Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Dix Pour Cent. Saison 1. Episodes 5 et 6.

27 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Dix Pour Cent

Critiques Séries : Dix Pour Cent. Saison 1. Episodes 5 et 6.

Dix Pour Cent // Saison 1. Episodes 5 et 6. Julie et JoeyStarr / François.
SEASON FINALE


Je ne pense pas que Dix Pour Cent va aider Julie Gayet à sortir de son image de Marie couche toi là. En effet, cette dernière se transforme en Marie couche toi là avec JoeyStarr sur le tournage d’une fiction d’époque dans l’épisode qui leur est consacré. Ces deux derniers épisodes sont constants dans ce que Dix Pour Cent cherche à mettre en oeuvre et c’est peut-être ce qu’il y a justement de plus merveilleux dans cette série. En plus de ça, Lola Doillon parvient à conserver le rythme des débuts, installé par Cédric Klapish, dans sa mise en scène et c’est une bonne chose. J’ai beaucoup aimé ces deux épisodes pour la façon dont Dix Pour Cent tente de remettre les clients au centre de l’affaire. Mais pour rappeler l’intérêt de cette série, c’est avant tout de parler des agents car 10%, comme le dit le titre de la série, c’est ce que prend un agent sur le cachet d’un acteur et cela peut être véritablement juteux si l’acteur est suffisamment côté et rapporte beaucoup. Quoi qu’il en soit, la série parvient également à développer un peu plus les aventures de Camille, la fille cachée de Mathias. Les choses sont de plus en plus ambiguë jusqu’à ce que le pot aux roses soit dévoilé à la fin de la saison dans une scène excessive mais assez fun.

C’est presque agréable de voir la série faire ce genre de choses car l’on ne s’attend pas forcément à ce qu’ils aillent dans cette direction mais la série poursuit également avec ses autres retournements de situation de l’année comme par exemple les conséquences de la mort du directeur de l’agence qui se font encore ressentir ici. C’est d’ailleurs une bonne idée que d’avoir introduit une telle intrigue car elle fonctionne très bien et permet de redistribuer les cartes en cours de route. Fanny Herrero, la créatrice de la série a bien cerné le milieu des agents et parvient à en faire quelque chose de soigné. Dix Pour Cent ne cherche pas non plus à nous raconter les affaires des clients, plus la relation que les agents entretiennent avec leurs clients et comment cette relation évolue et se construit. C’est aussi une série qui montre la vie de ces agents, dévouée à leur boulot avec l’espoir parfois d’être reconnu pour plus que ce qu’ils ne font. L’approche est différente avec chacune des intrigues mais justement, c’est aussi une façon de trouver toujours de quoi nous plonger dans ce milieu, comme avec l’assistante qui a toujours rêvée de devenir actrice et qui est devenue assistante uniquement pour pouvoir approcher au mieux les castings. La relation qu’elle va entretenir avec Gabriel est symbolique.

La série se concentre aussi sur les problèmes relationnels d’Andréa et sa relation avec Noémie. C’est complexe mais cela permet de développer un peu de drame assez intelligent dans son ensemble. Dans le second épisode de la soirée, nous avons François Berléand, présenté par Andréa comme « l’acteur que l’on adore voir s’énerver ». C’est vrai dans un sens car il est toujours excellent dans ce registre là. J’aime beaucoup ce que la série fait avec les acteurs qu’elle invite et François Berléand est un très bon client, ne serait-ce que pour le faire tomber dans la piscine bêtement. C’est ce genre de choses, qui permet de se reposer un peu et d’apporter un côté un peu frais à l’épisode et à la série de façon assez globale. La série parvient à nous donner envie d’en voir plus, d’un point de vue de la satire qu’elle propose et une saison 2 semble donc s’imposer. Je suppose que cela ne devrait pas trop avoir de mal à se faire si jamais la série est un succès (ce qui va forcément être un peu plus complexe à amener face aux Esprits Criminels de TF1). Accessoirement, Dix Pour Cent veut clairement établir un ton propre, et quelque chose d’un peu plus léger. Produite par Cédric Klapisch, on retrouve énormément de ce dernier dans cette série et c’est une excellente nouvelle. Son style n’est pas non plus totalement imprégné ici mais l’équilibre entre les moments les plus comiques et les plus dramatiques, en passant par l’ambition qu’il y a derrière la série, tout fonctionne assez bien dans son ensemble.

Note : 7/10. En bref, une bien belle série.

Commenter cet article