Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ash vs. Evil Dead. Saison 1. Pilot.

1 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ash vs Evil Dead

Critiques Séries : Ash vs. Evil Dead. Saison 1. Pilot.

Ash vs. Evil Dead // Saison 1. Episode 1. El Jefe (Pilot).


Alors qu’un remake d’Evil Dead avait été proposé en 2013, le film de référence pour Ash vs. Evil Dead c’est The Evil Dead de Sam Raimi datant de 1981 (qui avait même connu deux suites en 1987 et 1992, toujours du même réalisateur et toujours avec Bruce Campbell : Evil Dead 2 et Army of Darkness). Trente ans plus tard, Starz s’est associée à Sam Raimi et Bruce Campbell afin de produire une suite de Evil Dead mais en série. L’idée est excellente et le résultat l’est tout autant. S’appuyant sur des références old-school, une mise en scène ultra gore et fun, et un Bruce Campbell qui n’a pas peur de montrer et de se moquer des répercussions de l’âge sur sa petite personne, nous avons ici droit à un premier épisode à la hauteur des attentes. La série a tellement été à la hauteur des attentes que Starz a déjà renouvelé la série pour une saison 2 à venir l’année prochaine. Quoi qu’il en soit, créée par Sam Raimi, Ivan Raimi (L’armée des ténèbres, Jusqu’en enfer) et Tom Spezialy (Chaos, Reaper), cette série va bien au delà de mes attentes, reprenant à merveille les codes du slasher gore qu’était Evil Dead. Aidé par la mise en scène de Sam Raimi, cet épisode repose sur des références maîtrisées. Le grand fan de films d’horreur que je suis ne peut qu’être passionné par cette franchise (dont le remake m’avait tout de même sacrément déçu sur certains points).

Lorsqu'un fléau mortel menace l'humanité, Ash se voit contraint d'affronter ses démons. Au sens propre comme au figuré.

L’avantage de Ash vs. Evil Dead c’est que c’est une comédie horrifique mais qui ne cherche pas à tomber dans la parodie. Cela aurait pu être drôle de se moquer encore un peu plus de Ash et des gens un peu crétins qui peuvent toujours l’entourer. Ash vs. Evil Dead renoue aussi avec le côté un peu sexiste d’Evil Dead où la femme est cruche et un objet sexuel, mais tout cela pour la comédie. Si cela sera probablement mal pris par le premier degré, c’est une référence qui rappelle aussi une époque et le fait que tout le monde est enfermé ici, dans ce coin des Etats-Unis, autour des mêmes préceptes que ceux des années 80. Ash est un homme qui tente de donner un peu de piment à sa vie, qui enchaîne les filles comme les joints sauf que sa vie reste misérable. Outre le fait qu’il a perdu de son endurance, il se retrouve avec un boulot ennuyeux dans un magasin d’électroménager. Sa vie manque donc d’action et quand il se retrouve à dire une incantation réveillant le livre des morts alors qu’il se tape un joint avec une jeune femme très désirable, alors Evil Dead revient le hanter. A ce moment là, le film devient alors gore à souhait. Dès que l’on tire sur quelqu’un, ça explose dans tous les sens. Dès que l’on coupe un membre ça gicle. Mais la scène la plus drôle de cet épisode est peut-être celle de la poupée qui prend vie pour se venger d’Ash.

Tout cela donne l’impression que l’on est en train de suivre le nouvel épisode de Chuck ou je ne sais quel film d’horreur mettant en scène des jouets capable de prendre vie. C’est excellent. Et puis c’est surtout très fun. En seulement 40 minutes, on a l’impression de ne pas avoir vu grand chose de l’histoire de Ash vs. Evil Dead mais c’est aussi un épisode où tout ce qui se passe semble important. Il n’y a donc pas une seule seconde où l’on a l’impression que l’épisode flotte à la recherche de quelque chose d’intéressant à dire. En trouvant une façon de mixer l’horreur avec du suspense et de la comédie, l’ensemble parvient à être séduisant. On a même envie d’en voir encore plus car Ash vs. Evil Dead incarne aussi un peu cette nostalgie du film d’horreur des années 70-80 qui me manque terriblement. On retrouve en plus tous les éléments qui avaient fait le succès de cette franchise, tant d’un point de vue la mise en scène que des effets gores. Bruce Campbell quant à lui impose toujours très bien son statut d’homme mort, de héros, capable de combattre ces créatures. On a presque l’impression que ce rôle avait manqué à l’acteur depuis toutes ces années. Ce que je me demande maintenant c’est si Ash vs. Evil Dead va pouvoir délivrer d’aussi bons épisodes sur la longueur si Sam Raimi n’est pas là pour réaliser tous les épisodes et accessoirement les écrire ?

Note : 9/10. En bref, jouissif.

Commenter cet article