Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Wet Hot American Summer : First Day of Camp. Saison 1. Episode 3.

5 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #We Hot American Summer

Critiques Séries : Wet Hot American Summer : First Day of Camp. Saison 1. Episode 3.

Wet Hot American Summer : First Day of Camp // Saison 1. Episode 3. Activities.


Les dix premières minutes de cet épisode sont vraiment un gros délire que seule Wet Hot American Summer semble pouvoir expliquer. Cette histoire de conserve était vraiment drôle et cela va permettre à Christopher Meloni de nous offrir son meilleur moment comique. J’aime beaucoup cet acteur et depuis qu’il s’est recyclé dans le monde de la comédie, je me demande si je ne l’apprécie pas encore plus que dans SVU. Arty est l’occasion dès le début de l’épisode de nous permettre de comprendre le ton de celui-ci. Il y a quelque chose de drôle avec Mitch alors qu’il est en train de plonger dans l’introduction de l’épisode avec sa conserve de légumes. Il va être capable de dire à Greg et Beth « Save the camp. Follow the money. Get the code ». Il y a donc un petit mystère là dedans qui m’a beaucoup amusé car les conneries de Wet Hot American Summer prennent encore un peu plus de sens là dedans. Ce n’est pas la première fois que la série (ou le film) cherche à nous amuser avec des conneries que seuls les scénaristes semblent comprendre mais peu importe. Je ne pense pas qu’il faille consommer cette série comme si l’on était sobre.

Car justement, cette série est complètement barrée. A côté de ça, Coop continue d’être celui avec les meilleures répliques. Cela me fait vraiment rire car je ne m’attendais pas du tout à ce que la évolue dans ce sens là. Il y a des séquences qui sont assez proches de ce que j’aurais parfois aimé attendre de The Brink alors que Président Reagan tabasse son employé. J’aime bien le fait que Wet Hot American Summer ne soit pas non plus qu’une comédie et qu’il y ait un angle un peu plus proche d’une comédie d’espionnage ratée. On retrouve alors un peu de ces films avec des comiques comme Mister Bean ou encore Max la Menace. Vous savez, ce genre de comédies d’espionnage où l’espion ne fait que des conneries ou tombe dans des pièges qui ne sont même pas des pièges au départ. Je suis certain que Wet Hot American Summer va nous conduire là dedans très rapidement. C’est un délire encore une fois des créateurs, de faire quelque chose de légèrement différent. Cet épisode est justement l’occasion d’aborder d’autres sujets et pas seulement celui de la conserve ou encore du code et de l’espionnage, mais plutôt d’aborder des thématiques comiques différentes. Christopher Meloni en sera notre porte drapeau. Dommage parfois aussi que cela ne dure que 30 minutes à chaque fois, car l’on a vraiment envie d’en voir un peu plus à chaque fois.

En tout cas, de mon point de vue oui. Josh Charles (The Good Wife) continue de son côté d’être parfait. Je ne m’attendais pas nécessairement à ce que l’acteur soit aussi bon dans son registre comique mais le personnage de Blake est clairement l’un des plus intéressants. Il rend une petite visite à Katie et tout cela va se dérouler de façon assez drôle. Depuis le début, l’acteur est parfait. On a déjà vu par le passé qu’il était bon dans le registre de la comédie (dans Sports Night par exemple) mais je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit aussi bon dans le registre comique de Wet Hot American Summer, bourré de ridicule. Parfois, j’ai l’impression que Wet Hot American Summer ressemble à une sorte de cartoon ou bien de série animée qui aurait été adaptée en version live. Ce ne serait pas si étonnant que ça étant donné que tous les délires de la série fonctionneraient très bien aussi en version animée (avec un accent forcément plus poussé sur les conneries). Et enfin, il reste Lindsay. Elizabeth Banks est vraiment un rayon de soleil dans cette série. Je ne sais pas vous mais personnellement, je trouverais dommage que l’on ne voit pas un peu plus d’elle dans les prochains épisodes.

Note : 7/10. En bref, le délire continue.

Commenter cet article