Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Bastard Executioner. Saison 1. Episode 4.

7 Octobre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Bastard Executioner

Critiques Séries : The Bastard Executioner. Saison 1. Episode 4.

The Bastard Executioner // Saison 1. Episode 4. A Hunger/Newyn.


Je ne sais pas trop pourquoi mais quand je regarde un épisode de The Bastard Executioner, j’ai l’impression que la série manque d’un petit quelque chose pour la transformer en une bonne (voire très bonne) série. Je ne pense pas que The Bastard Executioner puisse un jour devenir brillante (ou alors avec de gros efforts narratifs) mais j’aimerais bien que quelque chose me donne envie de revenir chaque semaine et pour le moment, je ne le retrouve pas. Il y a pourtant des tas d’idées dans cette série qui ne sont pas mauvaises comme la vraie identité de Wilkin et le fait que Chamberlain Milus Corbet sache qui il est réellement. Il y a des tas de thématiques qui sont elles aussi intéressantes et permettent à la série de presque sortir du lot (sauf qu’il y a déjà Vikings, Game of Thrones, et ces deux là sont bien plus palpitantes et passionnantes). C’est là tout le problème d’avoir une série ambitieuse entre les mains mais de ne pas toujours savoir comment faire pour utiliser ses personnages de façon intelligente. The Bastard Executioner devrait plus prendre exemple sur ce qui se passe du point de vue des séries d’espionnages où des agents infiltrent. Le but de cette série est de nous raconter comment Wilkin s’infiltre dans le royaume afin de se venger de la mort de sa famille et comment il va parvenir petit à petit à détruire ce royaume.

C’est là le problème de The Bastard Executioner. Elle ne maîtrise pas l’association de son univers médiéval avec quelque chose de beaucoup plus classique du monde de l’espionnage. D’un autre côté, cet épisode est aussi la première fois que la série commence véritablement. Elle tente enfin d’évoluer, petit à petit, de construire une narration et des personnages, mais c’est aussi un épisode qui n’a pas vraiment de sens de l’exécution, qui donne l’impression que finalement tout ce que l’on nous promet n’a pas nécessairement d’avenir. The Bastard Executioner cherche toujours à être une série gore et violente. Rien de temps que de nous montrer des gens couper les deux bras d’un homme et presque s’en amuser après l’avoir douloureusement torturé. Au delà du fait qu’il y a deux mois qui sont passé depuis le massacre par les hommes de Ventris, il n’y a pas vraiment d’arc narratif développé. Les personnages sont donc presque en roue libre, laissés à leurs occupations. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose que de voir ces petits personnages s’amuser mais franchement, j’aurais peut-être préféré que cela soit fait différemment, de façon un peu plus intelligente et plus fluide. C’est là que je ne comprends pas toujours l’enjeu derrière The Bastard Executioner.

Peut-être aussi car il y a certes la quête de vengeance que cherche Wilkin mais rien de plus. C’est comme si tout d’un coup, tout était en train de basculer. Du coup, ce que se contente de faire The Bastard Executioner pour le moment c’est empiler encore et encore des personnages, des informations sur eux et sur la série dans tous les épisodes. On a parfois l’impression d’être submergés d’intrigues et de choses, sans que l’on ne parvienne à voir où est-ce que la série va réellement. Car même dans l’histoire de Wilkin cela manque cruellement d’enjeux. La série prend énormément de temps à passer à l’action. Il y a donc des histoires qui sortent un peu de partout dans cet épisode, mais elles ne mènent réellement nulle part ou alors la série ne fait pas suffisamment de choses pour nous montrer la complexité de l’histoire qui nous est racontée. La série aime l’immortalité, les convictions religieuses, etc. d’autres thématiques qui sont développées en parallèle. Finalement, ce nouvel épisode a beau donner encore un peu plus de choses au téléspectateur, ce n’est pas suffisamment fort pour moi. C’est sans compter sur le fait que je ne comprends toujours pas comment Ed Sheeran a pu se retrouver acteur dans cette série. J’aime beaucoup sa musique mais en tant qu’acteur ? Sous les traits de Sir Cormac il ne m’a pas bluffé. Il sera encore présent dans un autre épisode, en espérant qu’il meurt aussi brutalement que cet homme dont il a ordonné que les yeux soient crevés.

Note : 4/10. En bref, la série a toujours du mal même si elle a de bonnes idées par moment.

Commenter cet article