Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : True Story (2015)

21 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : True Story (2015)

True Story // De Rupert Goold. Avec Jonah Hill, James Franco et Felicity Jones.


Basé sur une histoire vraie, True Story rassemble deux acteurs qui ont déjà travaillé ensemble dans le registre de la comédie avec l’excellent C’est la fin. Au travers d’une mise en scène particulièrement sobre et scolaire, Rupert Goold tente de nous plonger dans une histoire de tueur en série fonctionnant sur des faces à faces d’acteur qui manquent cruellement de profondeur. Le premier problème de ce film est sa mise en scène. Bien que cela soit propre et soigné, on sent que derrière, Rupert Goold ne cherche pas du tout à faire grand chose de nouveau. Disons que l’on a déjà vu bien mieux dans ce genre de registre et ce n’est pas True Story qui vient chambouler le genre. Au contraire, le film se contente de nous raconter son histoire en surface, sans véritablement creuser quoi que ce soit, tant d’un point de vue visuel que d’un point de vue du scénario. Car justement, l’autre problème de ce film c’est de ne pas réussir à nous délivrer un scénario à la hauteur de ce qu’il aurait probablement pu entreprendre. On se retrouve alors avec un racontar de tollard pas franchement palpitant. Si le casting tente de relever le niveau à de nombreuses occasions, les faces à faces n’ont pas les mots suffisamment savoureux pour donner du pep’s à un film qui stagne bien trop à mon goût.

Récemment renvoyé du New York Times, pour avoir falsifié des informations, un journaliste se voit offrir une chance de rédemption lorsqu'un tueur en série assure s'être fait passer pour lui pendant des années.

Dans le registre du polar, bien d’autres se sont illustrés avant, de Michael Mann à David Fincher en passant par d’autres réalisateurs beaucoup moins connus mais qui ont réussi à faire quelque chose du sujet qu’ils avaient entre les mains. On ne peut pas en dire autant de Rupert Goold. Si l’histoire de ce journaliste et de ce tueur en série reste un peu facile au premier abord, je suis certain qu’en creusant un peu mieux les personnages et en créant un vrai mystère, on aurait pu être happés du début à la fin. C’est donc tout le contraire qui se produit. L’envie de partir de la salle intervient à de nombreuses reprises, comme si tout d’un coup True Story se transformait en ragot que l’on retrouvait dans Le Nouveau Détective, ce torchon de faits divers racoleur que l’on retrouve chez tout bon marchand de journaux qui se respecte. La tenue du scénario est plus ou moins de la même consistance avec un choix de dialogues pas toujours véritablement pertinents. On a l’impression que True Story veut absolument vulgariser son histoire, sauf que cela ne fonctionne pas vraiment (en tout cas pas dans le sens que l’on aurait probablement pu imaginer au départ). Au casting, on retrouve donc deux acteurs qui généralement peuvent être aussi bons cabotins que bons dramaturges. Les deux ont su prouver dans de précédentes oeuvres qu’ils pouvaient être excellents.

Dommage que ici cela ne soit pas vraiment à la hauteur des attentes. Le problème c’est que la composition est peu inspirée. Elle n’est pas aidée par le scénario et par moment True Story gagne quelques points justement grâce à ces deux acteurs, mais globalement ils n’ont pas grand chose à incarner. Leurs personnages sont de vrais trous d’air qui passent en long et en large, à côté de la plaque. Leur relation aurait dû être mystérieuse, tendue, et c’est tout le contraire que l’on a l’impression de voir à l’écran. On se retrouve avec le genre de films que l’on retrouverait facilement en plein après-midi dans la case Un Jour Une Histoire de M6. Simplement avec un casting assez intéressant. Mais le casting ne fait pas tout. Il faut aussi que la mise en scène soit à la hauteur, que le scénario soit accrocheur, et l’on a l’impression que tout se repose un peu trop sur ses lauriers et que tout le monde est donc juste là pour cachetonner. Je sais bien que le réalisateur en est à son premier long métrage et qu’il pourrait probablement s’améliorer avec un peu de bonne volonté mais ce n’est pas vraiment le cas. En tout cas pas comme on l’imagine là pour le moment et c’est dommage. Je préfère encore m’ennuyer devant la saison 2 de True Detective plutôt que m’ennuyer ici.

Note : 2/10. En bref, dur dur de faire un bon film quand tout capote en long et en large.

Commenter cet article