Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Sex & Drugs & Rock & Roll. Saison 1. Pilot.

18 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Sex&Drugs&Rock&Roll

Critiques Séries : Sex & Drugs & Rock & Roll. Saison 1. Pilot.

Sex & Drugs & Rock & Roll // Saison 1. Episode 1. Pilot.


FX Network est une chaîne qui aime oser. Elle aime tenter de nouvelles comédies, de nouveaux genres. C’est elle qui a mis à l’antenne des séries comme Wilfred ou encore Man Seeking Woman. En somme, elle ose. Avec Sex & Drugs & Rock & Roll, je me demande vraiment ce qu’elle cherchait. Denis Leary (Sirens, Rescue Me) n’est pas le plus mauvais créateur de série au monde. On lui doit tout de même Rescue Me (même si son remake de Sirens n’était pas à la hauteur des attentes) mais ici, il échoue là où j’aurais aimé qu’il réussisse. Cette série accumule alors les clichés sur le monde du rock’n’roll. Denis Leary se met en scène dans le rôle de Johnny Rock, le chanteur de The Heathens, un groupe qui a connu la gloire au début des années 90. Johnny est maintenant au fond et tente de devenir riche et célèbre. Le début de cet épisode prend la forme d’un faux-documentaire qui nous raconte l’histoire de Johnny et ce qui s’est passé. Déjà, cela commence mal. J’ai eu l’impression de voir un mauvais documentaire sur un groupe que je ne connais pas. Je ne suis pas contre le mockumentary mais il faut l’utiliser de façon judicieuse et pas vraiment comme ici où tout est fade et ne ressemble à rien de véritablement original.

Un rocker qui se fait vieux rêve encore désespérement de devenir riche et célèbre...

Pourtant, Sex & Drugs & Rock & Roll apparaît comme une série originale qui sort du lot. Surtout pour son sujet certes mais elle sort du lot malgré tout. Ce qui aurait été drôle c’est que la série raconte une histoire plus réaliste, plus ancrée dans l’actualité du monde du rock’n’roll alors que la vision semble galvaudée. Je ne connais pas plus que ça ce monde mais j’ai l’impression que la vision est dépassée, ce qui est vraiment dommage. Johnny Rock est en plus de ça un personnage qui devient rapidement insupportable. Denis Leary n’aurait probablement pas dû se donner le premier rôle car c’est peut-être ce qu’il y a de plus problématique là dedans. Cela ne permet pas vraiment à la série de nous offrir une vision plus globale des choses alors que tout veut à tout prix mettre en avant son héros. Il y a aussi énormément d’informations dans cet épisode et bien que cela soit compréhensible pour un premier épisode, mais il en met aussi tellement dans tous les sens que cela fini par devenir décevant. A côté de Denis Leary, on retrouve Flash incarné par John Corbett et Rehab incarné par John Ales. Sauf que de ce point de vue là, rien ne fonctionne non plus. Je ne suis pas le plus grand fan de John Corbett par exemple mais j’aurais aimé qu’il ait l’esprit que la série veut faire passer.

Et à aucun moment il n’a semblé l’avoir… cet esprit. John Ales est à côté un peu plus effacé et là aussi il manque un petit quelque chose là dedans. J’ai bien conscience que ce n’est qu’un premier épisode et qu’il y a énormément de choses à prendre en compte et que la suite peut devenir bonne, sauf que j’ai peur. J’ai peur que l’effort qui est fait sur monter une telle série, ne soit vain à cause d’un créateur/acteur qui n’arrive pas à faire grand chose de son héros. Sans compter que l’on a l’impression que ce n’est parfois qu’une compilation de ce que l’on n’a pas du tout envie de voir dans le monde des séries : des clichés. Mais ce sont les mauvais clichés, comme tout ce qui est insinué sur le monde du rock’n’roll. C’est probablement vrai mais je ne demandais pas le Wikipédia du rock’n’roll, juste une série avec cet univers là qui tente de raconter autre chose que des trucs qui semblent un peu trop faciles à mon goût. Certaines idées fonctionnent, mais beaucoup d’autres pas du tout. Les personnages sont bruyants, l’histoire est médiocre tout au plus et la façon dont l’équilibre entre humour et drame se tente est elle aussi un véritable raté.

Note : 3/10. En bref, c’est parfois indigeste, parfois too-much, et très loin du Denis Leary qui a créé Rescue Me

Commenter cet article

JR 19/07/2015 07:42

100% d'accord !
(Sinon le titre est bien Sex&Drugs&Rock&Roll collé... ^^)

delromainzika 20/07/2015 20:41

Ah merde ^^ Ils pouvaient pas faire simples :D