

Enfant 44 // De Daniel Espinosa. Avec Tom Hardy, Noomi Rapace et Gary Oldman.


Le vrai intérêt de ce film est clairement la façon dont est dénoncé le totalitarisme stalinien. Le reste de ce film dégage parfois un peu trop de choses exagérées appuyant certes le propos mais pas nécessairement dans la subtilité qu’il aurait été intéressant d’utiliser. Adapté d’un roman de Tom Rob Smith - que je n’ai jamais lu - par un Richard Price (The Wire, NYC 22, La rançon) pas nécessairement ce qu’il y a de plus inspiré et c’est dommage. A vouloir trop en mettre dans ce film, on se sent rapidement submergés par un récit qui ne respire pas la leçon d’Histoire. Je m’attendais à ce que le film soit justement plus intelligent, qu’il nous permette de comprendre l’horreur de cette époque certes à sa façon mais sans pour autant avoir besoin de trop en dire. Le roman était peut-être chargé, mais le film est chargé inutilement. Du coup, avec ce scénario assez médiocre et la mise en scène pourtant très inspirée de Daniel Espinosa (Easy Money, Sécurité rapprochée), on finit par rester sur notre faim. Mais même lui aussi dans sa mise en scène compte nous prouver qu’il sait faire, qu’il maîtrise le monde qu’il tente de dépeindre mais une fois de plus c’est trop en faire sur les bords.

Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait Etat communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l'exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d'eux des ennemis du peuple...

Une fois passé la première partie du film, on est déjà lessivés par tout un tas de choses. La violence est palpable, le casting réussi (mention spéciale à Tom Hardy, toujours aussi taciturne et intéressant dans les rôles qu’il incarne ces derniers temps) mais je pense que Enfant 44 aurait gagné à être un peu moins chargé en scènes. Il fallait faire un choix, prendre le temps de sacrifier des péripéties afin de se concentrer sur le développement des personnages et de leur psychologie, ce qui est justement le plus intéressant ici. Car l’impression que Enfant 44 donne c’est qu’au delà des portraits et des diverses scènes musclées, le film ne traite son sujet qu’en surface et ne creuse donc jamais quoi que ce soit en profondeur. Bien entendu, cela ne veut pas dire que tout est à jeter, notamment car cela reste un film au visuel irréprochable mais voilà, à trop vouloir en faire le film s’égare. Il perd le but premier de l’histoire et cette volonté de dénoncer un problème de l’époque. Voilà comment Enfant 44 est passé de thriller psychologique faisant un constat terrifiant sur l’histoire de la dictature stalinienne, de la Russie et de sa place au milieu de la Seconde Guerre Mondiale afin de laisser place à une sorte de thriller mineur sur fond d’Histoire traitée de façon superficielle.

Accessoirement, on se retrouve avec les états d’âme des personnages sans que cela ne soit pour autant particulièrement palpitant non plus. On voit que Enfant 44 veut parler de paranoïa sauf que le film est de ce point de vue là un léger échec. Puis Daniel Espinosa aurait peut-être mérité aussi de prendre le temps de se poser. Si je suis client de sa façon de faire, la shaky-cam n’a jamais été mon dada pour autant. On a parfois des scènes qui ne veulent justement plus rien dire à cause de cette mise en scène non pas fainéante mais un peu trop secouée. Surtout que Enfant 44 était pile poil le genre de film qui avait le besoin d’être posé, de prendre le temps de faire les choses, pas de nous bousculer comme il le fait ici. Je me demande aussi si l’erreur n’aura pas été de couper l’histoire de Leo Demidov en deux avec d’un côté la chut est de l’autre l’enquête. Le tout a énormément de mal à se mélanger et le film perd là aussi des points en cours de route. Ce n’est pas que l’on ne comprend pas ce qui se passe (au contraire tout est justement trop facile, trop simple), c’est juste que le film n’arrive pas à la hauteur des attentes du spectateur. Parfois long, parfois ennuyeux, manquant de développement notable des personnages, Enfant 44 est donc un film mineur avec certains atouts mais peut-être pas suffisamment pour plaire totalement.

Note : 4.5/10. En bref, une mise en scène soignée, un joli casting mais un scénario qui s’égare rapidement en thriller de seconde zone sur fond historique.

Date de sortie : 15 avril 2015

Commenter cet article