Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Babysitting 2 (2015)

27 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Babysitting 2 (2015)

Babysitting 2 // De Philippe Lacheau et Nicolas Benamou. Avec Philippe Lacheau et Tarek Boudai.


Le premier Babysitting était presque une sorte de miracle. Personne n’attendait ce film et en plus d’être très drôle en reprenant une formule déjà éculée (Very Bad Trip, le found footage), le film avait réussi à rester référencé et original à la fois. Ce second volet garde les références du premier volet (la guest venu tout droit du Splendid notamment puisqu’après Gérard Jugnot c’est au tour de Christian Clavier de faire faire un tour). L’avantage de cette suite c’est qu’elle sait être aussi drôle que le premier volet. Ce n’était pas gagné d’avance mais le résultat est sans équivoque. Philippe Lacheau et cie ont très bien travaillé afin de faire de cette suite un film qui vaut la peine d’être vu par les plus de 1.5 millions de français qui ont vu le premier volet l’an dernier. Afin de repartir à l’avantage, cette année l’équipe se délocalise au Brésil alors que Frank doit rencontrer le père de Sonia. L’idée de départ reste assez cohérente même si l’on sait que ce n’est qu’une grosse ficelle afin de nous amener une aventure délirante. C’est aussi un second volet qui permet à certaines personnalités de se révéler (Charlotte Gabris est juste hilarante du début à la fin au travers des répliques les plus ciselées du film) en plus de dérouler une histoire assez sympa sans pour autant être exceptionnelle mais je ne pense pas que l’on demandait à cette dernière d’être exceptionnelle.

Sonia souhaite présenter Franck à son père, Jean-Pierre directeur d’un hôtel écologique au Brésil. Toute la bande s’y retrouve ainsi pour y passer des vacances de rêve. Un matin, les garçons partent en excursion dans la forêt amazonienne. Jean-Pierre leur confie sa mère acariâtre Yolande. Le lendemain, ils ont tous disparu… On a juste retrouvé la petite caméra avec laquelle ils étaient partis. Sonia et son père vont regarder cette vidéo pour retrouver leur trace…

Avant d’être Babysitting 2, cela devait être Mamysitting (mais bon, c’est plus facile d’appeler un chat un chat donc une suite une suite) et cela aurait été assez cohérent puisque la grand mère dont nos personnages doivent s’occuper est juste hilarante. Elle aussi est l’une des révélations de ce second volet, enchaînant les répliques parfaites. Le film n’hésite pas à s’auto-référencé (ce qui est presque un peu égocentrique mais qui reste assez fun dans le fond) et à plonger ses personnages dans une histoire toujours plus rocambolesque. Grâce à de très bonnes répliques et un humour solide qui ne dénature jamais ce que le premier volet avait déjà installé, nous avons ici une suite à la hauteur des attentes (et même plus encore). Babysitting est l’occasion de mettre un coup de pied dans la comédie française, de briser un peu les conventions et de faire quelque chose de neuf et moderne avec une bande de jeunes acteurs qui invitent les prédécesseurs qu’ils ont tendrement aimés. Car je suppose que le casting de Babysitting a grandi avec la troupe du Splendid a a toujours eu envie de leur ressembler. C’est peut-être aussi pour cela qu’ils invitent toujours l’un des acteurs dans leurs films. Quoi qu’il en soit, Philippe Lacheau tient une fois de plus la baraque, tant sur le script que sur la mise en scène. Il est aidé, certes, mais il tient tout de même l’ensemble.

L’avantage de cette suite c’est qu’elle ne ressemble au premier simplement qu’en termes de références. Les répliques et les gags sont nouveaux. Cela passe du pipi-caca (enfin, prout plutôt) aux blagues plus soignées et intelligentes. Mais l’ensemble est à l’image de la génération d’aujourd’hui, toujours là à filmer son quotidien avec son smartphone. Je pense que Babysitting (premier comme deuxième du nom) est un film parfait pour justement nous rappeler la génération que l’on est en train de vivre (en tout cas, la mienne et celle qui arrive). Ce qui est bien avec Babysitting 2 c’est aussi le fait que tout n’était pas dans la bande annonce. Il n’y a qu’un gag vraiment dans la bande annonce et par chance, c’est loin d’être le meilleur. Je dirais même que c’est l’un de ceux qui tombe le plus à plat alors je vous conseille de ne surtout pas vous laisser avoir par la bande annonce. Finalement, Babysitting délivre pour la seconde fois une agréable surprise qui vient alors que l’on ne s’y attend pas. Cela aurait pu être une suite catastrophique et c’est tout le contraire. Le film garde aussi un moteur comique du début à la fin qui ne permet jamais de relâcher la pression, d’autant plus que ces bras cassés sont vraiment hilarants à leur façon.

Note : 7/10. En bref, une comédie française jeune et vivante.

Commenter cet article