Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Blindspot. Saison 1. Episode 3.

10 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blindspot

Critiques Séries : Blindspot. Saison 1. Episode 3.

Blindspot // Saison 1. Episode 3. Eight Slim Grins.


Pour le moment, je crois que je me satisfais de ce qui se passe dans Blindspot. Disons que Jamie Alexander porte très bien la série et l’ensemble des intrigues, bien qu’un peu trop formulaïque reste assez efficace malgré tout. Nous avons maintenant une information importante pour la suite de la série : Jane est bien Taylor Shaw. Je suis assez surpris que l’on ait droit à cette révélation aussi tôt dans la série alors qu’il y a énormément de choses à raconter et que l’identité était l’une des questions les plus importantes de l’histoire de Blindspot. Cependant, je pense que la série a appris de l’erreur qui a été faite avec la relation entre Red et Liz dans The Blacklist, un terrain vague que la série n’a eu de cesse d’exploiter sans véritablement en faire grand chose jusqu’à la fin de la saison 2. C’est pourquoi je pense que Blindspot cherche à faire rapidement évoluer son histoire afin de ne pas laisser de temps à l’ennui du téléspectateur. Les tatouages, c’est une bonne idée mais ce n’est pas durable non plus. Si Blindspot veut durer des années, il va déjà falloir lui donner aussi d’autres personnages à grignoter et des relations peut-être un peu mieux cousues à développer. Ce troisième épisode ne compte pas ralentir le rythme de la série et les scènes d’action s’enchaîne à un bon rythme.

Disons que les scénaristes semblent savoir comment entretenir la relation du téléspectateur avec les personnages et l’intrigue qui nous est racontée. Le côté cas de la semaine n’est pas forcément ce qu’il y a de plus brillant, toujours très formulaïque et pas toujours très soigné mais l’ensemble est sauvé en grande partie par Jamie Alexander, toujours prête à délivrer une bonne ligne de dialogue ou bien un bon moment d’action pour nous faire penser à d’autres choses. Car l’on sait pertinemment que si Blindspot ne peut pas tout nous dire, elle doit aussi remplir quelques trous. L’histoire de cet épisode n’est pas pour autant totalement liée non plus à l’histoire des tatouages de Jane ce qui permet d’élargir les horizons de la série. Je suppose qu’une fois les tatouages résolus, nous aurons Jane au centre d’une équipe du FBI afin de stopper des criminels en tout genre. Je suppose que c’est la vision à long terme de la série (et dans un sens, je ne suis pas contre si les arcs narratifs développés en filigranes sont tout aussi bons). Blindspot parvient aussi à trouver un équilibre assez bon et intéressant entre les cas de la semaine et l’histoire personnelle de Jane. C’est important pour le succès de la série d’entretenir la relation que le téléspectateur a avec la mythologie.

En nous donnant de petites informations ici et là, la série parvient à nous impliquer de plus en plus dans la vie de Blindspot. Et c’est clairement ce dont ils ont besoin afin d’être sûrs que l’on reste tout au long de la saison. Pas de grands moments de twists qui sautent aux yeux mais cet épisode prouve surtout que Blindspot peut très bien être suffisamment engageante pour le téléspectateur. On a envie de voir où est-ce que la série va, comment elle va pouvoir utiliser les autres tatouages et surtout qu’est-ce que Jane va découvrir sur son passé de nouveau prochainement. Il y a pas mal d’enjeux et tout est délié petit à petit. Le second épisode était un peu moins bon que le pilote, une sorte de soufflé qui retombe mais je retrouve un peu l’engouement né dès le premier épisode ici. C’est un peu comme si finalement Blindspot avait besoin de se reposer après le premier épisode pour relancer la machine et lui donner une vraie direction. J’attends beaucoup de la suite qui je l’espère ne sera pas aussi décevante que cela avait pu être le cas avec The Blacklist. Cette dernière n’a jamais vraiment su quoi faire de sa mythologie et a préféré étirer le tout en longueur, quitte à perdre une grande partie de ses téléspectateurs en cours de route. Il semblerait que la leçon ait été apprise ici.

Note : 6/10. En bref, un équilibre assez sympathique entre cas de la semaine et histoire personnelle de Jane. Pas mal.

Commenter cet article