Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Rosewood. Saison 1. Pilot.

25 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Rosewood

Critiques Séries : Rosewood. Saison 1. Pilot.

Rosewood // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Que l’on soit clair, net et précis, FOX est au fond du gouffre. L’an dernier, elle n’a pas récolté grand chose si ce n’est le succès d’Empire, inattendu et l’on a probablement envie de ne retenir que ça. Suite au carton d’Empire, FOX avait besoin d’une série qui puisse aller avec elle et quoi de mieux qu’une série procédurale avec un héros afro-américain et quelques autres personnages afro-américains afin que le lot de téléspectateur afro-américain (et il est énorme) qui regarde Empire, suive aussi cette série. Le problème c’est que l’on voit à quel point cette série est intéressée. C’en est presque mal venu. Je suis persuadé que Empire aurait gagné à être accompagnée de Scream Queens, les deux séries étant faites pour séduire les jeunes mais peu importe, FOX a décidé de donner sa chance à Rosewood. Cette série nous propose un mélange de bonne humeur et de dialogues qui sont plus là pour démontrer à quel point le héros est un séducteur incarné (accentué bien souvent par des sons de guitare latinos en bande son). Morris Chestnut (V, American Horror Story) méritait tout de même bien plus que ça. Son rôle est vide, naviguant de plans en plans alors que la série n’a de cesse de chercher à nous montrer que son décor est plus important que le reste. Comme la beauté de son héros.

Le docteur Beaumont Rosewood est considéré comme le meilleure pathologiste de tout Miami. À la tête d'un laboratoire privé à la pointe de la technologie, il est capable de faire parler un corps sans vie comme personne d'autre et apporte ainsi sa précieuse expertise aux forces de police.

Morris Chestnut a l’air de s’amuser dans ce qui est probablement l’une des pires séries de la rentrée. USA Network faisait des séries de ce genre là auparavant, pas très portées sur les intrigues et plus sur les personnages et leurs personnalités. C’est ce que semble chercher à faire, difficilement, Rosewood. La série a beau tenter d’être agréable à suivre (le côté dépaysant de Miami, le héros et ses charmes) mais rien n’est fluide. On enchaîne les scènes sans qu’il n’y ait véritablement d’intérêt. Les discussions sont stériles et dès que la série tente l’émotion, elle échoue lamentablement car tout ce qui se passe dans cette série n’est pas croyable. Rosewood pourrait très bien s’accoupler avec Bones, même si je suis persuadé que là aussi Bones est bien plus intelligente. Cette dernière sait introduire des éléments intelligents (notamment au travers de son héroïne, Temperence Brennan et ses analyses anthropologiques). Créée par Todd Harthan (ce dernier est un ancien scénariste de Monk, Psych, etc.) semble connaître tous les us et coutumes de la série « feel-good ». Sauf que rien ne fonctionne vraiment dans cette série. On retrouve aussi des éléments proches de Rake (FOX) et d’autres séries de ce genre là.

J’ai bien compris que Rosewood veut plaire au plus grand nombre et ne cherche donc jamais à être trop intelligente quitte à devenir incompréhensible. Mais qui a envie de suivre une histoire de médecins légistes ? Ca a pu fonctionner pour ABC a un moment avec Body of Proof mais uniquement car cette dernière savait avoir du second degré (ce dont Rosewood est totalement lavée). Dès que Rosewood tente d’être plus comique, elle échoue lamentablement là aussi. Car rien n’est drôle, tout est plus sujet à l’envie de donner des baffes au scénariste qui a dû pondre ça sur un coin de table. Prenons par exemple la première scène de crime, l’une des scènes les plus symptomatiques du problèmes de cette série : on tente de nous présenter le héros comme quelqu’un d’impertinent, capable de faire des remarques sur les scènes de crime et faire des conclusions en deux secondes (Backstrom, Rake, House, etc. toutes ces séries ont déjà eu cette façon de faire). Sauf qu’à faire de son héros quelqu’un de trop intelligent sans véritablement le montrer à l’écran, on se retourne alors avec les mêmes problèmes que Backstrom l’an dernier (mais avec d’autres trucs problématiques encore).

Cette surexploitation de la musique qui ne colle pas vraiment au truc (ou alors qui colle trop au truc et qui donne encore plus l’impression que l’on se moque de nous). Comment peut-on avoir de la musique aussi ringarde derrière une série musicale ? Le choc doit être impressionnant. Rosewood tente aussi des scènes dramatiques, avec de l’émotion, sauf que tout est stérile car la série est hermétique au développement dramatique de ses personnages, probablement de peur de perdre son angle comique (qui lui aussi ne fonctionne pas). En somme, Rosewood est l’une des pires séries créée ces derniers temps. Je me demande comment FOX a pu oser commander ça… uniquement pour l’associer à Empire. Je pense que Empire mérite mieux que ça à côté d’elle… mais bon.

Note : 0/10. En bref, la série qui fera office de hate-watch de la saison pour moi.

Commenter cet article