Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Proof. Saison 1. Episode 6. Private Matters.

14 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Proof

Critiques Séries : Proof. Saison 1. Episode 6. Private Matters.

Proof // Saison 1. Episode 6. Private Matters.


Si vous aviez pu, auriez vous appuyé sur « Supprimer » vous aussi ? C’est plus ou moins la question que l’on peut se poser à la fin de cet épisode. Je réalise que la série n’est peut-être pas prête à répondre à la grande question de la vie après la mort et c’est peut-être aussi pourquoi Ivan Turing a supprimé les données sous le nez de l’équipe. Mais cela m’a fait un peu de mal de voir ça, car ce qui aurait pu être une belle avancée pour l’histoire, ne va faire que stagner la série encore un peu plus. Il n’y avait pas de raison valable de tout supprimer (enfin, de mon point de vue). « Private Matters » est aussi l’un de mes épisodes préférés jusqu’à présent car il parvient à être si touchant pour beaucoup des personnages. J’aime bien la façon dont Proof parvient à associer les expériences faites au boulot avec la vie personnelle de chacun des personnages. Proof s’inscrit donc toujours aussi bien dans la vie personnelle de chacun de nos personnages préférés, de Ivan et de sa mort à venir, de Cat et de son expérience de presque-mort ou encore Will et sa mort (et comment ses secrets ont besoin d’être gardés, même au delà de la tombe). Découvrir ce qu’il y a après la mort, ce serait aussi pouvoir permettre à n’importe qui de découvrir nos plus grands secrets sans problème (et ce serait terrible, non ?).

C’est là aussi que je peux voir des limites à l’histoire de Proof et aux questions morales que cela peut poser. Ivan a peut-être supprimé les données mais dans un sens, il avait peut-être raison de le faire. Au fil de cet épisode, la morale de la série s’intéresse justement à cette partie de l’histoire. Le problème éthique n’était donc pas si simple qu’il n’y paraît au premier abord car il y a énormément de pour et aussi énormément de contre. Mais comme je le disais la semaine dernière en le supposant, les données auraient pu changer la vision que l’on a actuellement de la vie. Tout cela venant d’un scientifique qui n’a eu de cesse de faire des recherches pour trouver cette réponse. Si Ivan et Cat avaient vraiment pensé, je pense que l’on aurait probablement eu une réponse légèrement différente. A côté de ça, je suis septique quant à la femme d’Ethan. Il y a quelque chose qui ne colle pas vraiment. Quand on met l’expérience de presque-mort d’Ethan face à ce qui s’est passé pour les couples et cie dans Masters of Sex, difficile de tenir la comparaison tout de même mais cela me fait presque rire. Surtout que dans le processus, Ethan, l’expérience de ce dernier était assez unique.

Il y a quelque chose d’assez étrange comme sentiment quand je regarde Proof car je me demande si les créateurs de la série se basent sur des faits connus afin de pouvoir parler de la vie après la mort. Je me demande si l’on est déjà arrivé à raconter des tas d’histoires de ce genre là d’un point de vue purement scientifique. Ce serait intéressant tout de même de savoir quelle quantité de vérité il y a dans ce que raconte la série, et quelle quantité de fiction. Je ne suis pas suffisamment informé sur le sujet pour faire les déductions moi-même mais le sujet me fascine. Du coup, si Proof se rapproche de choses réellement vécues par des scientifiques lors de leurs expériences pourquoi pas. Tant que la série en tombe pas dans le piège The Lazarus Effect (pour ne citer que ce film) alors je serais content. Après tout, Proof ne peut pas devenir une série aussi mauvais que ce film d’horreur. Ce serait sacrément dommage. Mais cet épisode est l’un des plus intéressants que Proof nous ait offert jusqu’à présent car il permet justement de poser les bonnes questions. Il ne cherche pas à laisser le téléspectateur en plan et tente de plutôt nous poser des questions avec des mystères qui méritent le coup d’oeil. Même si la fin reste frustrante dans un certain sens.

Note : 6/10. En bref, un joli épisode de Proof.

Commenter cet article