Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Mistresses. Saison 3. Episode 4.

12 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Mistresses

Critiques Séries : Mistresses. Saison 3. Episode 4.

Mistresses // Saison 3. Episode 4. Into the Woods.


Karen, toujours là pour se mettre dans les pires situations et quand elle se dit qu’il y a un problème avec elle à la fin de l’épisode, elle a bien raison. Peu importe si cette blonde de Vivian est particulièrement intéressée par elle, je trouve que cette histoire prend un tournant un peu trop ridicule. Vivian, Karen et Alec vont donc passer une nuit torride tous les trois ensembles et même pas ils vont nous en partager un petit bout. Vous pariez combien que le prochain épisode va reprendre le lendemain matin et l’on aura donc loupé les hostilités. Il faut arrêter de la part de ABC de vouloir tout édulcorer jusqu’à l’os. Ce n’est pas un bout de fesse derrière une lingerie en dentelle qui va animer les puritains. Enfin, je ne pense pas. Et puis peu importe. Mais en tout cas, Karen a vraiment le chic pour tomber sur les pires garçons possibles et imaginables. La pauvre, elle n’a pas de chance et elle peut devenir aussi au fil des épisodes quelqu’un de particulièrement pompeux. Enfin, ce n’est que mon humble avis. Car elle a énormément de mal à se bouger les fesses à jouer la fille coincée alors qu’elle est tout de même passée par le stade de la cougar, sans parler maintenant du plan à trois. De plus, je ne vois pas vraiment où est-ce que Mistresses peut bien aller.

Cette série est tellement pleine d’idées farfelues tout de même mais qui collent parfaitement avec son sujet de base. C’est aussi appréciable avec cet épisode de ne pas se retrouver à parler encore et encore de Joss et Harry car franchement, ces deux là m’ont un peu tiré les nerfs jusqu’au bout. Ce n’est pas l’histoire la plus intéressante, en termes de romance. J’ai préféré en plus de ça l’introduction de Calista qui, dans l’épisode précédent, permettait aussi à Joss de sortir un peu de sa zone de confort. Joss a besoin d’aller de l’avant et pas de constamment penser à Harry, Harry et encore Harry. Non, Calista est parfaite pour lui changer les idées. Cet épisode ne donne pas énormément de place à Joss d’ailleurs, ce qui dans le fond est une excellente nouvelle. Karen, au fil des années, n’a de cesse faire des choix terriblement mauvais. Disons que sa vie n’est pas vraiment la plus attachée qu’il soit aux bonnes idées. Du coup, son envie d’aider Vivian et son attirance pour Alec, tout cela combiné dans un seul et même épisode, cela ne pouvait que donner une scène comme la scène finale. C’était sympa de la voir trouver Alec sympa mais ce dernier est déjà casé et c’est ça le problème. Du coup, le boulot fait dans l’épisode précédent, sert surtout à construire la fin de cet épisode.

Maintenant que l’association entre Karen et Alec semble inévitable, je n’avais pas du tout vu venir Vivian. C’est une femme maligne mine de rien qui sait très bien ce qu’elle doit faire pour se mettre les gens dans sa poche. Et c’est ce qu’elle fait ici.

Vivian - « You're afraid that you're attracted to my husband, aren't you? »
Karen - « What? »
Vivian - « You're pushing us together, so you don't pull us apart. »
Karen - « Oh, God. Something's wrong with me. »

Mistresses semble donc vouloir prouver qu’elle a encore des choses en stock pour tout le monde, même Karen. Calista de son côté continue d’être un personnage plutôt bon. Je trouve qu’elle s’est bien intégrée à la dynamique d’une série et elle apporte forcément beaucoup plus que je n’aurais pu l’espérer au début. Du coup, l’évolution de ce point de vue là, est judicieuse. Et enfin, il reste April, le personnage qui donne envie de se shooter à l’aspirine. Ses intrigues sont toujours aussi ennuyeuses et cela me donne tellement mal au crâne d’en parler que je pense que je vais éviter.

Note : 5.5/10. En bref, Karen est tout de même le personnage de Mistresses qui fait les choix de vie les plus douteux mais bon, c’est justement ça qui est drôle.

Commenter cet article