Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ballers. Saison 1. Episode 6.

3 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ballers

Critiques Séries : Ballers. Saison 1. Episode 6.

Ballers // Saison 1. Episode 6. Everything is Everything.


Le fait que Ballers soit une série avec un large casting qui fonctionne comme un groupe n’a pas encore été la plus grande force de cette série. Le problème c’est que l’on n’a pas suffisamment d’intérêt pour les personnages et leur histoire (même si Ballers tente de donner de quoi mordre avec le passé de Spencer sauf que c’est exploité de façon très maladroite). Ballers n’a pas le temps de se concentrer sur quoi que ce soit car elle n’a pas vraiment l’occasion de faire quoi que ce soit. On passe notre temps entre divers personnages sans qu’il n’y ait de véritable intrigue derrière. Ou en tout cas d’idée globale qui permette de lier le tout. Les premiers épisodes de la série permettaient de se concentrer sur Spencer et son besoin d’avoir des clients afin d’avoir un futur confortable. Le problème c’est que ce seul but n’était pas la meilleure idée de la série. Au contraire, ce que je préfère largement là dedans c’est le fun et la bonne humeur qui se dégage de la personnalité de Dwayne Johnson. Sans lui, Ballers serait encore plus mauvaise et n’aurait probablement pas eu autant mon intérêt. Car j’ai déjà eu envie d’abandonner par le passé. La narration de la série me donne l’impression d’être la plupart du temps maladroite, perdue entre ce qu’elle veut être et ce qu’elle n’arrive malheureusement pas à être.

De plus, Ballers aime passer d’une histoire à une autre sans qu’il n’y ait de lien entre les diverses intrigues. Du coup, l’un des rares intérêts de cet épisode c’est Charles. Ce dernier est un bon élément d’un point de vue comique et la série sait quoi faire de l’acteur. Celui que j’avais pu découvrir dans Les Experts Miami il y a quelques années de ça démontre ici qu’il a un vrai pouvoir comique. Ce n’est pas la première fois que Ballers tente de l’utiliser dans ce sens là, mais franchement j’ai adoré de la mousse à sa petite amie qui le balance dans la piscine à la fin de l’épisode. Mais encore une fois, la série navigue de scènes en scènes sans qu’il n’y ait de vrai lien entre les épisodes sauf du point de vue de Spencer (même si la série a encore un peu changé par rapport au début de la saison de ce point de vue là). A partir dans tous les sens sans trop savoir quoi faire, Ballers risque de rapidement me perdre et me déintéresser. Alors qu’au fond, je suis persuadé qu’elle a quelque chose à raconter, que les personnages sont plus ou moins tous bons (Charles et Spencer le sont, Ricky aussi quand il veut bien se donner la peine de l’être, etc.). De plus, ce qui manque aussi à Ballers par rapport à The Brink (qui est aussi décevante) c’est du comique de situation beaucoup plus accentué.

Je pense que cela aurait justement pu permettre de s’amuser un peu plus. Mais bon, Ballers reste une série décevante à sa manière et c’est là que je trouve le tout vraiment dommage. Les problèmes de santés de Spencer pourraient être un angle d’attaque intéressant d’un point de vue dramatique sauf que c’est encore à voir car là aussi, la scène finale de l’épisode ne donne pas plus envie que ça de revenir pour connaître les résultats. C’est sans continue sur la carrière de Ricky qui là aussi reste un point qui pourrait devenir intéressant mais le problème c’est que la série n’a pas de grande dimension. Dans le registre des intrigues les moins intéressantes nous avons encore une fois Vernon et son histoire de chantage. C’est tout de même sacrément ridicule et pire, cela n’a pas de grand intérêt. Je ne sais pas trop pourquoi Ballers continue de faire autant d’erreurs dans sa façon de voir les choses car c’est pourtant une série qui m’intéresse mais qui n’a pas de grand intérêt sur le court terme. Reste à voir si d’ici la fin de la saison, Ballers va réussir à décoller ou non. Pour le moment, c’est très mal parti. En se concentrant sur Ricky et Spencer il y a de bonnes idées mais heureusement que Charles est là pour nous faire rire.

Note : 4.5/10. En bref, je suis toujours déçu du résultat.

Commenter cet article