Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Le Voyage d’Arlo (2015)

30 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Le Voyage d’Arlo (2015)

Le Voyage d’Arlo // De Peter Sohn. Avec la voix VF de Jean Baptiste Charles et Olivia Bonamy.


Cela faisait un bout de temps que Pixar n'avait pas sorti un film original réussi sauf Vice Versa et encore le voyage était enfantin et simpliste alors que ici tout est beaucoup plus fort et riche en émotions. De plus, je crois que depuis Toy Story 3 aucun film de ces studios m'avait emporté. Ce que Le voyage d'Arlo a réussi à faire c'est à délivrer un film adulte et riche en émotions. Je ne m'étais pas rendu compte à quel point les émotions manquent ces derniers temps dans les films d'animation. Vice Versa a justement tenté de parler des émotions à sa façon sans jamais véritablement réussir à faire quelque chose de brillant. J'ai été bouleversé devant Le voyage d'Arlo et cel fait vraiment plaisir à voir. Cela change de ce que l'on voit régulièrement au cinéma dans le monde de l'animation. L'aventure se déroule au travers du regard d'un jeune dinosaure et pourtant la façon dont sont abordés les sujets est très adulte. Je pense par exemple à la mort, la famille, les liens et l'espoir. C'est un film riche de toutes ces belles choses et la façon dont tout est mis en scène m'étonne. On se rapproche parfois un peu de Dreamworks et de l'animation qu'ils font sauf totalement en être non plus

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l'extinction des dinosaures n'avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s'étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ?  
Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

Je me demande si au fond Le voyage d'Arlo n'est pas le début d'une nouvelle ère pour Pixar, si ce n'est pas le début de quelque chose de différent mais de grand laissant la gloire passée au passé et tentant de s'accorde avec les envies de nos jours. Ce n'est pas simple de tenter de changer la vision d'un studio. Aujourd'hui porté par Disney, Pixar est dans une certaine forme de quête à la recherche d'une identité. C'est beau et Le voyage d'Arlo est probablement le premier fruit. Arlo c'est un personnage pas comme les autres et que le film va justement utiliser avec des différences. J'ai beaucoup aimé ce traitement intelligent et moderne des relations humaines. Le film pourtant d'animation et donc aussi destiné à des enfants n'a pas peur d'être violent et abrupte dans sa façon de parler de la mort par exemple. Il y a une scène bouleversante faite de cercles familiales. Vu comme ça c'est assez facile et pourtant le résultat est complètement différent. J'ai trouvé ce moment beau et vrai. Rien n'est laissé au hasard alors que le film oscille entre des émotions plus fortes et des moments plus drôles. L'équilibre n'était pas simple à trouver et pourtant il l'a été et c'est assez sensationnel.

L'ascenseur émotionnel qu'est finement Le voyage d'Arlo laisse imaginer tellement de choses.Le voyage d'Arlo aurait tellement pu être raté par bien des façons et ce que je trouve surprenant c'est que justement il est réussi par bien des façons aussi. Les images sont belles et nous bercent. Pixar a toujours été reconnu pour la qualité de son animation emportée ici dans une toute nouvelle dimension. Je pense que j'ai vécu quelque chose devant ce film que je n'avais pas vécu depuis un bout de temps dans le monde de l'animation. C'est d'ailleurs étrange car j'avais peur d'être déçu : le changement de la date de sortie me donnait l'impression que le film était juste décevant et puis la bande annoncé est rapidement devenue insupportable pour moi qui aurait voulu être émerveillé. Sauf que finalement je me suis bien trompé et le film m'a subjugué tant par le fond que par la forme. Tout y est et c'est vraiment revigorant de se dire que ce genre de cinéma n'est pas mort. Au conteur ce genre vit encore et semble connaître une nouvelle jeunesse sous la houlette de mon studio d'animation autrefois préféré.

Note : 9.5/10. En bref, un ascenseur émotionnel riche tant sur le fond que sur la forme.

Commenter cet article