Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Grinder. Saison 1. Pilot.

30 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Grinder

Critiques Séries : The Grinder. Saison 1. Pilot.

The Grinder // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Au fil des années, FOX a su prouver qu’elle était bonne pour faire de bonnes comédies : New Girl, The Mindy Project, Traffic Lights, Raising Hope, Ben & Kate et j’en passe. Avec The Grinder elle continue de nous démontrer qu’elle maitrise les comédies et qu’elle sait miser sur les bons chevaux. Je savais que j’allais aimer cette série uniquement avec les premières minutes. Rob Lowe était terriblement drôle dans Parks & Recreation et il retrouve ici l’humour qui fait sa force. Créée par Nicholas Stoller (Neighbors), Andrew Mogel (Allen Gregory, Yes Man) et Jarrad Paul (Yes Man), cette comédie associe son comique de situation à une idée originale. Le point de départ de cette série est assez neuf, changeant de toutes les comédies familiales que l’on a pour habitude de voir (ou encore de la dernière comédie judiciaire que l’on a pu voir l’an dernier : Bad Judge et qui n’avait pas réussi à être aussi bonne que prévue). Il y a énormément de scènes assez fortes d’un point de vue comique dans ce premier épisode et rien que de voir Stewart tomber sur son frère Dean, assis dans le noir, est le genre de choses qui fonctionne car le casting est lui aussi très réussi et colle parfaitement à l’image que veut dégager cette série.

Lorsque sa série touche à sa fin, Dean Sanderson retourne dans sa ville natale et pense pouvoir reprendre le cabinet d'avocats de ses parents, sous prétexte qu'il en a joué un sur petit écran.

FOX a envie de construire quelque chose de nouveau d’un point de vue de ses comédies et je pense que The Grinder est parfaite pour faire ce genre de chose. Dean était le héros d’une série judiciaire et le pilote s’ouvre sur les dernières images du series finale. C’était une référence assez amusante dans son ensemble à Law & Order, se moquant ouvertement de la série de NBC. Mais ce n’est pas la seule chose que cette série parvient à faire. En effet, The Grinder parvient à créer aussi quelque chose de burlesque dans le registre de la série judiciaire. Car il y a des idées sérieuses mais aussi une envie de se moquer complètement de la justice et de la façon dont elle fonctionne. La série rappelle qu’un homme comme « The Grinder » ne peut pas être avocat s’il n’est pas membre du barreau, qu’il ne peut pas agir comme un avocat s’il n’est pas un vrai avocat, etc. sans parler du fait que la juge est une grande fan de la série. Il y a aussi quelque chose d’intéressant chez le héros car Dean semble tellement dans sa bulle qu’il ne sait pas du tout comment la vraie vie fonctionne. C’est là que Stewart, le frère de Dean tente parfois de faire les tours de magie de son frère sans que cela ne soit magique (rappelant le fait que Dean est dans sa bulle, surréaliste, quand Stewart est ancré dans la réalité).

Par ailleurs, si The Grinder fonctionne c’est aussi en grande partie car Rob Lowe a totalement intégré son rôle et l’incarne brillamment. On avait déjà vu l’acteur faire quelque chose de ce genre là avec Chris, le personnage qu’il incarnait dans Parks & Recreation. C’était un personnage étrange au départ et puis rapidement on a découvert un autre acteur, capable d’être hilarant. Et c’est ce que cette série parvient à faire de nouveau ici avec le même acteur. On prend ses qualités, on les accentue un peu et cela donne quelque chose comme ce que l’on voit ici dans le premier épisode. Ce qui sera aussi intéressant de voir c’est comment The Grinder va progresser au fil des épisodes. Est-ce que la série va réellement continuer sur cette lancée à bien finir par devenir ronronnante et ne plus surprendre. Jake Kasdan, dans sa mise en scène du premier épisode, utilise des astuces de séries judiciaires, des sortes de tics, qu’il met au milieu de ce premier épisode afin de faire la référence jusqu’au bout et de l’appuyer donc encore plus dans son côté parodique/burlesque. Je savais que cette comédie ne pouvait pas être ratée mais je ne savais pas nécessairement si j’allais autant l’apprécier que je n’ai pu l’apprécier dans cet épisode.

Note : 8/10. En bref, une belle trouvaille comique.

Commenter cet article

Mulder 01/10/2015 12:02

Dans Californication il était Extra !!!