Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : About a Boy. Saison 2. Partie 2. BILAN.

3 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #About a Boy

Critiques Séries : About a Boy. Saison 2. Partie 2. BILAN.

About a Boy // Saison 2. Episodes 7 à 22.
BILAN


About a Boy était une vision de l’histoire par Jason Katims. Car avant d’être une série, About a Boy était un film avec Hugh Grant (je me demande ce que devient cet acteur autrement bankable d’ailleurs). Maintenant c’est aussi une série avec David Walton. Je regrette vraiment l’annulation de cette comédie même si au fond elle n’a rien d’exceptionnel. Ce qui la rendait attachante c’était sa tendresse et sa volonté de faire rire dans la bonne humeur. Car oui, About a Boy a toujours été une comédie peine de tendresse et de bonne humeur. Au delà de prémices un peu simplistes et de quelques épisodes ronronnants, cette saison 2 a décollé par la suite, une fois les six premiers épisodes (dont j’ai déjà parlé précédemment) lancés. Jason Katims a su développer son histoire sans véritable faire de vagues, toujours avec la même énergie et avec un casting en trio qui a toujours été ce symbole de la bonne humeur. David Walton, Minnie Driver et Benjamin Stockham auraient pu ne pas fonctionner ensemble et c’est tout le contraire. Il y a une vraie énergie qui naît de ces trois acteurs et l’on a toujours envie de voir leurs aventures, uniquement car cette alchimie fonctionne. C’est en tout cas ce qui personnellement me donne envie de revenir chaque semaine.

Au delà de ça, About a Boy va continue à raconter ses petites histoires dans cette suite de saison 2, que cela soit côté coeur pour David Walton (et il ne sera pas en reste avec Laurie), le petit Marcus bien entendu (histoire de bien terminer la saison) et puis Fiona dont l’histoire est presque la plus dramatique. Fiona est une mère de famille qui tente de se reconstruire mais elle n’y arrive jamais. Ce n’est pas uniquement à cause du fait qu’elle est sous le charme de son voisin, c’est aussi car ce dernier trouve toujours un moyen de ruiner ses chances d’avoir une vie amoureuse normale. En resserrant plus ou moins la série sur ce trio de personnages, About a Boy a su faire évoluer la saison et la série vers quelque chose de plus concis et confiné certes mais de beaucoup plus attachant aussi. Car l’attachement que j’ai pour ces personnages s’est créé au fil du temps, sans que je ne m’en rende vraiment compte. J’ai récemment enchaîné les épisodes 15 à 20 que NBC n’a jamais pris le soin de diffuser et je dois avouer qu’en enchaînant ces épisodes comme des gourmandises que je ne devrais pas manger aussi rapidement, je n’ai pu m’empêcher de rire, d’avoir une larme à l’oeil sur la fin, etc. Ce sont des personnages qui font presque la synthèse de ce que j’aime dans cette série.

Et accessoirement dans ce que fait Jason Katims. Ce dernier est un faiseur d’or. Il parvient à créer de l’or avec ce qu’il écrit de ses mains. On a déjà pu le voir dans Parenthood et la façon dont il a raconté cette histoire. Dans About a Boy il récidive mais avec un angle légèrement différent. Le casting est moins exponentiel et l’histoire complètement différente. C’est sa façon de faire et About a Boy rappelle énormément Parenthood car l’angle familial est là et qu’il sait très bien traiter de ce qui est le monde de la famille. On avait déjà pu voir ça par le passé dans Friday Night Lights (et je me demande si après avoir apprécié ces deux séries, je ne pourrais pas apprécier FNL étant donné que je n’ai jamais accroché à la série lors de sa première saison malgré toute la bonne volonté du monde). Je suis heureux pour David Walton qui a eu la chance de connaître deux saisons pour l’une des séries dans lesquelles il a joué. Après tant d’échecs divers et variés, surtout sur NBC, il fallait bien qu’on lui donne enfin un rôle dans une comédie qui pouvait fonctionner. Cela n’a pas fonctionné longtemps mais ce n’est pas grave. J’aime beaucoup cet acteur qui a un côté comique naturel dans sa nonchalance. Peut-être que vous n’y êtes pas sensible mais personnellement, le personnage de Will reste mon préféré dans cette aventure.

La saison 2 ne bouge pas énormément de choses si ce n’est que l’on perd certains personnages en cours de route (Andy n’a plus la même place que lors de la première saison par exemple) histoire de faire le ménage et ne se concentrer que sur ce qui est essentiel : le trio de tête. Je me souviens encore du film de Paul Weitz qui est tout de même très différent de cette série. Disons que le point de départ reste le même mais le traitement est complètement différent avec une ambiance travaillée qui permet de ne pas avoir l’impression de voir deux fois la même série. Finalement, About a Boy me manquera peut-être (ou pas) mais cela reste une belle petite comédie qui n’est pas non plus qu’une comédie. On se rapproche énormément de ce qui se fait sur le câble américain comme sur FX Network par exemple (avec Married ou You’re the Worst, plus grand public mais des comédies tirant largement la carte dramatique sur les bords).

Note : 6.5/10. En bref, belle fin de saison pour une charmante série qui me manquera surement.

Commenter cet article