Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : UnREAL. Saison 1. Episode 7. Savior.

15 Juillet 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #UnREAL

Critiques Séries : UnREAL. Saison 1. Episode 7. Savior.

UnREAL // Saison 1. Episode 7. Savior.


L’épisode précédent a pris un risque : mettre en scène ce qui pourrait arriver dans une télé-réalité où les personnages sont poussés à bout afin d’être intéressant pour la caméra. Le suicide est quelque chose d’intéressant d’un point de vue scénaristique mais je n’étais demandé si ce n’était pas arrivé trop tôt dans la série. Et finalement, ce n’est pas arrivé si tôt que ça. Au contraire, la série prépare le terrain et doit maintenant gérer la crise. L’épisode gère assez bien les conséquences avec Rachel qui semble complètement perdue. La pauvre, elle pensait pouvoir sauver Mary mais elle n’a pas pu la sauver. L’un des passages les plus intéressants c’est une phrase dite par leur interlocuteur via Skype : « elle est noir ? ». En somme, si elle avait été noire cela aurait été plus facile de camoufler tout cela que le fait qu’il s’agit d’une mère de famille, blanche, etc. La confession de Shia qui raconte à Rachel qu’elle a fait le bordel avec ses prescriptions médicamenteuses est quelque chose d’intéressant d’un point de vue émotionnel. On sent que Shia s’en veut et qu’elle ne sait pas vraiment comment s’y prendre pour gérer le flot d’émotions que cela peut bien lui imposer. « Savior » met énormément en scène Rachel dans ses propres retranchements car elle se sent coupable de ce qui est arrivé à Mary et elle a énormément de mal à aller de l’avant.

L’un des aspects les plus étranges dans UnREAL c’est la romance. Lifetime veut s’émanciper de ses histoires à l’eau de rose qui respirent la femme au foyer qui aime passer ses après-midi à repasser ou faire des cookies mais UnREAL reste aussi un peu enfermée dans ce que Lifetime fait depuis des années. La romance entre Rachel, Adam et Jeremy me perd un peu d’autant plus que cet épisode en use et abuse un peu trop à sa guise. Bien entendu que j’ai aimé revoir Rachel et Jeremy fricoter, bien entendu que la scène finale entre Rachel et Adam me plaît aussi mais est-ce vraiment ce que j’ai envie de voir dans UnREAL alors qu’il y a encore énormément de choses à faire sur les coulisses d’Everlasting ? Je me le demande encore mais peu importe, le spectacle reste à la hauteur des attentes car les scénaristes savent très bien s’en amuser. Rachel et Adam ont une relation qui évolue au fil des épisodes et celui-ci est le plus important dans leur rapprochement. Il y a tout d’abord la scène où Rachel révèle à Adam que Mary s’est suicidée et enfin la scène finale où les deux se retrouvent dans le même lit. Cela aurait très bien pu finir en catastrophe incommensurable et finalement, je suis heureux de voir que ce n’est pas du tout le cas.

Accessoirement, la gestion de la crise se passe du côté de Quinn et de son amant de producteur. Tous les deux doivent faire équipe afin de sauver ce qui reste de ce programme. Ce n’est pas une mince affaire et alors que Quinn avait l’impression d’avoir gagné de l’or avec cette émission en gagnant sa place dans la production, c’est finalement une grosse catastrophe pour elle. Je me demande comment Quinn compte se relever de cette histoire et les prochains épisodes vont devoir nous en donner plus de nouvelles. Il reste également les autres candidats qui vont être informés de ce qui s’est passé avec Mary. Là aussi, UnREAL compte bien nous démontrer qu’il y a des choses à raconter car les conséquences de ce suicide se ressente de partout. L’ambiance a énormément changée dans cet épisode, délivrant quelque chose de complètement différent de ce que l’on avait pu voir au départ. Finalement, ce nouvel épisode d’UnREAL est une occasion en or de rappeler à quoi point les scénaristes sont forts. Ils veulent nous surprendre d’épisodes en épisodes et même si la fin de celui-ci est ultra prévisible (Rachel et Adam), j’apprécie surtout que le cliffangher de l’épisode précédent ait été bien géré. C’était tout ce que je demandais car UnREAL m’a fait peur à un moment donné.

Note : 8/10. En bref, UnREAL continue d’être la bonne surprise de cet été.

Commenter cet article

Tim 16/07/2015 09:43

C'est une facilité sur le court terme seulement. C'est typiquement le genre de truc qui va retomber dans la gueule de Rachel en cas d'appel au procès.

Kev 15/07/2015 22:31

Euh le coup de la lettre même pas évoqué alors que c est un aspect très decevant de cet épisode voire serie. Elle perd toute crédibilité avec cette facilité qui est juste pas du tout crédible. Dommage car j adorais jusque là