Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 3. Episode 3.

28 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ray Donovan

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 3. Episode 3.

Ray Donovan // Saison 3. Episode 3. Comme and Knock on my Door.


Ray doit encore une fois s’occuper de toute sa famille dans ce nouvel épisode de Ray Donovan. A commencer par Terry qu’il doit aider à sortir de prison. S’il réussi à le faire sortir à la fin de cet épisode, la relation entre Ray et Terry est maintenant consommée et les deux ne vont plus jamais pouvoir vivre de la même façon. Ray n’a plus rien. Sa famille l’abandonne petit à petit, mais il va toujours les aider. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il pourrait sacrifier de plus ? Cet épisode est très étrange mais aussi fascinant pour la façon dont il nous plonge dans le chaos quotidien de Ray. Ce dernier vit un enfer à cause de sa famille mais il semble, par masochisme chronique, aimer vivre cet enfer. C’est un peu comme s’il voyait ça comme son purgatoire, comme une façon de se repentir de tout ce qu’il a pu faire vivre à sa famille au fil des années. Car Ray n’est pas blanc comme neige non plus et on a des reproches à lui faire. Le but de cet épisode était donc de se concentrer sur Ray qui va devoir trouver un moyen de faire sortir Terry de prison afin de lui sauver la vie. Mickey de son côté va lui aussi demander de l’aide à son fils, sauf que cela va rendre les choses encore plus compliquée alors qu’il va croire avoir tué quelqu’un. C’était une scène aussi cocasse que terrible qui rappel à Mickey qu’il a vraiment la poisse.

Mais Mickey a beaucoup changé lui aussi au fil des années, devenant quelqu’un d’un peu plus prudent avec ce qu’il peut faire. Ce qui peut se comprendre dans le sens où il a de nombreuses fois failli partir dans le fossé. La pression de la vie de Terry sur les épaules de Ray était forte et cela permet de gérer l’émotion tout au long de l’épisode. Liev Schreiber délivre ici une prestation unique en son genre, celle d’un homme cabossé par la vie qui doit se raccrocher une dernière fois afin de sauver quelqu’un qu’il est sensé aimer. Mais cela permet aussi de rappeler le passé, d’évoquer ce que Ray n’a pas pu sauver il y a de ça plusieurs années (sa soeur Bridget). C’est donc le fantôme de la famille Donovan qui vient hanter Ray mais pas seulement lui alors que l’on reproche également aux autres la même chose, apportant une fois de plus le poids nécessaire pour rappeler à Ray ce qui s’est passé de terrible autour de lui. Les scènes entre Ray et Terry montre à quel point la famille compte chez ces deux personnages. Mais pas forcément dans le même sens car Terry et Ray ne pourront plus avoir la même relation. Les liens créés à cause de la mort de Bridget sont encore là, forts et fragiles à la fois.

Cette sensation de voir un épisode aussi chargé en émotion me fait plaisir car après deux épisodes à installer la dynamique de la saison, Ray Donovan est déjà en train de faire flancher tout le monde comme si le but de la saison 3 était justement de faire tomber Ray de son piédestal déjà pas très stable. Comme si c’était aussi la saison de la rédemption pour certains. Mickey a lui aussi une place importante dans cet épisode centré sur Ray (et avec logique aussi Terry). Il est le père et pourtant, celui qui peut faire le moins la morale à son fils. Mickey et son petit business, c’est quelque chose qui me fait encore rire dans le sens où il continue de se faire taper sur les doigts. Car Mickey est fait comme ça. Je retiens surtout Liev Schreiber dans cet épisode alors que durant les scènes chargées en émotion il a tout juste brillé. Il est vrai et l’on sent à quel point il se fait ronger par sa propre famille, sa propre vie, etc. La saison 3 de Ray Donovan est plus sombre que les précédentes, très différentes aussi dans sa construction, mais la thématique familiale rappelle d’autres influences et fait échos à ces grandes histoires de gangsters ou même aux Sopranos. Je sais que ma référence pourrait être vue comme une hérésie pour certains mais pour moi elle n’a jamais eu plus de sens qu’après cet épisode.

Note : 10/10. En bref, un brillant épisode de Ray Donovan, jaugeant émotions et famille avec brio.

Commenter cet article