Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Human (2015)

1 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Human (2015)

Human // De Yann Arthus-Bertrand. Documentaire.


On a tout de même connu Yann Arthus-Bertrand beaucoup plus inspiré mais les thématiques qu’il explore sont modernes et en phase avec le monde d’aujourd’hui. Il en va de même de ces images de surpopulation (l’une des plus frappante est peut-être celle de la plage), de surconsommation (la décharge et ses tonnes de déchets) et bien d’autres images parfois plus réjouissantes. Ce que ce récit veut nous raconter c’est la façon dont les femmes et les hommes de ce monde font face aux problèmes qui animent leur propre société. Il y a notamment un message sur l’homosexualité et la façon dont cette dernière est acceptée (ou non) et assumée (ou non). C’est intelligent et soigné mais bizarrement, je trouve que la façon dont tout le propos est tourné, passe presque à côté de ce que j’aurais probablement aimé voir. C’est avant tout un travail qui associe deux hommes : l’esthétisme d’Arthus-Bertrand avec son engagement social pour raconter les problèmes de ce monde de la bouche de ceux qui le compose. Le débat est là aussi très intéressant mais la façon dont Human cherche à mettre en avant ce débat est très étrange. Disons qu’à un moment je me suis même demandé si le film voulait véritablement nous surprendre et créer de vraies réflexions d’idées. Du coup, étant donné que le débat manque souvent de structure, les avis à contre-courant sont trop souvent zappés.

Un kaléidoscope de notre planète avec les hommes et les femmes qui la composent et les problèmes auxquels ils sont confrontés.

Human pâti probablement du fait qu’il s’agit d’un kaléidoscope de tout un tas de choses avec un lien tellement grand et généraliste que le film s’éparpille. Tous les sujets abordés sont intéressants mais la durée ne permet pas de se plonger suffisamment dans chacun des sujets. C’est là où le choc des cultures, des religions, des âges, etc. promis par le film se heurte au besoin de tout condenser. C’est sans compter sur l’utilisation de ces splendides images qui viennent agrémenter un propos et lui donner parfois aussi un peu plus d’émerveillement. C’est très beau, on ne peut pas dire le contraire. D’ailleurs, Yann Arthus-Bertrand a un vrai regard de photographe sur ce qu’il film. Ces images aériennes et la musique qui l’accompagne auraient presque permis de faire deux films. Un film d’images, qui ne cherche pas à agrémenter un débat mais à montrer tous les sujets. Puis un second film, de débats celui-ci avec la confrontation des points de vue, comme cela peut être fait dans celui-ci. Le mélange est intelligent, permettant de créer une vraie notion de rythme. Mais les images s’accumulent et au fil du film, on ne comprend pas toujours le pourquoi du comment. Yann Arthus-Bertrand montre aussi des choses terribles comme ce soldat qui, revenu de la guerre, s’est découvert une passion de tueur.

C’est là que Human cherche vraiment à plonger au coeur de son propos. Mais c’est parfois un peu too-much. On veut nous faire réfléchir sur ce qui nous entoure. Les problèmes du genre humain, c’est donc pas si mal que ça mais traité de façon un peu trop générique et le traitement de fond vient cruellement à manquer. Car il y a du fond, mais il est traité en surface, sans jamais véritablement creuser quoi que ce soit et je m’attendais à quelque chose de particulièrement intéressant et je me retrouve avec un film qui ne sort pas forcément du lot, si ce n’est pour son esthétisme. Je me demande aussi si Human n’aurait pas dû être construit comme une collection de documentaires avec plusieurs documentaires avec chacun se concentrant sur un sujet fort plutôt que de vouloir tout prendre dans 2h15 de film et donc en oublier une bonne partie. D’autant plus que certains témoignages forts auraient peut-être mérité d’être un peu mieux utilisés en donnant un peu plus la parole aux gens que Yann Arthus-Bertrand a voulu interviewer. Quoi qu’il en soit, je reste toujours curieux de découvrir les documentaires de ce réalisateur-photographe mais il va falloir qu’il se mette sérieusement au travail pour nous offrir un prochain film mieux structuré afin d’éviter de sembler vouloir tout mettre sans lier le tout de façon particulièrement fluide.

Note : 6/10. En bref, c’est beau, parfois fort et intéressant mais cela manque cruellement de liant et le débat de témoignages à contre-courant.

Commenter cet article

turkish machine 02/10/2015 15:29

thanks