Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Hoff the Record. Saison 1. BILAN.

14 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Hoff the Record

Critiques Séries : Hoff the Record. Saison 1. BILAN.

Hoff the Record // Saison 1. 6 épisodes.
BILAN


Alors que Dave HD a annoncé le renouvellement de Hoff the Record pour une saison 2 de 6 nouveaux épisodes, Hoff the Record est une comédie très étrange mais aussi assez fascinante (à sa façon). Le mockumentary n’est pourtant pas un genre nouveau et c’est même quelque chose qui a déjà été éculé au fil des années par NBC notamment ou encore Ricky Gervais. Ce dernier m’intéresse car Hoff the Record ressemble énormément à certaines de ses créations comme par exemple Life’s Too Short. Cette dernière racontait l’histoire d’un acteur qui avait eu un succès dans sa carrière et qui avait envie de se reprendre en main. David Hasselhoff vit un peu la même chose alors que sa carrière, depuis la fin d’Alerte à Malibu et K2000 s’est arrêtée. L’acteur est connu pour avoir énormément d’auto-dérision (vu dans Piranha 3DD, Sharknado, etc.), capable de se moquer de sa carrière passée pour justement faire de bonnes blagues dans le présent. Hoff the Record c’est d’ailleurs un peu ça, des blagues sur David Hasselhoff en pagaille avec quelques moments d’auto-dérision, notamment dans le premier épisode sur cette histoire de hamburger. Tout le monde connaît cette histoire et je dois avouer, que David s’en moque, est une excellente chose. Cela veut dire qu’il ne se prend pas au sérieux et qu’il est capable de rire de ses conneries et de lui-même.

Accessoirement, cette série a aussi la particularité d’être à moitié improvisée. Il y a donc des situations qui sont écrites et et d’autres qui viennent comme ça, d’un coup, et je me demande si les moments improvisés ne sont pas les plus drôles de la série. Ce ne serait pas étonnant en tout cas et j’aimerais bien voir plus souvent des comédies qui ne se prennent pas la tête. Car Hoff the Record ne se prend pas la tête.

« Don’t Hassel the Hoff »

Le premier épisode est une occasion de voir David arriver sur le sol britannique. C’est déjà une bonne idée d’autant plus que Hoff the Record parvient justement à jouer des différences culturelles et de la conneries de certaines de ses idées scénaristiques. Dès le premier épisode, la série veut tout de suite nous faire rire, nous mettre dans l’ambiance. Outre le coup du burger, la série parler aussi de Looking for Freedom, de K2000 (notamment avec la voiture du film ou encore son blouson de cuir).

Tout au long de l’épisode, la série fait des choses assez drôles. Il n’y a donc jamais de limites dans Hoff the Record. La série se permet tout, notamment quand au début David passe un casting pour son propre rôle dans un biopic et qu’il est refusé car il n’a pas suffisamment de « Hoff » en lui. C’est drôle car à côté de ça on a un asiatique, un nain, une femme, etc. qui passent une audition pour son propre rôle. Au fil des épisodes, on apprend à découvrir l’univers de Hoff the Record avec le fils de David. Ce dernier est intégré de façon très étrange à la fin du premier épisode. Si tout au long de la saison ce n’est pas toujours le point fort, c’est aussi un pied dans l’émotion. La série avait bien besoin de quelque chose comme ça afin ne pas nous ennuyer. Tout au long des épisodes, il y a de bonnes idées, à la fois en termes de comique de situation, de répliques improvisées (et cela se ressent parfois) ou encore de développement de personnages. Car Hoff the Record a aussi une intrigue, celle de donner à la carrière du Hoff un coup de boost. Cela ne va pas fonctionner nécessairement comme prévu mais il y a aussi un coeur tendre au milieu avec le fils caché du Hoff. C’est une occasion de parler d’autres choses, plus familiales et de parler de la vie privée du héros et ce n’était pas gagné au départ.

Note : 7/10. En bref, une agréable surprise venue de nulle part.

Commenter cet article