Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episode 5.

23 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Gotham

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episode 5.

Gotham // Saison 2. Episode 5. Scarification.


Le titre de cet épisode est assez symptomatique de ce que j’ai envie de me faire après avoir regardé un tel épisode. J’ai envie de me mutiler pour avoir vu peut-être l’un des pires épisodes de Gotham. Ce dernier tente de raconter des tas de trucs sans parvenir à raconter quoi que ce soit. Car il ne se passe strictement rien si ce n’est un bel écran de fumée. Les fumisteries de Gotham ont probablement assez durée et c’est d’autant plus décevant de voir quelqu’un comme Bruno Heller se complaire de scénarios plus que médiocres comme ceux-ci. Il y a eu de belles promesses faites cette année, avec l’arrivée de certains personnages, la montée en puissance des vilains, etc. mais la série le capitalise pas vraiment là dessus en préférant se concentrer sur ce qu’il y a probablement de plus médiocre. C’est sympathique de se concentrer sur la naissance de Firefly, mais encore faudrait-il que cela soit bon. Firefly m’a donné la mauvaise impression que l’on était dans un mauvais épisode d’une mauvaise série de The CW (alors que c’est un comble puisque les séries de super-héros ont toujours été réussies sur The CW, même Smallville - qui a connu ses faiblesses mais qui était une série de super-héros avec un vrai univers qu’elle a toujours su utiliser, pas forcément à bon escient j’en conviens mais elle l’utilisait).

Pour en revenir à Gotham, je trouve que cette dernière est bourrée d’opportunités manquées. Firefly est l’une de ces opportunités manquées mais pas seulement. Je pense aussi qu’il y a ces flashbacks qui apportent une bonne grosse dose de médiocrité à la mythologie de la série. En nous donnant l’impression que Gotham est une série plus proche d’une Vampire Diaries sans vampires et garous que d’une série sur l’univers de Batman, elle déçoit une fois de plus. Je pensais que la série pouvait introduire des personnages et créer une montée en puissance des vilains, créer un nouvel engouement et j’ai même cru à cela durant deux épisodes au moins cette année. Sauf que rapidement, la série est en train de replonger dans ses propres travers. Il y a de bons personnages comme Theo Galavan dont l’histoire est en train de se développer petit à petit. J’aime bien Theo, son plan machiavélique de prendre le trône de Gotham par la voie la plus légitime qu’il soit (les élections). Mais voilà, si le plan de Theo est intéressant, il a une place si minuscule dans cet épisode au milieu d’un casting à qui il faut donner des choses à faire (au risque de les oublier tant ils manquent tous d’une certaine forme de charisme) que l’on ne peut qu’être complètement déçus.

Nous avons également le Penguin dont l’histoire est en train de prendre le tournant le plus ridicule. Tournée plus vers la parodie qu’autre chose, cette partie de l’épisode laisse à penser que les scénaristes ont complètement perdu foi en ce personnage. Galavan a besoin que le Penguin brûle des bâtiments à Gotham ? Ok. Sauf que Penguin se rend compte qu’il n’est pas le meilleur homme pour le boulot et va alors lancer Bunch dans cette aventure pour demander les services des Pike Brothers. Là aussi, rien de bien percutant à attendre alors que la série donne déjà l’impression de sombrer au fond de ses propres abysses. Si voir Firefly prendre forme est assez fun dans son ensemble, c’est vraiment médiocre pour le moment et le personnage de Bridgit manque de personnalité. Certes, son passé est terrible mais Gotham est tellement hermétique à tout sentimentalisme que l’on ne peut ressentir quoi que ce soit. Finalement, ce nouvel épisode de Gotham est une belle coquille vide qui ne raconte rien de bien palpitant. On se retrouve avec des sous intrigues, une narration qui ne maîtrise malheureusement pas trop ses personnages et ce que chacun a en tête pour la suite. Dommage.

Note : 2/10. En bref, probablement l’un des épisodes les plus risibles de Gotham.

Commenter cet article