Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 3. Episode 8.

10 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ray Donovan

Critiques Séries : Ray Donovan. Saison 3. Episode 8.

Ray Donovan // Saison 3. Episode 8. Tulipe.


Est-ce que avec cet épisode un chapitre de la vie de Ray Donovan s’achève ? Je me le demande bien. En tout cas, cette année la série a véritablement bousculé sa propre façon de voir les choses et c’est une excellente nouvelle. Dans cet épisode, il semble que l’on arrive petit à petit vers une certaine forme de conclusion, ou en tout cas on est proche de cette conclusion, sur les abus et le meurtre qui a hanté la famille Donovan depuis tant d’années. Bien que j’ai toujours été septique quant aux motivations du père Romero, associé avec ce qui se passe dans cet épisode, je dois avouer que c’est finement écrit, beaucoup plus subtile que ce que je n’aurais pu imaginer au départ. Avant de conclure l’histoire sur le prêtre et donc l’histoire de Ray pour la saison (enfin, en partie), la famille Finney et Bridget ont eux aussi des choses à nous raconter. Varick, Finney, tout participe à donner à cette série une dimension assez différente de ce que l’on avait vu auparavant mais justement, c’est aussi ce qui fait l’originalité de cet épisode (et accessoirement de cette saison). Si je comprends Varick et Finney, dans un sens je trouve que c’est presque terrible ce qui arrive à ces deux personnages. La réactions de Varick au milieu de l’épisode reste cependant assez impressionnante. Réaliser ce qui nous a été fait est assez choquant et la série exploite tout cela de façon assez brillante.

Mais aussi horrible que tout cela puisse paraître à côté, cela a permis à Ray et Avi de se retrouver. Je suppose donc que l’accord NFL va pouvoir enfin évoluer dans une toute nouvelle direction. Je comprends Avi vis-à-vis de Kate mais je ne pense pas que Ray soit la meilleure personne avec qui partager tout ça. Il dit que Ray est la seule personne, mais bon, on sait pertinemment qu’il y a plus que ça aussi, surtout que Ray est sur tous les fronts cette année. Pas seulement celui de la famille Finney. Il y aussi celui de Romero, de sa fille, de sa femme, de ses frères, de son père, etc. Il doit gérer tellement de choses à la fois qu’à un moment donné je me demande presque si ce n’est pas un super-héros. Enfin, pas dans le sens propre du terme car Ray n’a rien d’héroïque (sauf pour sa famille dans un sens, sans qu’il n’ait la reconnaissance qu’il mérite). J’aime beaucoup la façon dont Ray traverse cet épisode, évitant plus ou moins les balles et trouvant l’occasion de nous offrir tout un tas de moments assez forts. Liev Schreiber est pour beaucoup là dedans mais justement, c’est aussi ce qui fait l’intérêt de cette série, capable de nous surprendre et de nous offrir des moments intenses. L’intensité de ces moments se résume bien souvent à l’émotion qu’ils peuvent dégager. L’attachement que l’on a pour les personnages fait beaucoup mais…

… rien ne vaut une bonne intrigue derrière aussi et c’est ce qui se passe cette année. Je n’ai rien à redire sur Ray Donovan cette année car justement, la série sait très bien ce qu’elle doit faire afin de nous surprendre et aller dans la bonne direction. Puis nous avons Bridget. Quelque chose va mal et elle commence à devenir hors de contrôle. Non seulement elle est en train de rater ses examens mais elle semble aussi utiliser un adulte qui a des problèmes d’addiction à son avantage. Bridget est loin d’être stupide et elle veut nous le démontrer dans cet épisode. J’aime bien sa façon de nous surprendre et de parvenir à prendre le téléspectateur de court. Cela permet aussi de varier un peu les plaisirs et de voir que finalement Bridget tient de Ray. Pourquoi pas. Finalement, ce nouvel épisode de Ray Donovan nous amène petit à petit à la conclusion de la saison. S’il y a encore des tas de choses à délier (notamment dans l’histoire des frères ou encore de Mickey), l’histoire de Ray est plus ou moins terminée sur certains points (notamment du point de vue du père Romero qui fût un « adversaire » assez fascinant dans une saison qui ne donnait pas vraiment cette impression au départ. Pourquoi pas après tout.

Note : 8.5/10. En bref, cette saison 3 est toujours aussi bonne.

Commenter cet article