Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : La Isla Minima (2015)

28 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : La Isla Minima (2015)

La Isla Minima // De Alberto Rodriguez. Avec Raul Arevalo et Javier Gutierrez.


Avec pas moins de dix Goya (l’équivalent des Césars en Espagne) dont celui du meilleur film espagnol de l’année en poche, La Isla Minima se devait d’être à la hauteur des attentes. Grâce à quelques bonnes surprises, le cinéma policier européen (ou fait par des européens) semble vivre un vrai renouveau ces dernières années. La Isla Minima fait partie de ces bonnes surprises, à mi chemin entre Les Enquêtes du Département V et True Detective (surtout la première saison), ne serait-ce que pour les décors paraliques de l’Andalousie qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Louisiane dans la série de HBO. Mais si l’on veut vraiment être séduit par La Isla Minima, il faut avant tout faire attention à la photographie de Alex Catalan. Sa façon de sublimer le delta de Guadalquivir et les endroits les plus paraliques de l’Andalousie que l’on n’a pas pour habitude de voir à l’écran me fascine. Tout au long du film, la photographie est particulièrement belle, donnant presque lieu à des fresques exposées. On a envie d’aller jeter un oeil dans cette région de l’Espagne que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir au cinéma alors qu’il s’agit pourtant d’un lieu magique où tout peut arriver et en l’occurrence ici quelque chose de terrible.

Deux flics que tout oppose, dans l'Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d'Andalousie  pour enquêter sur l'assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales. Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu'à l'absurde et où règne la loi du silence,  ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.

L’affaire choisie dans La Isla Minima n’est pas ce qu’il y a de plus originale. En effet, nous avons des filles qui sont tuées, un meurtrier à chercher et tout cela avec le besoin de raconter cette histoire au passé et ici dans les années 80. Si en partant de là le scénario n’est pas ce qu’il y a de plus original, comme pour True Detective, le plus intéressant réside dans la vie des deux flics que tout oppose. A la fois dans leur relation mais également dans leur vie privée et personnelle, ces deux personnages apportent beaucoup plus à La Isla Minima que tout le reste (et notamment l’affaire). Ce qui vient nous rappeler que ce film est centré sur ces deux personnages c’est certainement le twist final. Pas vraiment attendu mais qui cherche à mettre une dernière fois en avant la vie de ces deux enquêteurs avec lesquels nous allons passer tout le film. Ensuite, l’autre aspect intéressant de La Isla Minima c’est le post-franquisme. On voit que la démocratie n’est pas encore totalement sereine et que tout doit encore se construire petit à petit. Mais justement, dans cette Espagne encore abattue par le franquisme, La Isla Minima veut nous rappeler que ici, cela se passe comme ça et pas autrement. En somme, ils font un peu leur loi et ce sont les plus forts qui sont sensés gagner à tous les coups sauf que les plus forts ne sont pas nécessairement les policiers ici.

La Isla Minima nous propose donc une affaire labyrinthique avec ses retournements de situation, ses scènes d’action rondement bien menées (dont des courses poursuites qui utilisent à merveille les moyens de l’époque et rien de plus) et un goût très prononcé pour l’ambiance de malheur qui s’abat sur tout le monde, comme s’il n’y avait pas d’issue. La Isla Minima démontre donc au fil des minutes qu’il ne s’agit pas que d’un film d’enquêtes policières mais bien plus que ça. Alberto Rodriguez est intelligent pour ça, il parvient avec sa caméra à générer chez chacun des personnages une vraie zone d’ombre. Sa façon de filmer un regard, un geste ou même une scène vient donner de la pertinence à ce que chacun peut bien cacher. Il faut ça de façon tellement fluide que l’on ne s’ennuie donc jamais. Finalement, ce film est donc une excellente surprise qui utilise à merveille tous les atouts d’un tel genre policier. Le scénario a beau être simple sur le papier, c’est bien plus recherché et complexe à l’arrivée avec de vraies questionnements sur la société de l’époque et sur la vie de chacun des personnages. Je ne suis donc pas étonné de toutes les récompenses que le film a pu remportées et qui sont amplement méritées.

Note : 7.5/10. En bref, entre Les Enquêtes du Département V, True Detective et La French.

Commenter cet article

Fred 28/07/2015 13:23

Très bonne critique qui me donne envie de voir le film.
Par contre Denis Villeneuve est Canadien.
Fred

delromainzika 28/07/2015 17:02

Ah oups :p Je vais corriger ça