Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Les Bêtises (2015)

3 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Les Bêtises (2015)

Les Bêtises // De Rose Phiiippon et Alice Philippon. Avec Jérémie Elkaïm, Sara Giraudeau et Jonathan Lambert.


Premier long métrage de Rose et Alice Philippon, le film est autobiographique alors que les deux soeurs avaient un membre de leur famille qui a été adopté. On retrouve tout un tas de choses que j’adore dans ce film et notamment le côté burlesque, très proche de ce que j’adore dans les comédies françaises qui se tournent à huis clos. Les Bêtises est loin d’être un mauvais film. Je dirais même que c’est un premier film très réussi qui part d’une très bonne idée et qui en fait quelque chose de terriblement drôle et joyeux. On sort de ce film avec la banane, avec l’envie de retrouver cette famille frapadingue et ces personnages haut en couleur. Pour faire un bon film, il ne faut pas nécessairement beaucoup de choses : une bonne idée de départ, la bonne façon de l’aborder et puis un bon casting. La mise en scène, éclairée (mais académique) apporte quant a elle son petit plus mignon et tendre non négligeable dans de telles circonstances. L’avantage de Les Bêtises est de démarrer fort dès le début. En effet, dès le début l’introduction est particulièrement drôle. Il fallait bien ça pour monter à quel point le personnage de François est loufoque.

François, la trentaine, lunaire et maladroit, est un enfant adopté. Pour rencontrer sa mère biologique, il s’introduit dans une fête organisée chez elle, se faisant passer pour le serveur. Il se retrouve alors au service d’une famille dont il ignore tout, la sienne.
L’histoire de Les Bêtises part de quelque chose d’assez drôle pour dériver vers quelque chose de très fort dramatiquement. L’avantage de ce film est d’avoir Jérémie Elkaïm pour incarner ce héros. Il a ce truc sur son visage qui colle parfaitement au garçon un peu perdu dans sa vie et qui cherche à se reconstruire. Cet air débonnaire est justement ce qui donne à son personnage son charme. J’aime beaucoup cet acteur depuis A cause des garçons et sincèrement, il ne fait que très rarement de mauvais choix de film. Les Bêtises est la preuve qu’il sait encore très bien trier les scénarios car dans celui-ci il y a un peu plus que du charme, il y a même de l’humour, beaucoup d’humour. Le burlesque est un genre qui fonctionne très bien au théâtre ou dans les vaudevilles comme celui-ci. On retrouve alors des influences en tout genre, notamment le cinéma d’Alain Resnais (même si je ne sais pas s’il a réellement influencé le film). Car Les Bêtises est tout de même un peu kitsch. Mais ce n’est pas non plus dans le mauvais sens du terme. Au contraire, je trouve qu’il y a quelque chose de bien dans cette comédie aux personnages parfois outranciers (Jonathan Lambert a trouvé un rôle à la hauteur de son talent même si très peu utilisé dans le film).

Mais rapidement, Les Bêtises prouve aussi que ce n’est pas une comédie bébête. Au contraire, elle démontre que son humour est calculé, que tout est bien pensé du début à la fin dans la façon dont le film s’orchestre. De la révélation au twist final, du premier gag à la dernière larme on sait que finalement ce premier film a tout d’un grand. On retrouve aussi un peu de Peter Sellers (« La Party ») dans la façon dont Jérémie Elkaïm aborde son personnage, avec des pointes de Pierre Richard dont il pourrait être le véritable héritier si jamais il voulait aller dans cette direction. Le début du film n’est pas sans rappeler Playtime de Jacques Tati non plus. C’est plein de choses de ce genre là, pleines de charmes que Les Bêtises associe à merveille. Finalement, ce film est une belle et bonne surprise qui fonctionne grâce à une association d’idées. La cerise sur le gâteau sera Jérémie Elkaim en personne et en live sur Les Bêtises, la chanson de Sabine Paturel (oui, pas la version terriblement mauvaise de Bébé Lily, il ne faut pas déconner). C’est un moment plein de charme et assez déconcertant auquel je ne m’attendais pas du tout.

Note : 8.5/10. En bref, une excellente surprise.

Commenter cet article