Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : American Ultra (2015)

21 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : American Ultra (2015)

American Ultra // De Nina Nourizadeh. Avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart et Topher Grace.


6 ans après Adventureland, Jesse Eisenberg et Kristen Stewart se retrouvent pour American Ultra, une comédie assez détonante. En effet, plutôt que de jouer complètement la carte de la comédie balisée, Max Landis (Chronique, Victor Frankenstein) a réussi à faire quelque chose de différent, teinté d’une certaine mélancolie que je n’avais pas du tout vu venir. En plus de s’appuyer sur un casting réussi, American Ultra parvient à reposer sur une histoire certes tarabiscoté mais diablement efficace. Disons que l’on ne voit pas le temps passé au milieu de toutes les conneries de la série. Nima Nourizadeh, réalisateur du très mauvais Projet X, prouve ici qu’il a d’autres choses à raconter au cinéma et ce n’est pas plus mal. Ici il parvient à faire des choses complètement différentes, Doté d’un casting particulièrement réussi, le film séduit par sa façon d’utiliser le talent de chacun, comique ou dramatique, sans jamais faire de faux pas. Il y a de belles surprises au travers de ce casting et notamment Bill Pullman que l’on ne voit pas du tout venir ou encore Toper Grace, trop rarement utilisé au cinéma malgré son talent qu’il démontre une nouvelle fois ici sans problème.

Une comédie d’action à propos de Mike Howell dont la vie paisible et sans ambition avec sa petite amie Phoebe se retrouve soudainement chamboulée. À sa grande surprise, Il est en fait un agent dormant surentrainé dont la mémoire a été effacée. En un clin d’œil, son passé refait surface et Mike se retrouve au milieu d’une opération gouvernementale visant à l’éliminer. Il va alors devoir faire appel à ses capacités insoupçonnées d’agent secret pour survivre.

Le plus gros atout de American Ultra c’est bien évidemment Jesse Eisenberg qui retrouve ici un rôle à la hauteur de son talent, à mi chemin entre l’adolescent paumé et quelqu’un qui sait débiter du mot au kilomètre avec une vitesse toujours aussi étonnante. J’aime bien cet acteur qui semble choisir la plupart du temps des rôles qui lui colle assez bien à la peau (tant qu’il reste visuellement aussi jeune, autant qu’il en profite). Ensuite, c’est Kristen Stewart (Sils Maria). Certains pourraient maudire cette actrice, comme toujours, mais personnellement je trouve qu’elle est tout à fait à sa place et qu’elle correspond parfaitement à l’image que l’on peut se faire du personnage de Phoebe. L’alchimie entre les deux acteurs se ressent dès le début ce qui permet de s’imprégner au plus vite de l’univers de ce film. American Ultra mélange par ailleurs dans son scénario tout un tas de choses, notamment les productions Judd Apatow (je pense notamment à Delire Express ou des films de cet acabit là) avec des aventures plus sérieuses tout en gardant un oeil adolescent. Max Landis a réussi à faire une comédie intelligente même si par moment cela part un peu trop dans des délires qui semblent avoir été écrit entre quelques joints.

A côté de ça, American Ultra a aussi quelques belles séquences en stock dont une, presque tournée en plan séquence dans le supermarché. C’est l’une des rares scènes ambitieuses du film mais bon, on ne peut en vouloir en metteur en scène qui n’avait pas fait grand chose de Projet X et qui prouve ici qu’il peut faire un peu mieux (ce qui n’est pas plus mal). Si côté mise en scène, cela peut parfois être un peu faible par rapport à l’ambition du scénario, on retient surtout de American Ultra son humour qui semble pouvoir tout se permettre dans sa propre connerie et qui sait aussi se créer un environnement bien à lui. Cette comédie ne ressemble à aucune autre comédie du genre et c’est la plus belle surprise. Je m’attendais à ce que le film soit peut-être un peu moins fun tout simplement. Le film parvient également à nous offrir quelque chose de violent assez fort, utilisant à merveille ses seconds rôles comme Connie Britton (Nashville) que je ne m’attendais pas nécessairement à voir dans un contre emploi aussi intéressant, ou même d’autres personnages. Finalement, c’est donc avec grand plaisir que je vous conseille American Ultra, mélangeant plusieurs genres de façon assez sympathique, tout en nous faisant rire.

Note : 6.5/10. En bref, une comédie mélangeant les genres de façon assez intelligente.

Commenter cet article