Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Un Début Prometteur (2015)

7 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Un Début Prometteur (2015)

Un Début Prometteur // De Emma Luchini. Avec Manu Payet, Veerle Baetens et Zacharie Chasseriaud.


Comme le titre du film, tout commençait bien. Puis tout est parti en sucette. Fille de Fabrice Luchini, on aurait pu s’attendre à quelque chose d’un peu plus fantasque mais non, il ne se passe strictement rien de bien passionnant de ce point de vue là. Peut-être aussi car la série ne gère pas de façon subtile les personnages et les intrigues, donnant parfois l’impression d’être au beau milieu d’une comédie française étrange mais pas toujours très juste. La compagne de Nicolas Rey a probablement vécu le roman de ce dernier comme une fan, comme la femme de celui-ci et rien de beaucoup plus. C’est le second long métrage d’Emma et je crois qu’elle se heurte ici aux problèmes des comédies sentimentales françaises. Pourtant, Un Début Prometteur a une idée de départ assez farfelue que j’aime beaucoup. Une fois ingurgité ce film, on se demande bien ce qu’il faut en attendre d’autre. Il ne se passe strictement rien de bien nouveau finalement et c’est peut-être le plus gros problème que le film a. On peut tout de même saluer l’envie de la réalisatrice de nous présenter une inconnue, Veerle Baetens qui incarne un personnage assez étrange mais tout aussi lumineux.

Martin, désabusé pour avoir trop aimé et trop vécu, retourne chez son père, un horticulteur romantique en fin de course. Il y retrouve Gabriel, son jeune frère de 16 ans, exalté et idéaliste, qu’il va tenter de dégoûter de l’amour, sans relâche. Mais c’est sans compter Mathilde, jeune femme flamboyante et joueuse, qui va bousculer tous leurs repères...

L’interprétation n’est pas toujours juste mais elle reste assez agréable dans son ensemble et c’est le principal. Du coup, le film a énormément de mal à trouver le ton juste et une certaine forme d’équilibre entre l’émotion et le côté le plus léger et donc comique du film. Je n’attendais rien de spécial en allant voir Un Début Prometteur si ce n’est l’attente d’être surpris. Je n’ai malheureusement pas eu la chance d’être surpris et c’est peut-être ce qu’il y a de plus problématique ici. Le rythme manque rapidement et l’histoire s’essouffle. Elle part d’un bon sentiment, celui de nous raconter l’histoire d’un jeune garçon de 16 ans qui tombe amoureux d’une femme de 36 ans. L’écart d’âge est incarné de façon assez bleuet mais étrangement, je trouve qu’il n’y a rien de plus surprenant au delà de tout ça, comme si tout d’un coup le film prenait un coup de massue sur la tête et ne parvenait pas vraiment à s’en sortir. Il y a bien entendu des tas d’idées là dedans mais la plupart ne fonctionnent pas comme j’aurais probablement pu le souhaiter ou l’imaginer. C’est aussi là que Un Début Prometteur perd en densité, en ampleur et en envergure. L’ambition qu’il y a derrière l’histoire s’évapore petit à petit laissant place à quelque chose de trop futile.

Car oui, une fois que les premières minutes sont passées, on a envie d’une chose : passer au film suivant, car l’on ne retiendra rien de toute façon de celui-ci. J’aurais préféré que l’histoire prenne une toute autre dimension, qu’il y ait des personnages secondaires plus intéressants. Celui de Fabrice Luchini et de son obsession pour ses fleurs qu’il doit emmener à un mariage c’est l’un des trucs les plus pompeux du film. J’ai beau adorer l’acteur, je me demande si ce n’est pas uniquement pour avoir une tête d’affiche qui ne va pas coûter trop cher. Quand on est la fille de quelqu’un, on peut avoir son père pour pas grand chose dans un film, je suppose. Du coup, le film s’encombre d’un personnage inutile qui n’apporte rien de neuf si ce n’est des idées aussi saugrenues que mal venues. Finalement, Un Début Prometteur débutait bien, avec l’envie de nous surprendre au travers de sa galerie de personnages que la vie semble abandonner entre le fils alcoolique et drogué, le frère de 16 ans amoureux d’une femme plus âgée, le père complètement perdu au milieu de ses fleurs. Que doit-on attendre de plus ? Je ne sais pas vraiment… En tout cas, Un Début Prometteur est aussitôt vu aussitôt oublié.

Note : 4/10. En bref, malgré de bonnes idées, Un Début Prometteur tombe souvent sur un os.

Commenter cet article