Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Doctor Who. Saison 9. Episode 5.

19 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Doctor Who

Critiques Séries : Doctor Who. Saison 9. Episode 5.

Doctor Who (2005) // Saison 9. Episode 5. The Girl Who Died.


Parfois, Doctor Who peut être une excellente série et « The Girl Who Died » est un exemple de la perfection à laquelle on peut goûter parfois avec cette série. J’aime bien la façon dont la série cherche à nous présenter le Docteur comme quelqu’un de bien, en le disant explicitement. La série parvient à délivrer de belles émotions sincères comme tout au travers de ce qui est raconté avec les personnages. C’est une série qui prouve qu’elle est réussie et surtout, qu’elle a voulu véritablement changer la dynamique autour de son héros simplement avec Twelve. Ce dernier se retrouve donc prisonnier de vikings avec Clara dans un épisode qui cherche à parier sur les émotions des personnages, ni plus ni moins. C’est beau et sincère et c’est même assez rare de voir ça dans la série. C’est ici un épisode assez simple dans son ensemble qui fonctionne sur des ressorts que Doctor Who a déjà exploité par le passé. Mais la série n’en fait jamais des tonnes, ne tombe jamais dans le surjeu des émotions et veut toujours nous séduire avec un petit truc en plus. Je dois avouer que tout ce qu’il y a de simpliste dans cet épisode est justement ce qu’il y a de plus intéressant. On se retrouve aussi bien avec un épisode un peu fun, un peu touchant, un peu foufou, un peu de tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série au fil des années.

Doctor Who nous offre donc un épisode synthèse. Et l’univers dans lequel nous sommes plongés, les vikings, le Dieu Odin, etc. sont des opportunités que la série prend à bras le corps. L’évolution de notre héros prouve aussi à quel point l’arrivée de Peter Capaldi s’est faite avec la volonté de raconter quelque chose de totalement différent. Le fatalisme du personnage était un atout mais ce que j’apprécie encore plus dans Doctor Who maintenant c’est la façon dont le héros cherche constamment à justifier le fait qu’il est là pour faire le bien et rien de plus. Clara est justement là pour permettre à notre Docteur de se poser les bonnes questions et de chercher cette introspection qu’il peut conduire d’épisodes en épisodes. Ce n’est pas facile après 9 saisons de trouver une façon de se renouveler et c’est ce que nous propose Doctor Who cette année, encore un fois. Cet épisode compte également sur la présence de Maisie Williams (Aria dans Game of Thrones) pour donner un coup de fouet à son histoire et ses personnages. C’est vraiment réussi et il y a une vraie intention dramatique forte derrière son personnage. Cet épisode est une vraie introspection sur notre héros, alors qu’il se rend compte petit à petit de tout un tas de choses, forçant ainsi le respect du téléspectateur envers le travail accompli.

Au fond, l’histoire de la semaine n’est qu’une excuse afin de permettre tout ça et à ce que le Docteur prenne conscience de tout un tas de choses. J’aime ce qu’une telle série peut faire pour tenter d’apporter un peu plus au téléspectateur que l’on ne pourrait l’imaginer au départ. Peter Capaldi démontre également qu’il est quelqu’un de très bon dans le rôle du Docteur, qu’il est à l’aise et maîtrise à merveille ce personnage. On aurait pu ne pas le croire au premier abord sauf que c’est pourtant bel et bien le cas. Maintenant que Doctor Who semble avoir posé les bases de ce qui sera la suite de la saison de façon un peu plus perspicace, j’ai hâte de voir le prochain épisode. Ce que je sens également c’est que la série cherche à sortir des sentiers battus. En se reposant notamment sur Maisie Williams, la série rappelle les moments où elle a introduit des personnages d’une belle et grande envergure pour en faire quelque chose d’important par la suite. C’est elle qui nous permet de traverser l’épisode de part en part, autour de cette thématique sur la différence, l’acceptation de la différence, etc. C’est quelque chose que le Docteur confronte lui aussi, grâce au personnage d’Ashildr. C’est pour cela que le fait qu’elle soit une hybride est important. La seconde partie, qui sera diffusée la semaine prochaine, me laisse espérer quelque chose d’encore plus exceptionnel mais bon, on ne peut pas encore juger sur pièce tant qu’on ne l’a pas vu.

Note : 10/10. En bref, un épisode fort et riche.

Commenter cet article

milan 21/11/2015 18:02

j ai pas vue c est nul

4evaheroesf 19/10/2015 18:25

Il y avait de l'humour, mais malheureusement, ça ne suffit pas à remplir un épisode ni à le rendre bon.
Quand au visage du Docteur, ça ne m'a jamais intéressé, mais c'est sympa d'y avoir répondu.
Heureusement, Maisie Williams s'en tire avec le peu qui lui est donné.
Bref, cet épisode ne sert que pour son final (le tourbillon était moche...) et son lien avec le prochain épisode.

P.S : j'avoue que mon coeur a fait un bond juste en voyant Ten et Donna.^^

delromainzika 29/10/2015 00:20

Rohhh ^^ Moi j'ai vraiment trouvé cet épisode magique. On renoue avec ce que j'aime chez Moffat au travers des aventures que sa vision de la série aime conter.