Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Quantico. Saison 1. Episode 5.

27 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Quantico

Critiques Séries : Quantico. Saison 1. Episode 5.

Quantico // Saison 1. Episode 5. Found.


Je pense que Quantico est déjà en train de perdre de son efficacité. L’épisode était redondant, mou du genou et manquait cruellement d’idées pour donner un coup de fouet à l’histoire de la saison. Depuis le début, Quantico nous a habitué à une narration rapide qui passe de scènes en scènes, révélant des twists sur les personnages et sur l’histoire sauf que dans « Found », il ne se passe strictement rien. L’épisode est long à la détente, jouant constamment avec les poncifs que la série s’est créée au fil des épisodes. Je pense au personnage de Simon. Curieux au départ, et devenant une mauvaise parodie de lui-même depuis l’épisode précédent et encore plus ici. La scène sensée être émouvante de cet épisode n’a aucun impact, peut-être aussi car l’épisode 3 de Quantico a voulu jouer avec nos nerfs, afin de nous demander si finalement Simon était dans le camp des gentils, des méchants ou bien des gentils, etc. On ne sait pas sur quel pied danser avec lui alors quand la série cherche à créer une scène qui est sensée représenter un minimum de sincérité (car tout est appuyé, afin que l’on croit justement à cette histoire), alors tout est raté. C’est presque lamentable car j’avais tellement mis d’espoir dans Quantico quand de voir la série perdre l’un des personnages clés de son histoire, c’est déjà très mauvais signe.

Ensuite, nous avons Alex Parish. Cette dernière est l’héroïne logique de Quantico. Sauf que dans cet épisode encore une fois, la série n’a de cesse de la reléguer au second plan, la laissant errer au milieu de l’histoire simplement pour confronter les personnages. C’est là que l’on se rend compte à quel point Quantico peut être un gâchis pur et simple de talent. Celle qui incarne Alex est parfaite pour le rôle et elle n’a pas grand chose à jouer dans cet épisode. C’est tellement pauvre que je me demande où est-ce que Alex peut bien aller jusqu’au moment où le fameux 9 mois plus tard après son intégration de l’Académie du FBI, elle se retrouve accusée du plus gros attentat depuis le 11 septembre 2001 sur le sol américain. Je pense donc que Alex est en train de devenir un personnage parmi les autres, noyé au milieu d’une masse de choses qui se passent et qui n’ont ici pas de vraies conséquences. L’épisode gagne du temps et cela se voit à l’écran. On sent que les scénaristes ont compris qu’ils ont dit énormément de choses dans les premiers épisodes et que pour tenir 13 épisodes (la commande initiale de la série, rallongée à 19 épisodes, créant ainsi encore plus de problèmes potentiels) il faut faire quelques sacrifices et cet épisode est justement le sacrifice que la série fait.

En plus de passer son temps à faire du zèle, cet épisode de Quantico ne fait jamais évoluer les relations entre les personnages. Certes, il y a bien celle de Simon sauf que ce dernier est tellement devenu le personnage que l’on ne peut pas croire, à qui l’on ne va jamais faire confiance, que du coup tout ce qu’il nous raconte n’a pas l’impact attendu. Moi qui pensais que cet épisode allait capitaliser sur le précédent et tenter de sortir un peu des rangs, il fait tout le contraire. C’est vraiment à contre coeur que je trouve cet épisode particulièrement mauvais. De plus, on a l’impression que la série est déjà en train de jouer avec des trucs que l’on ne peut pas vraiment cerner avec ce qu’elle a raconté jusqu’à présent. Je ne suis pas non plus le plus grand fan de Nimah et Raina. Certes c’est une chose sympathique que de les voir travailler ensemble mais le résultat n’est pas ici au rendez-vous. Raina est pourtant un personnage que j’aime bien voir évoluer, sauf que ici on a l’impression que la série fait plus ou moins tout le contraire. La série fond aussi dans la pure tradition Shonda Rhimes-esque (sans être une série liée de près ou de loin à la productrice/créatrice star de ABC), utilisant les relations entre les personnages pour créer du sexe, des émotions (ici très superficielles) et des moments plus tendres et drôles. Sauf que ce n’est pas ce que j’attends de Quantico, ou en tout cas pas de cette sous-façon de faire.

Note : 2/10. En bref, un épisode qui se moque ouvertement du téléspectateur. La série délivre ici son pire épisode et c’est à contre coeur que je le trouve aussi mauvais…

Commenter cet article