Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Player. Saison 1. Pilot.

26 Septembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Player

Critiques Séries : The Player. Saison 1. Pilot.

The Player // Saison 1. Episode 1. Pilot.


The Player est une série très étrange dans le sens où elle est loin d’être surprenante et elle est très loin d’être ce que j’attendais aussi. Il y a quelque chose de légèrement ringard dans la façon dont tout est orchestré, parfois même quelque chose de très classique. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose mais disons qu’il n’y a rien qui donne vraiment envie de revenir toutes les semaines à part Wesley Snipes dont l’empreinte au sein de la série se fait ressentir de façon assez importante. D’ailleurs, heureusement qu’il est là, il sauve en grande partie cette série. Vous savez quoi ? The Player me fait penser à ces films au budget réduits qui permettent à des acteurs comme Wesley Snipes ou d’autres (Bruce Willis aussi par exemple) de se faire un peu d’argent, ces petits Direct to DVD qui n’ont rien d’exceptionnels et qui racontent bien souvent quelque chose de la même façon, avec le même ton terne. Créée par John Rogers, ce dernier est connu pour être le créateur de Leverage et plus récemment de The Librarian (ou en VF : Flynn Carson et les nouveaux aventuriers). Ce n’est pas le créateur le plus en vogue actuellement mais j’avais beaucoup aimé Leverage. Je ne retrouve malheureusement pas ce que j’aimais dans cette dernière ici, cette façon décomplexer de vivre les intrigues.

A Las Vegas, Alex King, un ancien sniper devenu agent de sécurité réputé qui vient de perdre sa femme, est plongé au coeur d'une mystérieuse conspiration. Il fait partie du Jeu, qui consiste à compléter une série d'actions héroïques où il doit sauver la vie d'innocents. De riches anonymes parient sur lui. Il est le pion...

Ici, The Player se prend au sérieux. Peut-être un peu trop, ce qui butte en touche à de nombreuses reprises. Wesley Snipes se retrouve au milieu de cet épisode comme une sorte de héros qui doit prendre les choses en main. C’est assez louable, d’autant plus que Wesley Snipes, ancienne gloire des années 90, doit se racheter une carrière après avoir passé quelques années en prison. Celui que l’on connait pour avoir influencé la franchise Blade ou des films comme Passenger 57 de sa présence revient ici par la petite porte. The Player ne fait pas grand chose pour le mettre en avant et fort heureusement pour l’acteur, ce dernier sait comment se mettre en avant lui-même. Cette série peut cependant préparer la renaissance de l’action, il faut juste que la série en ait la volonté. Et ce n’est pas encore ce qu’il y a de plus visible. Il excelle dans le rôle et je pense que comme James Spader a pu le faire avec The Blacklist, les choses vont pouvoir prendre une forme d’autant plus intéressante par la suite. Wesley Snipes, dans son rôle de Mr. Johnson incarne quelque chose de mystérieux, dont on a envie de connaître l’histoire mais il est difficile de cerner où va la série. Le problème c’est que derrière The Player se cache aussi plusieurs besoins de NBC et une envie de la part du créateur.

La vision est donc de faire une série avec une vraie mythologie, des personnages mystérieux et quelqu’un de charismatique au centre. Puis NBC a aussi besoin d’une série procédurale. C’est là aussi que les problèmes von commencer. J’ai pensé à The Blacklist mais pas seulement car cette dernière avait au moins le mérite d’avoir un premier épisode particulièrement passionnant, ce qui n’est pas totalement le cas ici. Il y a de bons moments, ne serait-ce que la scène d’introduction qui nous met tout de suite dans l’ambiance et qui nous permet d’introduire au mieux le personnage de Mr. Johnson et de ce que ce dernier cherche à régler. Mais au delà de tout ça, j’ai comme l’impression que The Player se moque un peu de nous, qu’elle ne veut pas trop en dire et donc qu’elle finit par ne pas dire grand chose. Johnson est le rôle parfait pour Snipes comme Red pour James Spader (et accessoirement comme le rôle qu’il avait dans Boston Justice ou encore The Office). Snipes se voit offrir une belle chance de prouver qu’il a encore à offrir au monde. Le problème c’est que cela se fait dans la série la moins passionnante qu’il soit. Dommage. The Player ne sera probablement jamais le nouveau Blacklist (même si cette dernière a eu du mal à redécoller par moment).

Note : 4.5/10. En bref, pas totalement raté mais légèrement ennuyeux.

Commenter cet article

PINKMAN 28/09/2015 12:09

Perso je me suis éclater...malgré des défaut, un bon guilty pleasure.